mis à jour le

Le procès aura lieu aujourd’hui à Alger

Le tribunal criminel d'Alger aura aujourd'hui à traiter l'affaire d'un vaste réseau de trafic d'enfants. Le procès concerne treize personnes impliquées dans l'enlèvement et le détournement d'un nombre «indéterminé» d'enfants algériens pour les déplacer en Europe, notamment vers la France où ils sont adoptés, et ce, en contrepartie de grosses sommes d'argent, a indiqué l'APS, citant des sources judiciaires en charge de ce lourd dossier. Les services de sécurité avaient démantelé, en 2009, ce réseau international à l'origine de la disparition d'un grand nombre d'enfants et leur déplacement vers l'étranger, à l'aide de fausses procurations, selon la même source. Le réseau, constitué d'Algériens et de Français, activait depuis les années 1990 en Algérie et l'enquête n'a pu déterminer le nombre exact d'enfants enlevés. L'instruction dans cette affaire a été lancée suite au décès, en 2009, d'une jeune fille lors d'un avortement dans une clinique à Aïn Taya (Alger), appartenant à un médecin, H. K., principal accusé dans ce dossier criminel. Les investigations ont révélé que ce médecin généraliste se faisait passer pour un obstétricien propriétaire d'une clinique à Aïn Taya et, avec l'aide de sa s½ur, il prenait en charge gratuitement des femmes enceintes célibataires jusqu'à ce qu'elles accouchent et exploitait aussi les f½tus avortés qu'il conservait dans un produit spécial et exportait vers l'étranger. Deux notaires sont également impliqués dans cette affaire. Ils étaient  chargés de rédiger «des documents de désistement» signés par les mères célibataires. Suite à une enquête approfondie, les services de sécurité sont parvenus à récupérer trois enfants au domicile d'une puéricultrice exerçant dans une pouponnière à El Biar et découvert «12 certificats d'adoption» rédigés entre 2005 et 2006, sur lesquels figurent 9 enfants déjà expatriés de manière illégale et dont la kafala a été confiée à d'autres personnes moyennant une somme d'argent.  

procès

AFP

Sénégal: le procès du maire de Dakar renvoyé dès l'ouverture au 3 janvier

Sénégal: le procès du maire de Dakar renvoyé dès l'ouverture au 3 janvier

AFP

Mali: une association réclame la reprise du procès du chef de l'ex-junte

Mali: une association réclame la reprise du procès du chef de l'ex-junte

AFP

Maroc: le leader du mouvement de contestation hospitalisé pendant son procès

Maroc: le leader du mouvement de contestation hospitalisé pendant son procès

Alger

AFP

Macron

Macron

AFP

Macron

Macron

AFP

Macron

Macron