mis à jour le

Béchir menace le Soudan du Sud de bloquer ses exportations de pétrole

KHARTOUM (AFP) - (AFP)

Le président soudanais Omar el-Béchir a menacé lundi de fermer les oléoducs par lesquels le Soudan du Sud exporte son pétrole si Juba apportait un soutien aux rebelles se battant contre les forces de Khartoum.

M. Béchir a menacé de "fermer complètement l'oléoduc" transportant le pétrole sud-soudanais vers le terminal soudanais de Port-Saïd.

Il s'exprimait à l'occasion d'une cérémonie marquant la reconquête par l'armée d'Abou Kershola, une localité qui avait été prise il y a un mois par les rebelles dans la province soudanaise du Kordofan-Sud.

"Nous avertissons le gouvernement du Sud, que s'il fournit quelque soutien que cela soit au Mouvement populaire de libération du Soudan -Nord (SPLM-N) ou aux rebelles du Darfour, nous fermerons complètement les oléoducs", a déclaré M. Béchir.

"Nous saurons s'ils arrêtent de les soutenir, et s'ils les soutiennent", a-t-il assuré.

Le 7 mai, Khartoum avait annoncé que le pétrole sud-soudanais coulait à nouveau dans la principale infrastructure pétrolière soudanaise à Heglig.

Cette reprise après plus d'un an d'arrêt de la production au Soudan du Sud, qui a fait sécession en juillet 2011, a été possible grâce à une série d'accords signés en mars par les deux pays, fixant en particulier un calendrier précis concernant la reprise des exportations pétrolières du Sud, dépendantes des infrastructures du Nord.

M. Béchir a rappelé que ces accords, qui portaient aussi sur l'établissement d'une zone tampon à la frontière pour empêcher tout soutien aux rebelles de part et d'autre, formaient un tout : "Le fait de ne pas respecter l'un quelconque de ces accords revient à invalider les neuf textes".

Heglig, qui se trouve le long de la frontière contestée avec le Soudan du Sud, est le point de départ de l'oléoduc qui court sur 1.500 km jusqu'au terminal de Port Saïd sur la Mer rouge.

Cet oléoduc doit permettre d'exporter le pétrole soudanais, qui peut générer des milliards de dollars de revenus pour les deux pays pauvres, une fois reprises les exportations.

Mais Khartoum accuse le Soudan du Sud de soutenir les rebelles combattant au Kordofan-Sud et le Nil bleu, ce que Juba dément.

M. Béchir a fait ces déclarations lors d'une cérémonie marquant la reconquête d'Abou Kershola, une ville prise le 27 avril par le Front révolutionnaire soudanais, une coalition de mouvements rebelles.

Cette reconquête a été annoncée par le ministre soudanais de la Défense Mohammed Hussein et confirmée par les rebelles qui ont indiqué avoir effectué un repli pour des "raisons humanitaires".

Un porte-parole des rebelles, Jibril Adam, a affirmé que les combattants s'étaient retirés d'Abou Kershola pour permettre un assouplissement du blocus gouvernementale pesant sur les habitants.

Africa n°1

Ses derniers articles: Les coups de coeur du 24/06/13  Mali : l'UE débloque 90 millions pour "consolider" l'Etat  Afrique du Sud : un syndicat veut doubler les salaires dans les mines 

menace

AFP

L'Afrique du Sud sous la menace d'une dégradation des agences financières

L'Afrique du Sud sous la menace d'une dégradation des agences financières

AFP

Le monde sous la menace d'évènements climatiques plus fréquents

Le monde sous la menace d'évènements climatiques plus fréquents

AFP

Les shebab restent la principale menace en Somalie

Les shebab restent la principale menace en Somalie

Soudan

AFP

Soudan du Sud: un "nettoyage ethnique en cours", selon l'ONU

Soudan du Sud: un "nettoyage ethnique en cours", selon l'ONU

AFP

Le Soudan du Sud accepte le déploiement d'une force régionale

Le Soudan du Sud accepte le déploiement d'une force régionale

AFP

Soudan du Sud: l'ONU craint une flambée de violences ethniques

Soudan du Sud: l'ONU craint une flambée de violences ethniques

exportations

AFP

La Libye va reprendre ses exportations de pétrole

La Libye va reprendre ses exportations de pétrole

AFP

Afrique du Sud: inquiétudes sur les exportations de platine

Afrique du Sud: inquiétudes sur les exportations de platine

La rédaction

L'impossible coopération économique des pays du Maghreb

L'impossible coopération économique des pays du Maghreb