SlateAfrique

mis à jour le

La reine du café kényan équitable

Joliment emballé dans un paquet sous vide fait main, le café Vava raconte sur chacun de ses sachets de fèves l’histoire d’un de ses cultivateurs. Ce produit équitable made in Kenya mise sur le haut de gamme: une niche prometteuse selon Vava Angwenyi, la jeune femme de 30 ans à la tête de la start-up.

Le jury du BBC Word Challenge 2011 ne s’y est pas trompé: le quotidien kényan The East African rapporte en effet que l'entreprise de Vava a été sélectionnée parmi les 12 finalistes du concours international, avec deux autres projets issus du continent africain:

«C'est tellement excitant d'être finaliste, et gagnante signifierait beaucoup, pas seulement pour moi mais surtout pour les personnes qui ont aidé cette entreprise à croître», explique Vava.

Le café Vava est sélectionné chez des petits producteurs kényans de la région de Gacharage, à 100 km de la capitale Nairobi. Mais la petite entreprise ne fait pas qu’acheter ses fèves chez ces cultivateurs, elle les aide à acheter engrais, plants et assure également leur formation à de meilleures pratiques agricoles.

Tout l’enjeu du commerce équitable est là; il s’agit d’assurer des revenus de subsistance durables à l’ensemble de la chaîne de production. Vava a ainsi embauché un groupe de femmes issu de bidonvilles et d’enfants des rues pour conditionner les sacs de fèves. Grâce à la fondation qu’elle a créée, elle participe à hauteur de 10% de ses recettes à l’éducation des enfants.

Mais tout repose sur le succès du café. En deux ans, Vava en a vendu 5.000 paquets. Malgré sa qualité (brulé par petites fournées pour en conserver l’arôme), le chiffre d’affaires est de 912 euros, à peine de quoi «garantir l’avenir», estime The East African.

Or, l’entreprise rencontre des difficultés à réunir des fonds pour augmenter son capital:

«Le problème avec les fonds de capital-risque est que les investisseurs n’acceptent de vous aider qu’à condition que votre commerce soit déjà prospère», peste Ava.

Remporter le BBC Word Challenge serait un sacré coup de pouce, puisqu'il y a un chèque de 14.000 euros à la clé pour le gagnant, et 7.000 euros pour les finalistes qui termineront en 2 et 3e position. Le vote démarrera le 26 septembre 2011. Patience, donc.

Lu sur The East African