mis à jour le

Séisme : l’Algérie « n’est ni le Japon, encore moins l’Indonésie »

Les secousses telluriques enregistrées, ces derniers jours, dans certaines régions du pays, dont le séisme de 5 degrés sur l'échelle de Richter qui a frappé dimanche (17H) la wilaya de Bejaia, relèvent d'une activité sismique "modérée", a assuré le Directeur général du Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG), Abdelkrim Yelles.

"Il se produit, durant toute l'année, une activité sismique propre aux régions du nord du pays, elle se situe entre 70 à 100 secousses en moyenne par mois, 2 à 3 secousses de magnitude entre 3 et 3,5 degrés, sont enregistrées quotidiennement", a déclaré à l'APS M. Yelles, précisant que ces secousses "espacées et modérées" sont dues au "rapprochement de deux continents, l'Afrique et l'Europe". Au sujet du séisme qui a secoué la wilaya de Bejaia, M. Yelles a estimé qu'il s'agit d'un "simple séisme modéré, fréquent dans les régions sismiques que compte l'Algérie".

Selon les propos du premier responsable du CRAAG, cette secousse, dont l'épicentre a été localisé en mer à 16 km à l'est de Bejaia, "ne devrait inquiéter en rien les populations de la région". Dans son analyse, M. Yelles a rassuré la population, en relevant que l'Algérie "n'est ni le Japon, encore moins l'Indonésie", soulignant que ce processus sismique est un "phénomène naturel qui se produit de façon permanente".

"Ce qui est différent, par contre, c'est le fait que ces secousses soient ressenties de plus en plus dans les centres urbains, elles touchent l'ensemble des régions du pays", a-t-il expliqué. Interrogé sur les moyens de prévention contre ce type de phénomène naturel, M. Yelles a insisté sur l'application du code parasismique et le respect des normes internationales en matière de construction, pour l'ensemble de la population, surtout lorsqu'il s'agit de constructions privées, à l'instar des grands projets et des grandes infrastructures que réalise le secteur de l'Habitat en Algérie. L'Algérie connaît des secousses dites "modérées" à faible intensité, les tremblements de terre à forte magnitude comme celui de Boumerdes en 2003, et celui d'El Asnam (Chlef) en 1980 "sont très rares ou très espacés dans le temps", note encore M. Yelles.

Lu sur APS 

Algérie Focus

Ses derniers articles: En Algérie, le remaniement accouche d'un gouvernement sans hommes politiques  Un coup d’Etat en Algérie: la folle prédiction israélienne qui amuse les Algériens  Une enquête inédite révèle l'immense patrimoine immobilier parisien de dirigeants algériens 

séisme

AFP

Au moins 11 morts et une centaine de blessés dans un séisme en Tanzanie (police)

Au moins 11 morts et une centaine de blessés dans un séisme en Tanzanie (police)

AFP

RDC: au moins un mort et des centaines de maisons détruites dans un séisme

RDC: au moins un mort et des centaines de maisons détruites dans un séisme

AFP

Afrique du Sud: l'explosion de la centrale syndicale Cosatu, un séisme

Afrique du Sud: l'explosion de la centrale syndicale Cosatu, un séisme