mis à jour le

Madagascar attend de savoir si Rajoelina va démissionner

ANTANANARIVO (AFP) - (AFP)

Le délai accordé au président de la transition malgache Andry Rajoelina pour démissionner expirait lundi après-midi, mais l'actuel homme fort de Madagascar a laissé entendre qu'il ne quitterait pas son poste, ce qui risque de compliquer davantage le processus électoral.

Les yeux sont maintenant tournés vers Andry Rajoelina, au pouvoir depuis qu'il a chassé Marc Ravalomanana de façon inconstitutionnelle en 2009, qui a pris l'habitude d'éluder la question sur son éventuelle démission depuis deux semaines.

" Là n'est pas la question ", a-t-il déclaré lors d'un entretien télévisé vendredi." L'important c'est d'avoir des élections.Le problème c'est : peut-on aller vers les élections dans de bonnes conditions ? ", a-t-il ajouté.

Tous les candidats à la présidentielle qui occupent un mandat public sont tenus de démissionner au plus tard lundi 16h00(13h00 GMT).Cette disposition est prévue par la " feuille de route " de sortie de crise signée par la quasi-totalité des partis politiques malgaches en 2011.

Le document prévoit les démissions des candidats concernés 60 jours avant la date du scrutin, c'est à dire que ces derniers auraient dû théoriquement le faire au plus tard il y a deux jours (samedi 24 mai), mais l'échéance a finalement été repoussée par la Cour Electorale Spéciale (CES) sans explication.

Jusqu'à présent, seuls quatre candidats ont démissionné - le ministre des Affaires Etrangères Pierrot Rajaonarivelo, le chef de la région Menabe (ouest) Faharo Ratsimbalson et Brigitte Rasamoelina, membre du Conseil de la Transition (équivalent de l'Assemblée Nationale) et Sylvain Rabetsaroana, membre du Conseil Supérieur de la Transition (équivalent du Sénat).

Nombreuses incertitudes

A moins de deux mois de la présidentielle, l'incertitude autour du respect du calendrier électoral est de plus en plus forte, et certains candidats hésitent à quitter leur poste.Le ministre des Affaires Etrangères Pierrot Rajaonarivelo a accepté de poser sa démission seulement "sous réserve" du respect du calendrier électoral.

Andry Rajoelina a quant à lui émis à plusieurs reprises des doutes sur la tenue des élections prévues le 24 juillet, un argument qu'il pourrait utiliser pour justifier de son éventuel refus de démissionner.Ajoutant à la confusion, les forces de l'ordre ont demandé à la Cenit (Commission Electorale nationale indépendante) de reporter l'élection d'un mois pour mener des discussions avec les trois principaux candidats, par souci d'apaisement.

" Il faudrait que la Cenit clarifie la date des élections et statue définitivement parce qu'il y a encore des hésitations, on n'a pas encore commencé à imprimer les bulletins uniques et sans cette impression on ne peut pas être sûr de la date ", analyse Jean Eric Rakotoarisoa juriste et professeur de droit constitutionnel.

" Si Andry Rajoelina ne démissionne pas, il ne respecte pas les dispositions du code électoral et de la constitution et la CES pourrait le disqualifier de la course, son empêchement à la tête de l'Etat pourrait être engagé ", ajoute-t-il.

L'autre problème majeur concerne les trois candidats rejetés par la communauté internationale - Lalao Ravalomanana, épouse de l'ex-président renversé Marc Ravalomanana, Didier Ratsiraka, ancien chef d'Etat durant plus de 20 ans et M. Rajoelina.Le Conseil de Paix et de Sécurité de l'Union Africaine (UA) a laissé entendre qu'il ne reconnaîtra pas une victoire de l'un d'entre eux, mais cela n'a pas incité ces derniers à se retirer de la course.

Cette condamnation de la communauté internationale a renforcé les incertitudes qui pèsent sur la tenue en bonne et due forme du processus électoral, notamment autour des financements.

Il y a dix jours, la présidente de la Cenit Béatrice Atallah a évoqué une suspension de l'aide financière de l'UE au processus électoral malgache.L'instance européenne qui devait effectivement prendre en charge l'impression des bulletins uniques a suspendu les fonds dédiés à cette mission.C'est désormais l'Afrique du Sud qui va financer cette opération.

Africa n°1

Ses derniers articles: Les coups de coeur du 24/06/13  Mali : l'UE débloque 90 millions pour "consolider" l'Etat  Afrique du Sud : un syndicat veut doubler les salaires dans les mines 

Madagascar

Epidémie

Pourquoi Madagascar est le pays le plus touché au monde par la peste

Pourquoi Madagascar est le pays le plus touché au monde par la peste

AFP

Le président Hery Rajaonarimampianina peut-il encore relancer Madagascar ?

Le président Hery Rajaonarimampianina peut-il encore relancer Madagascar ?

AFP

Madagascar flirte

Madagascar flirte

Rajoelina

AFP

Madagascar: fin de la transition avec Rajoelina qui quitte le pouvoir

Madagascar: fin de la transition avec Rajoelina qui quitte le pouvoir

AFP

Madagascar: Rajoelina en position d'être nommé Premier ministre par son camp

Madagascar: Rajoelina en position d'être nommé Premier ministre par son camp

AFP

Présidentielle

Présidentielle