mis à jour le

L’apartheid des sexes : programme politique des islamistes …

Par Mustapha Stambouli

Le Gourou vient de commettre l'irréparable. Lors de la rencontre-débat sur la «chariâa dans le domaine politique» organisée justement pour semer le doute et donner des gages aux obscurantistes sur les intentions réelles du parti islamiste, les organisateurs bien intentionnés de cette manifestation ont sciemment séparé les femmes des hommes. Une première dans notre pays depuis l’adoption du CSP. La mixité est réellement menacée et le gourou est en train de nous programmer un destin obscur où la femme serait exclue de la vie publique et de la vie tout court ... Il vient de résumer sa pensée réelle et sa stratégie de mise en ½uvre : sous prétexte de séparer les sexes, il projette organiser l’apartheid des sexes, première étape préliminaire de la wahhabisation de la  société tunisienne.

Un complot contre la femme se tisse à « Sonplaisir » pour l’exclure définitivement de la vie publique et du travail en particulier sous couvert de la séparation de deux sexes. Voilà, la stratégie de cet obscurantiste pour résoudre le problème du chômage. Les femmes doivent réagir rapidement et vigoureusement pour faire avorter ce projet monstrueux et décadent.

Il faut s'attendre que cette stratégie soit imposée à partir de l'école maternelle pour mieux ancrer dans l'esprit des enfants cet apartheid. Cette ségrégation des sexes ouvre la voie vers la différenciation des programmes et matière à enseigner. Ceci suggère que les filles auraient essentiellement un programme pour femme au foyer. Voilà comment le gourou entend organiser la vie des citoyennes tunisiennes.

Nos islamistes cherchent-ils de plagier « Le Hamas » qui compte imposer, à compter de septembre prochain, la séparation des filles et des garçons âgés de plus de neuf en vertu d'une nouvelle loi adoptée par les putschistes islamistes qui administrent l'enclave côtière palestinienne.

Aussi, il faut s'attendre, dans une première étape, à la mise en place des cités industrielles réservées exclusivement aux femmes à l'instar du projet wahhabite en Arabie Saoudite à Al-Ahasa près de Hofuf, dans l’Est du pays. La seconde étape est le renvoi définitivement des femmes aux foyers.

Le monde progresse d'une manière continue en matière de parité entre les hommes et les femmes et la Tunisie, post 14 janvier 2011, songe à faire marche arrière en instituant des dispositions constitutionnelles pour faire barrage à la femme par tous les moyens. C'est un obscur projet de société qui se dessine à l'horizon, un projet rétrograde, réactionnaire et complètement anachronique.

Femmes, continuez de vous opposer à ce projet raciste, continuez de vous révolter contre les diktats de ces obscurantistes-salafistes. Saisissez l'évènement pour vous organiser et faire échouer leur projet diabolique de vous renvoyer au foyer. Nous sommes avec vous car nous croyons toujours à la devise d'Aragon « la Femme et l'avenir de l'Homme ».

Exclure la femme de la vie publique, c'est condamner notre pays au sous-développement et à l'ignorance. La femme aux responsabilités publiques n'est pas un choix, c'est une obligation historique non négociable. Nous estimons que l'égalité totale entre les hommes et les femmes demeure une revendication fondamentale et doit être inscrite dans la Constitution « promise ».

Trop, c'est trop, après les déclarations troublantes du président provisoire sur le port du nikab intégral à l'université, maintenant on prépare l'apartheid dans sa version moyenâgeuse, misogyne et méprisable.

Par Mustapha STAMBOULI le 26 mai 2013

programme

AFP

Le roi du Maroc "mécontent" du retard dans le programme de développement d'Al-Hoceima

Le roi du Maroc "mécontent" du retard dans le programme de développement d'Al-Hoceima

AFP

Programme chargé pour Macron au Mali

Programme chargé pour Macron au Mali

AFP

Le FMI approuve un programme de prêts de 241 millions de dollars au Togo

Le FMI approuve un programme de prêts de 241 millions de dollars au Togo

politique

AFP

Crise politique

Crise politique

AFP

Au Maroc, un boycott relance le débat sur les liens entre politique et business

Au Maroc, un boycott relance le débat sur les liens entre politique et business

AFP

Burundi: trois ans de crise politique violente

Burundi: trois ans de crise politique violente

islamistes

AFP

Souad Abderrahim, une proche des islamistes pressentie pour être maire de Tunis

Souad Abderrahim, une proche des islamistes pressentie pour être maire de Tunis

AFP

Kenya: cinq policiers tués dans le nord-est par des islamistes présumés

Kenya: cinq policiers tués dans le nord-est par des islamistes présumés

AFP

Egypte: au moins 35 policiers et soldats tués dans des combats avec des islamistes

Egypte: au moins 35 policiers et soldats tués dans des combats avec des islamistes