SlateAfrique

mis à jour le

Les Sénégalais téléphonent avec leurs ordinateurs

«Les blancs sont forts;  grâce à l’ordinateur, je vois ma fille en parlant avec elle», s’exclame Aïda Thiam, une sexagénaire analphabète qui utilise le logiciel Skype pour téléphoner à sa fille partie vivre en Italie.

Le cas d’Aïda est certes singulier, mais pas exceptionnel. Car comme le décrit le quotidien Le Soleil, téléphoner par Internet est la nouvelle tendance au Sénégal.

Le pays est depuis 2002 équipé de la fibre optique grâce au réseau transcontinental (SAT-3/WASC) reliant le Portugal à l’Afrique du Sud. En 2011, le nombre d’utilisateurs d’internet dépasse les 920.000, soit 7.3% de la population sénégalaise (Osiris).

Pour téléphoner avec son ordinateur, il suffit d’un accès à Internet. A la maison ou dans un cybercafé, les utilisateurs s'installent derrière leur machine, casque et micro sur la tête. Reste à se familiariser avec un logiciel de communication spécifique (MSN, Yahoo! Messenger, Skype, entre autres), souligne Le Soleil:

«Ce sont mes enfants qui me l’ont montré. Pour parler avec ma fille, j’utilisais mon téléphone portable, et je payais une carte [rechargeable]. Mais depuis que les enfants m’ont montré cette méthode je n’achète plus de crédit, c’est moins cher et c’est efficace car je vois ma fille, alors qu’au téléphone ce n’était pas le cas», renchérit Aïda Thiam.

Le principal intérêt du téléphone par Internet évoqué par les utilisateurs est en effet son prix, particulièrement avantageux pour les communications avec l’étranger, moins limitées dans le temps:

«C’est plus rentable, car avec 250 francs CFA [0.38 euros], vous avez une heure de connexion et vous pouvez parler avec des gens qui sont même [à l’étranger]. Alors qu’avec le téléphone, cela ne serait pas possible», explique Moussa Séne, gérant de cybercafé.

Seulement, Internet est encore loin de dépasser l'usage du téléphone portable. Le réseau haut débit concerne avant tout les grandes villes du pays. Et puis, au Sénégal, difficile d’échapper aux coupures d’électricité:

«Souvent, il y a coupure quand les gens sont en pleine discussion. Et c’est énervant. Alors si c’est le téléphone portable tu parles sans te soucier d’une éventuelle coupure de courant», reconnaît Moussa Séne.

Lu sur Le Soleil