mis à jour le

RDC : le M23 accuse l'armée de l'avoir attaqué, dit l'avoir repoussée

KINSHASA (AFP) - (AFP)

La rébellion du M23, active dans l'Est de la République démocratique du Congo, a affirmé samedi que l'armée l'avait attaquée à l'aube en coalition avec la rébellion hutu rwandaise des FDLR, ce qu'un porte-parole militaire congolais a démenti.

A 03H00 (01H00 GMT), "les FARDC (armée congolaise) ensemble avec les FDLR (Forces démocratiques de libération du Rwanda) ont attaqué la position du M23 dans la localité de Kibumba et Kanyamahoro.Nos forces ont repoussé l'ennemi", a affirmé le porte-parole militaire du Mouvement du 23 mars (M23), le lieutenant-colonel Vianney Kazarama, dans un communiqué.

Selon lui, une partie des soldats congolais et des FDLR a été repoussée dans le parc des Virunga.Une autre partie de "ces assaillants a traversé la frontière pour aller au Rwanda", a-t-il assuré, ajoutant qu'ils s'étaient retrouvés dans la localité de Ruhengeri.

Interrogée par l'AFP, l'armée a démenti les affirmations de la rébellion."Les FARDC ne sont pas à Kibumba, c'est une zone entièrement sous contrôle du M23.Nous, nous sommes de notre côté", a déclaré le lieutenant-colonel Olivier Hamuli, porte-parole de l'armée dans la province du Nord-Kivu.

"Ils se sont peut-être battus entre eux ou avec d'autres groupes armés.(...) Depuis l'arrivée de Ban Ki-Moon, on n'a jamais combattu (avec le M23).Le front est calme", a-t-il insisté.

Après plusieurs mois de trêve, de violents affrontements ont opposé de lundi à mercredi l'armée et le M23.Les bélligérants ont cessé les combats pour la visite du secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon, jeudi à Goma, capitale de la province riche et instable du Nord-Kivu.

Dans le cadre d'une tournée régionale, Ban Ki-Moon a annoncé que la nouvelle brigade d'intervention de l'ONU serait prête d'ici "un à deux mois" pour combattre les groupes armés de l'Est congolais - M23 en tête.Cette force comptera 3.000 hommes sud-africains, tanzaniens et malawites.

Des experts de l'ONU affirment que le Rwanda et l'Ouganda, voisins de la RDC, soutiennent le M23 -ce que ces deux pays réfutent.De passage à Kigali après Goma, Ban Ki-Moon a indiqué que le Rwanda était "essentiel" pour la paix dans l'Est congolais.

L'armée et le M23, mouvement actif depuis mai 2012, s'accusent mutuellement de collaborer avec les rebelles des FDLR.Certains d'entre eux sont recherchés par Kigali pour leur participation présumée au génocide des Tutsis de 1994 au Rwanda, qui a fait 800.000 morts, selon l'ONU.

Africa n°1

Ses derniers articles: Les coups de coeur du 24/06/13  Mali : l'UE débloque 90 millions pour "consolider" l'Etat  Afrique du Sud : un syndicat veut doubler les salaires dans les mines 

RDC

AFP

L'Église craint que la RDC sombre dans "une situation incontrôlable"

L'Église craint que la RDC sombre dans "une situation incontrôlable"

AFP

Dix morts en une semaine du choléra dans le sud-est de la RDC

Dix morts en une semaine du choléra dans le sud-est de la RDC

AFP

Violences

Violences

M23

AFP

République démocratique du Congo: l'ex-rébellion M23 demande un nouveau programme de démobilisation

République démocratique du Congo: l'ex-rébellion M23 demande un nouveau programme de démobilisation

AFP

RDC: plus de 350 membres de l'ex-rébellion congolaise du M23 amnistiés

RDC: plus de 350 membres de l'ex-rébellion congolaise du M23 amnistiés

AFP

RDC: la vie a repris, mais l'occupation par le M23 a laissé des traces

RDC: la vie a repris, mais l'occupation par le M23 a laissé des traces