mis à jour le

621 888 candidats attendus

Une session de rattrapage est prévue le 25 juin prochain l 3121 candidats sont issus des établissements scolaires privés ainsi que 203 candidats des catégories aux besoins spécifiques et 138 candidats étrangers. Aujourd'hui, pour passer les épreuves de l'examen de fin de cycle scolaire primaire, 621 888 élèves, dont 299 426 filles, sont attendus. Les épreuves concernent uniquement les trois matières essentielles, à savoir la langue arabe, la langue française et les mathématiques. L'examen prendra toute la journée d'aujourd'hui. Une session de rattrapage est prévue le 25 juin prochain. 3121 candidats sont issus des établissements scolaires privés ; l'on dénombre aussi 203 candidats des catégories aux besoins spécifiques et 138 candidats étrangers, indique le ministère de l'Education nationale. En comparaison avec l'année dernière, le nombre de candidats a augmenté de 20 302 élèves, soit une hausse de 3,37%, indique-t-on au niveau de la tutelle. Selon la même source, 3223 centres ont été retenus pour le déroulement de l'examen et 58 autres pour la correction où seront affectés 15 000 correcteurs, alors que la surveillance est assurée par 105 000 enseignants et 5000 observateurs. Les résultats seront connus à partir du 15 juin prochain, alors que les résultats de la session de rattrapage seront proclamés le 8 juillet, explique-t-on également. Depuis plusieurs années, le passage en première année moyenne est conditionné par l'obtention d'une moyenne de 5 ou plus sur 10 dans les trois matières d'examen. L'accès au cycle moyen est également possible pour les élèves dont la moyenne est égale ou supérieure à 5/10, en calculant le résultat de la moyenne obtenue à l'examen additionnée à la moyenne annuelle du contrôle. L'examen est devenu national et obligatoire pour les élèves de la 5e année primaire depuis 2005. Cet examen se déroule cette année dans des conditions spéciales, vu la longue période de débrayage observée par les syndicats du secteur qui ont même menacé de boycotter ces épreuves avant de revenir sur leur décision, il y a quelques jours, «même si nous tenons à nos revendications liées à la majoration de la prime de zone et à la révision du statut particulier», ont précisé les principaux syndicats autonomes ayant conduit un large mouvement de protestation dans 23 wilayas du Sud et des Hauts-Plateaux, avant d'annoncer le gel de la grève la semaine dernière.  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien