mis à jour le

ROBBEN RETROUVE LA LUMIERE

Il était le maudit des finales. Mais ça, c’était avant. Désormais, Arjen Robben restera l’éternel héros de la victoire du Bayern Munich sur le Borussia Dortmund (2-1) samedi, synonyme de cinquième titre de champion d’Europe pour le club bavarois. Passeur décisif sur l’ouverture du score de Mario Mandzukic, l’ailier néerlandais a donné la Ligue des champions à sa formation au bout du temps réglementaire (88è), en poussant du bout du pied un ballon parti mourir dans les filets de Roman Weidenfeller. Un but qui efface tout, c'est-à-dire beaucoup de choses le concernant. Avant de devenir l’homme du match de cette finale, Robben avait connu bien des déboires. Cette finale de Ligue des champions, il l’abordait forcément avec un esprit revanchard. Il y a trois ans, le Néerlandais avait connu une première désillusion à ce stade de l’épreuve. Après avoir été l’un des grands artisans du parcours du Bayern jusqu’en finale à Madrid, il avait subi la loi de l’Inter de José Mourinho avec le club bavarois (2-0). La frustration s’était encore accumulée quelques semaines plus tard après la défaite avec les Pays-Bas face à l’Espagne (1-0 a.p.) en finale de la Coupe du monde. Et ce souvenir  d’un duel perdu face à Iker Casillas à l’approche de la fin du temps réglementaire qu’il n’oubliera probablement jamais. Ces deux énormes désillusions, Robben avait déjà eu l’occasion de les effacer, au moins en partie, lors de la finale de la Ligue des champions face à Chelsea l’an dernier. Il avait eu la victoire au bout du pied, sur un penalty que Petr Cech, le gardien des Blues, avait repoussé durant la prolongation (96e). Le rôle du héros était définitivement revenu au Tchèque au cours de la séance de tirs au but qui avait sacré le club anglais. Avec la défaite concédée la semaine précédente face à Dortmund (5-2) en finale de la coupe d’Allemagne, cela faisait quatre fois consécutives que le Néerlandais butait sur la dernière marche. Fatalement, on lui a un peu collé une étiquette de chat noir au moment où le Bayern devait disputer sa troisième finale de Ligue des champions en quatre ans. Et cela semblait bien parti pour durer. Sa première période n’a pas été loin de rappeler sa prestation face à Chelsea l’an dernier. Robben a manqué à peu près tout ce qu’il a tenté. Servi dans le dos de la défense du Borussia, il a d’abord perdu un premier duel face à Roman Weidenfeller (30e). Puis un deuxième, sur un long ballon en profondeur à l’arrivée duquel sa reprise est allée s’écraser sur le visage du gardien de Dortmund (43e). A la pause, le Néerlandais avait déjà manqué deux occasions très nettes de donner l’avantage à son équipe. Il en était à 24 frappes tentées sur l’ensemble de ses finales de Ligue des champions, et toujours pas de but inscrit. Robben était bien parti pour être encore maudit, et rester une fois de plus dans l’ombre des vainqueurs. Mais l'international néerlandais a fini par trouver la lumière sur la pelouse de Wembley. Et la réussite. D'abord à l'heure de jeu, sur un excellent travail de Ribéry. Servi sur la gauche de la surface, Robben a éliminé Weidenfeller avant de voir son centre, dévié par le gardien du Borussia, arriver dans les pieds de Mario Mandzukic, qui ne s’est pas fait prier pour ouvrir le score. Mais le meilleur était encore à venir. Au bout du temps réglementaire, le Néerlandais s’est retrouvé  à la réception d’une talonnade de Ribéry pour devancer Weidenfeller du bout du pied et donner ce cinquième titre de champion d’Europe à un Bayern qui n’en pouvait plus de tourner autour sans l’atteindre. Histoire de s’offrir enfin cette rédemption après laquelle il n’en finissait plus de courir.

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

lumière

AFP

Nigeria: le vice-président Osinbajo, de l'ombre

Nigeria: le vice-président Osinbajo, de l'ombre

AFP

Ouganda: la lumière viendra d'une centrale solaire

Ouganda: la lumière viendra d'une centrale solaire

AFP

RDC: la pollution minière en pleine lumière

RDC: la pollution minière en pleine lumière