mis à jour le

Un ancien ministre déplore le niveau «très bas» de l’élève

Le niveau de l'élève va de mal en pis. Après le constat de nombreux spécialistes, voilà qu'un ancien ministre de l'Education nationale (1992-1994), Ahmed Djebbar en l'occurrence, juge «très bas» le niveau de l'élève, notamment culturel. Cet ancien ministre du secteur attribue ce phénomène à une mauvaise méthode d'enseignement. Donc au système éducatif en application depuis 2003. «Le système éducatif accuse une grande carence. Il faut absolument une nouvelle réforme et revoir les programmes éducatifs. Le niveau des élèves est très bas», a-t-il souligné en marge d'une conférence sur «Les sciences arabes : de l'héritage gréco-indien à leur réception européenne». Pour lui, il manque au système éducatif algérien un «meilleur» enseignement de l'histoire et de la langue arabe qui soit «beaucoup plus riche qu'aujourd'hui», estimant que la langue utilisée actuellement est «pauvre». «Il faut revoir, a-t-il recommandé, le système de gouvernance pour réformer le système éducatif et élever, ainsi, le niveau et améliorer les connaissances de nos enfants, comme il manque à nos futurs citoyens une connaissance de la belle production culturelle, prose et poésie, produite par les grands poètes de toute la civilisation arabo-musulmane». Ce mathématicien, professeur émérite à l'université de Lille (France), estime dans ce sillage qu'«il n'aurait pas fallu qu'on nationalise la culture et qu'on se consacre seulement à l'étude et à l'enseignement des auteurs d'origine algérienne ou maghrébine». Il fallait, à ses yeux, apprendre aux élèves à être «autonomes et à ne pas être des perroquets». «Les élèves ne doivent pas écrire sous la dictée. Il y a même des classes où l'on dicte les mathématiques, c'est grave. Les mathématiques ne se dictent jamais, elles se comprennent, s'observent et se réfléchissent», a-t-il soutenu, relevant l'important potentiel humain dont jouit l'Algérie et qui n'est malheureusement pas judicieusement exploité. «Il est nécessaire de donner aux potentialités humaines les moyens et les possibilités de leur épanouissement pour qu'elles contribuent à la formation des futures générations», a-t-il insisté, fournissant ainsi matière à réflexion pour les responsables du secteur qui se sont investis, depuis quelque temps, dans une opération visant à rattraper certaines erreurs du système actuel.  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

ministre

AFP

Guinée-Bissau: le parti au pouvoir rejette le nouveau Premier ministre

Guinée-Bissau: le parti au pouvoir rejette le nouveau Premier ministre

AFP

RD Congo: l'opposant Samy Badibanga nommé Premier ministre

RD Congo: l'opposant Samy Badibanga nommé Premier ministre

AFP

Afrique du Sud: soupçons sur un braconnier chinois et un ministre

Afrique du Sud: soupçons sur un braconnier chinois et un ministre