mis à jour le

Les vacances au bled, à quel prix ?

Les Algériens résidant en Italie en rêvaient depuis des décennies. Finalement, tout comme leurs concitoyens de France ou d'Espagne, ils pourront rentrer au pays en déboursant moins d'euros et en embarquant leur véhicule pour des vacances familiales attendues toute l'année. Rome (Italie). De notre correspondante Le premier ferry battant pavillon algérien, appartenant à la flotte de l'Entreprise nationale de transport maritime de voyageurs (ENTMV) quittera le port de Annaba le 26 juin prochain à destination de la ville de Civitavecchia (70 km au nord de Rome). Le lendemain, le même bateau lèvera l'ancre pour retourner en Algérie. Suivront quatre autres dessertes : une en juillet, deux durant le mois d'août et une dernière en septembre. Cette liaison, la première du genre depuis celle expérimentée en 1980 entre Alger et Naples, n'est pas définitive car l'entreprise des voyageurs Algérie Ferries et l'autorité portuaire italienne devront analyser le rendement économique de ce projet avant de le déclarer permanent. Il s'agit donc d'une ligne expérimentale qui permettra aux Algériens d'Italie, au moins pour la prochaine saison estivale, de voyager sans voir leur portefeuille allégé et leur patience mise à rude épreuve. Ces derniers sont pénalisés par rapport aux autres concitoyens expatriés puisqu'ils sont condamnés à voyager par avion sur les vols d'Air Algérie ou Alitalia. Les deux compagnies pratiquent les mêmes tarifs élevés et la hausse vertigineuse du prix des bagages en excès fait qu'un voyage aérien représente, pour une famille moyenne se rendant au bled, un véritable sacrifice économique et revient plus cher qu'un package (hôtel et restauration compris) vers le Maroc ou la Tunisie, ou même vers une ville européenne comme Barcelone, Prague ou Lisbonne. La communauté algérienne vivant dans la péninsule n'excède pas les 40 000 résidents et compte dans ses rangs des entrepreneurs, des étudiants, des ouvriers, des travailleurs saisonniers et leurs familles. Pour la plupart, le voyage annuel ou biannuel au pays est un choix sacré, pour la réalisation duquel ils économisent toute l'année. Plus qu'une période de repos et de farniente, c'est juste une immersion forte en émotion dans l'environnement familial et culturel de leur enfance. Les vraies vacances, en Algérie, dans des hôtels de luxe, ou des stations balnéaires restent un mirage. Outre le service déplorable, le personnel grincheux et les carences en infrastructures et en efficacité, les hôtels «corrects» sont hors de prix. Pour les mêmes tarifs affichés, autant se rendre dans un paradis exotique comme les îles Maldives ou le Sri Lanka où un hôtel cinq étoiles coûte moins cher et offre nettement plus de services raffinés et où le personnel, douceur et sourire permanent aux lèvres, vous fait sentir que vous et vos enfants êtes de vrais «rois» et non «des clients qui doivent payer la facture et se taire».  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

vacances

Vacances

PHOTOS. Sur les plages maghrébines, le burkini côtoie le bikini

PHOTOS. Sur les plages maghrébines, le burkini côtoie le bikini

Tourisme

Où les Africains partent-ils en vacances?

Où les Africains partent-ils en vacances?

AFP

Zimbabwe: Mugabe "désolé" d'avoir dû prolonger ses vacances

Zimbabwe: Mugabe "désolé" d'avoir dû prolonger ses vacances

prix

AFP

Le Prix Orisha 2017 attribué au vidéaste congolais Ori Huchi Kozia

Le Prix Orisha 2017 attribué au vidéaste congolais Ori Huchi Kozia

AFP

Cacao : la Côte d'Ivoire maintient inchangé le prix d'achat garanti aux producteurs pour 2017-18

Cacao : la Côte d'Ivoire maintient inchangé le prix d'achat garanti aux producteurs pour 2017-18

AFP

Prix du HCR pour le négociateur de la libération des filles de Chibok

Prix du HCR pour le négociateur de la libération des filles de Chibok