mis à jour le

Manifestations de salafistes à Kairouan en Tunisie le 20 mai 2013.REUTERS/Anis Mili
Manifestations de salafistes à Kairouan en Tunisie le 20 mai 2013.REUTERS/Anis Mili

Comment l'expression "Allahu akbar" est devenue synonyme d'un radicalisme religieux

Pour l'écrivaine et blogueuse égyptienne Nervana Mahmoud cette expression est désormais utilisée pour justifier des crimes atroces.

On a tous vu ces images: un homme d’origine nigériane tient dans ses mains rouge de sang un hachoir et un couteau, lesquels ont servi à tuer un soldat britannique. Il demande aux passants d’allumer leur caméra et de prendre des photos. Dans l’une des vidéos filmées ce jour-là, il justifie son geste barbare au nom de l’islam. Il ponctue son message par un «Allahu Akbar» (Dieu est grand!).

Cette énième utilisation de l’expression «Allahu Akbar» a poussé la blogueuse et doctorante égyptienne Nervana Mahmoud à réagir dans les colonnes du site Daily News Egypt. Elle  s’indigne devant l’abus d’une expression devenue le synonyme d’un radicalisme religieux. L’exemple du crime de Woolwich n’est pas isolé. Récemment, après avoir mangé le cœur d’un soldat du régime al-Assad, un insurgé de la brigade al-Farouk avait crié «Allahu Akbar».

L’utilisation de cette expression a évolué ces dernières décennies. Nervana Mahmoud revient sur ces changements.

Selon elle, l’expression était, jusqu’en dans les années 1970, utilisée lors des appels à la prière ou des grandes occasions comme les mariages ou les enterrements. Il s’agissait alors de louer la beauté de dieu, sa grandeur.

Depuis l’émergence de l’islamisme politique et des transformations socioéconomiques qu’ont connue les pays musulmans, Nervana Mahmoud observe une rupture. Elle remarque que les groupes islamistes poussent leurs partisans à scander «Allahu akbar» dès qu’une occasion se présente: une manifestation, une naissance, une réunion... Une manière de rendre plus poreruse la frontière entre le politique et le religieux.

Dans le cas de la Syrie, Nervana Mahmoud interprète ces cris comme un appel à l’aide, un signe de détresse et de fatalisme évident. Mais pas seulement. Invoquer Dieu est aussi devenue le moyen de se laver de ses crimes les plus atroces, de les justifier au nom de Dieu.

Mais la blogueuse tient toutefois à rappeler que pendant ce temps, dans le monde arabe, de nombreux musulmans continuent à lutter avec acharnement contre l’islamisme radical.

Lu sur Daily News Egypt

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Le nouveau roi du Rwanda vit dans une petite maison en banlieue de Manchester  Une sécheresse menace des milliers d'éléphants au Zimbabwe, mais l'Etat l'ignore  Dieudonné candidat à la présidence camerounaise, est-ce vraiment sérieux? 

attaques terroristes

Enlèvements

Le Nord-Cameroun et la menace Boko Haram

Le Nord-Cameroun et la menace Boko Haram

islam

Religion

Pourquoi les mots de Mohammed VI contre le djihadisme sont si précieux

Pourquoi les mots de Mohammed VI contre le djihadisme sont si précieux

Plage

En Algérie, le burkini est «une négociation entre la femme et la société»

En Algérie, le burkini est «une négociation entre la femme et la société»

terrorisme

«Un seul terroriste a tué 38 personnes à Sousse, un seul en a tué 84 à Nice»

«Un seul terroriste a tué 38 personnes à Sousse, un seul en a tué 84 à Nice»

islamisme radical

Vu de Nouakchott

Vas-y, Charlie, c'est bon!

Vas-y, Charlie, c'est bon!

Affaire Charlie Hebdo

«Aucun texte du Coran n'interdit de caricaturer le Prophète»

«Aucun texte du Coran n'interdit de caricaturer le Prophète»

Liberté d'expression

«Charlie a croqué le pape, pourquoi pas Mahomet?»

«Charlie a croqué le pape, pourquoi pas Mahomet?»