mis à jour le

L’avance de l’armée syrienne se confirme à Qousseir

Les combats font rage à Qousseir, l’un des bastions terroristes dont essaient de s’emparer les forces fidèles à Bachar el-Assad depuis près d’une semaine. Ce samedi 25 mai, selon plusieurs sources, l’armée syrienne et des combattants du Hezbollah ont réussi à pénétrer dans l’ancien aéroport militaire de Dabaa, une position clé pour les insurgés qui tentent de défendre la ville.

Les informations proviennent à la fois de sources militaires syriennes, et de sources proches de l’opposition. Elles confirment l’avancée de l’armée syrienne, et des combattants du Hezbollah venus lui prêter main-forte, aux dépens des terroristes rebelles .

Appuyées par l’aviation et par des blindés, les troupes loyalistes ont pénétré à l’intérieur d’un ancien aéroport situé à six kilomètres de Qousseir. Une position essentielle, car sans elle, la rébellion se retrouve totalement encerclée.

Des combats et des bombardements d’une violence inouïe ont lieu samedi dans et autour de la ville syrienne de Qousseir, que l’armée syrienne épaulée par le Hezbollah libanais tente de prendre depuis une semaine aux rebelles, selon une ONG.

« Les combats et les bombardements, qui ont lieu samedi sur tous les axes à l’intérieur et à l’extérieur de Qousseir, sont les plus violents depuis le début de l’offensive », a affirmé à la presse Rami Abdel Rahmane, directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), qui bénéficie d’un large réseau d’informateurs et de militants à travers le pays.

D’après des témoignages recueillis sur Internet et selon les informations données par l’OSDH, un réseau proche de l’opposition, l’offensive se serait brutalement accélérée dans la soirée du vendredi 24 mai.

Selon certains témoins, ce sont désormais les forces spéciales et les combattants du Hezbollah qui se trouvent à la tête des opérations.

Les forces gouvernementales auraient pris le contrôle d’à peu près les deux tiers de Qousseir et chercheraient désormais à déloger les insurgés de leurs derniers bastions. Mais elles ont payé pour cela un prix élevé en raison de la résistance acharnée des rebelles.

Un responsable proche du Hezbollah a confié à Reuters que l’avancée des troupes loyalistes était laborieuse. « Nous sommes dans la seconde phase de notre plan d’attaque, mais notre progression est très lente et difficile. Les rebelles ont tout miné, les rues, les maisons. Même les réfrigérateurs sont piégés », a-t-il dit.

Pour les terroristes, la perte de Qousseir serait un coup terrible. Cette ville de 25 000 habitants se trouve sur le principal point de passage entre les zones tenues par les insurgés et le Liban.

Pour le régime de Damas, à l’inverse, la reconquête de Qousseir serait une victoire éclatante sur le plan militaire, mais aussi politique. Elle confirmerait en effet que, sur le terrain, le rapport de force est en train de basculer en faveur de Bachar el-Assad.

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes