mis à jour le

Le Botswana nie vouloir expulser des Bushmen pour créer un parc naturel

Le gouvernement du Botswana a démenti dimanche avoir l'intention d'expulser des centaines de Bushmen de leurs terres pour créer un parc naturel, comme l'a affirmé l'ONG britannique Survival International.

Survival International avait assuré vendredi que plusieurs centaines de Bushmen, issus de la communauté de Ranyane, dans une zone reculée du sud du Botswana, étaient menacés d'expulsion par un projet gouvernemental destiné à préserver l'écosystème forestier local et à promouvoir le tourisme dans ces magnifiques paysages de savane semi-aride.

"Le gouvernement du Botswana n'a aucun projet de déplacement de ceux qui souhaitent rester à Ranyane", a assuré dimanche son porte-parole, Jeff Ramsay, dans un communiqué, qualifiant Survival International "d'organisation néo-apartheid basée à Londres".

Les Bushmen, population indigène d'Afrique australe, vivent de chasse et de cueillette, produisent leur propre nourriture et ont un accès limité aux soins.

Survival International avait fait état vendredi d'informations selon lesquelles des responsables du gouvernement local allaient envoyer des camions pour expulser des centaines de Bushmen de Ranyane et procéder à la destruction de leurs maisons.

Le projet contesté par Survival est le corridor écologique du Western Kgalagadi. Son but est de protéger des zones sauvages entre le parc transfrontalier du Kgalagadi (KTP, Sud) et la Réserve centrale du Kalahari (CKGR, centre), afin d'offrir un couloir de migration aux grands ongulés.

Selon Survival International, le président du Botswana Ian Khama, amateur de la nature, siège au directoire de l'organisation américaine Conservation International qui met en oeuvre ce corridor.

Selon le porte-parole du gouvernement, la plupart des habitants ont demandé à être relogés.

Les autorités ont eu cinq rencontres avec les Bushmen de Ranyane, qui seraient au nombre de 182 selon des chiffres officiels.

M. Ramsay n'a pas fait de commentaires sur les projets de parc naturel.

Ces dernières années, le Botswana a chassé des Bushmen de leurs terres pour créer des parcs écologiques, provoquant des protestations au niveau international.

Les Bushmen revenus sur leurs terres se sont vu refuser l'accès à l'eau et ont été menacés de poursuites. Leur population, estimée à quelque 100.000, a été décimée par les maladies, les famines et la malnutrition.

AFP

Ses derniers articles: Incertitudes sur la tenue de la présidentielle fin décembre en Centrafrique  Le Mali rend hommage  La Somalie nomme un nouveau Premier ministre, annonce un accord pour les élections 

Botswana

AFP

Le Botswana s'inquiète de la hausse du braconnage visant ses rhinocéros

Le Botswana s'inquiète de la hausse du braconnage visant ses rhinocéros

AFP

Faute de pluies, les chenilles comestibles du Botswana se font plus rares

Faute de pluies, les chenilles comestibles du Botswana se font plus rares

AFP

Botswana : le braconnage des rhinocéros en hausse malgré les efforts du gouvernement

Botswana : le braconnage des rhinocéros en hausse malgré les efforts du gouvernement

Bushmen

Traditions

Il faut sauver les Bushmen

Il faut sauver les Bushmen

AFP

Botswana: les Bushmen se battent pour leur droit à la terre

Botswana: les Bushmen se battent pour leur droit à la terre

Actualités

Le Botswana nie vouloir expulser des Bushmen pour créer un parc naturel

Le Botswana nie vouloir expulser des Bushmen pour créer un parc naturel

parc

AFP

RDC: crash d'une avionnette dans le parc de Kahuzi-Biega

RDC: crash d'une avionnette dans le parc de Kahuzi-Biega

AFP

Sénégal: le président annonce un parc de 10 hectares, trop peu disent les assoiffés de vert

Sénégal: le président annonce un parc de 10 hectares, trop peu disent les assoiffés de vert

AFP

RDC: au moins 18 morts dont douze rangers dans une attaque

RDC: au moins 18 morts dont douze rangers dans une attaque