mis à jour le

Histoire… : … d’erreur « intolérance »

B.D., commerçant de son état à Bamako, s’est marié depuis seulement 4 mois avec F.C. une jeune fille monitrice de jardin d’enfants. Le couple qui a élu domicile à Missira vit depuis, dans une entente et une harmonie exemplaires. Mais le 20 mai dernier, les choses se sont gâtées à cause d’une erreur, mal digérée par Madame.

 

 

En effet, ce jour-là, commerçant de son était encore au marché quand Madame avait accueilli à domicile sa jeune s½ur qui venait de Mopti lui rendre visite et faire la connaissance de son beau-frère qu’elle n’avait encore jamais vu.

F.C. installa donc sa s½ur dans le salon et plaça ses bagages dans la chambre à coucher.

Occupée à faire les éloges de son mari à sa s½ur, elle n’avait même pas pris le soin d'informer celui-ci au téléphone de l'arrivée de sa s½ur.

Elle tenait à lui faire une surprise. Elle y réussira d’ailleurs car, lasse d’attendre son mari qui, à 22 heures encore n’était toujours pas de retour, F.C. suggéra à sa jeune s½ur de se reposer dans le salon. Quant à elle-même, elle décida d’aller bavarder chez les voisins, en attendant le retour de son chéri. Ce dernier ne tarda pas rentrer.

Ayant remarqué « sa femme » couchée et qui dormait à poings fermés dans le salon, B.D ne daigna même pas allumer les lampes, de peur de la déranger.

Marchant sur la pointe des pieds, il rentra dans la chambre à coucher pour se débarrasser de sa tenue de ville.

Et, c’est en ce moment qu’il changea d’avis, revint nu comme un oisillon dans le salon, boucla la porte et se jeta fébrilement sur « sa femme ».

De petites caresses... Les choses évoluèrent vite et c’est le pagne de la jeune fille que

B.D. venait de détacher. Celle-ci se réveilla brusquement et, comme affolée, elle cria de toutes ses forces. B.D., stupéfait resta comme paralysé, et ne réalisa ce qui venait de se passer que, lorsque la jeune fille ouvrit la porte, déjà assaillie par les voisins parmi lesquels... son épouse F.C.

Le spectacle imposa le silence, et les curieux regagnèrent leur domicile respectif.

Le trio était à présent seul dans le salon et, malgré les explications du pauvre B.D., Madame en compagnie de sa s½ur, a plié bagages, jurant que sa vie conjugale avec son mari est désormais terminé.

Nombreuses ont été les interventions, mais F.C. persiste : « rien ne me prouve qu’ils n’ont rien fait. Avec moi, c’est fini ».

 

Boubacar Sankaré

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé