mis à jour le

La position de la Russie sur la Syrie reste fondamentalement inchangée

La position de la Russie sur la Syrie, favorable à un règlement politique, reste fondamentalement inchangée, a déclaré vendredi le Kremlin.

« La position de la Russie concernant la Syrie est une position de principe, elle peut être nuancée en fonction de l’évolution de la situation mais fondamentalement elle reste la même », a déclaré aux journalistes le conseiller présidentiel Iouri Ouchakov.

Le président Vladimir Poutine discute constamment du problème syrien avec les dirigeants étrangers lors de leurs entretiens, particulièrement avec le Premier ministre britannique David Cameron, a-t-il ajouté.

« Leur contact a été intéressant, et de nombreuses idées utiles ont été avancées. M. Cameron s’est ensuite rendu en visite à Washington et a téléphoné à M. Poutine par la suite. Ils sont restés en contact au sujet de la Syrie en prenant en compte les discussions de M. Cameron avec (le président américain Barack, ndlr) Obama », a déclaré M. Ouchakov.

Selon le conseiller du Kremlin, la Russie travaille de concert avec les voisins de la Syrie et les autres parties intéressées et dialogue également avec les parties à l’intérieur de la Syrie elle-même.

« Ce processus a été développé activement, en incluant le contexte des relations russo-américaines », a-t-il déclaré.

En mai, M. Poutine a également discuté du règlement de la question syrienne avec les dirigeants du Japon, d’Egypte, d’Israël, du Vietnam, d’Inde et d’Afrique du Sud, a ajouté ce responsable.

L’opposition réclame des « gestes de bonne volonté »

L'opposition syrienne a réclamé vendredi des « gestes de bonne volonté » de la part du régime du président Bachar al-Assad avant d'envisager de prendre part à un dialogue dans le cadre de la conférence internationale sur le conflit en Syrie.

« Il est très important pour nous d'avoir des gestes de bonne volonté, des deux camps (…) Nous voulons être sûrs que quand nous entrerons dans ces négociations, le bain de sang va s'arrêter en Syrie », a affirmé Khaled Saleh, un des porte-parole de la Coalition nationale de l'opposition syrienne en marge d'une réunion à Istanbul.

Concernant les gestes réclamés par l'opposition, M. Saleh a précisé qu'il s'agit de « choses simples comme arrêter d'utiliser des missiles Scuds, redéployer son armée hors de certaines villes ».

Plus tôt dans la journée, la Russie a assuré avoir obtenu l'accord de principe du régime syrien de participer à la nouvelle conférence de paix dite « Genève 2″.

Des médias occidentaux ont évoqué la date du 10 juin pour cette conférence, qui pourrait être organisée à Genève, comme celle tenue il y a un an et restée sans effet.

La Coalition nationale de l'opposition syrienne a entamé depuis jeudi à Istanbul une réunion de trois jours pour débattre de sa participation à la conférence de paix, dont le principe a été lancé au début du mois lors d'une visite du secrétaire d'Etat américain John Kerry à Moscou.

Russie

Diplomatie

La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan

La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan

AFP

Amical: la Côte d'Ivoire plonge un peu plus la Russie dans le doute

Amical: la Côte d'Ivoire plonge un peu plus la Russie dans le doute

AFP

Libye: Haftar, l'homme fort de l'est libyen, parie sur la Russie

Libye: Haftar, l'homme fort de l'est libyen, parie sur la Russie

Syrie

AFP

Les dessous du pacte de Lafarge avec le groupe Etat islamique en Syrie

Les dessous du pacte de Lafarge avec le groupe Etat islamique en Syrie

AFP

Mondial-2018: l'Argentine doit se reprendre, la Syrie pour un nouvel exploit?

Mondial-2018: l'Argentine doit se reprendre, la Syrie pour un nouvel exploit?

AFP

Ces réfugiés étrangers qui restent en Syrie malgré la guerre

Ces réfugiés étrangers qui restent en Syrie malgré la guerre