mis à jour le

Chérif Ousmane Madani Haidara face à la presse : «Nous ferons tout pour éviter le scandale au nom de l’islam»

C'est ce vendredi soir chez lui au Banconi, que le père spirituel d'Ançardine a rencontré les hommes de média. Il s'agissait pour lui d'aborder la situation actuelle du pays, de donner sa position sur l'appel de l'UJMA et d'appeler à la concorde et à la paix.

 

 

Après les salutations d'usage, le chérif a planté le décor. Pour lui, l'état actuel du Mali mérite l'engagement de tous pour une sortie honorable de crise. A cet effet, il faut la réconciliation des c½urs et des esprits mais dans la vérité. Car dit-il : «On ne peut pas demander à deux personnes de se réconcilier lorsqu'une d'entre elle est en train de piétiner le pied de l'autre. Pour qu'elles se réconcilient, il faut que l'une lui enlève son pied et puis qu'elles se regardent en face pour s'excuser et se réconcilier.»

 

 

Abordant la question de politique des religieux, il est clair et ferme : «Nous ne pouvons et ne devons jamais nous dérober de la politique puisque nous sommes tous des Maliens. Mais, ce que j'ai dit et soutenu, il faut que les chefs religieux ne s'affichent nullement pas. Sinon, ils ne pourront plus dire la vérité. Ainsi, ils mettront l'Etat dans les difficultés.»

 

 

Au sujet du HCI (haut conseil islamique), il martèle : «Je n'ai jamais voulu y entrer, ils l'ont décidé et sont venus me dire que j'occupe telle place. Point. Alors, pour ce que disent les jeunes, c'est vrai et clair, le HCI n'existe plus depuis des mois. Mais, nous ferons tout pour éviter le scandale ou une quelconque crise au nom de l'islam. Ainsi, nous allons attendre la fin de l'état d'urgence pour renouveler le bureau à la suite d'un congrès. Pour le moment, nous allons prier les jeunes à mettre un peu d'eau dans leur vin sinon ils ont raison.»

 

 

Concernant les élections, il a, une fois de plus, soutenu : «Nous soutiendrons celui qui a les vertus nécessaires de bien gérer notre pays, de ne pas voler ses ressources, de le garder dans sa laïcité et préserver son intégrité territoriale. Il s'agit de celui qui peut garantir la paix, la concorde, l'unité et le développement harmonieux du pays.»

 

 

Enfin, il indique de porter plainte contre X et quiconque qui soutiendrait une autre organisation Ançardine. Car dit-il, «Nous détenons notre récépissé depuis plus de 20 ans alors nous n'allons pas nous confondre avec des gens qui ne font que des exactions au nom de l'islam.»

 

 

Pour terminer, il a fait des bénédictions pour le pays, et tous ceux qui oeuvrent aujourd'hui pour que le Mali puisse retrouver son unité dans la paix.

 

 

Boubacar DABO   

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

presse

AFP

CAN-2017: RSF sort ses cartons rouges contre les atteintes

CAN-2017: RSF sort ses cartons rouges contre les atteintes

AFP

Egypte: 2 ans de prison pour le président du syndicat de la presse

Egypte: 2 ans de prison pour le président du syndicat de la presse

AFP

Presse économique: La Tribune se lance en Afrique

Presse économique: La Tribune se lance en Afrique

scandale

AFP

Afrique du Sud: Zuma rembourse l'Etat dans le scandale de sa résidence privéee

Afrique du Sud: Zuma rembourse l'Etat dans le scandale de sa résidence privéee

AFP

Egypte: nouveau ministre sur fond de scandale de corruption

Egypte: nouveau ministre sur fond de scandale de corruption

AFP

Maroc: scandale autour du parti islamiste

Maroc: scandale autour du parti islamiste

nom

AFP

Comores: le nom du futur président entre les mains de 6.000 électeurs

Comores: le nom du futur président entre les mains de 6.000 électeurs

AFP

En Libye, des tombes sans nom dans le cimetière des migrants noyés

En Libye, des tombes sans nom dans le cimetière des migrants noyés

AFP

Burkina: une avenue de Ouagadougou baptisée au nom du journaliste assassiné Norbert Zongo

Burkina: une avenue de Ouagadougou baptisée au nom du journaliste assassiné Norbert Zongo