mis à jour le

AMSATOU SOW SIDIBE SUITE AU RAPPORT D’AMNESTY INTERNATIONAL « Il n’y aura pas de recul, malgré les péripéties que nous regrettons beaucoup»

Le ministre conseiller, chargé des affaires juridiques, Amasatou Sow Sidibé a apporté une réplique, suite à la publication, jeudi dernier, du rapport d'Amnesty International dans lequel le Sénegal est jugé mauvais élève, malgré le changement de régime. Mme Sidibé a promis qu'il n'y aura pas de recul, malgré les péripéties regrettées.


Selon la secrétaire générale du mouvement « Car Léneen », l'ensemble des institutions de la République, notamment, la Présidence, s'activent dans la défense des principes des droits de l'homme, suite au rapport de l'Ong Amnesty International qui disait la gestion du pouvoir par l'actuel Président pareille, sous Wade, avec son lot de morts. Le ministre conseiller se veut, malgré cela, optimiste. «Aujourd'hui, la lutte contre l'impunité, la traque des biens mal acquis, la baisse du prix des denrées de première nécessité, entre autres, sont autant de manifestations d'une prise en compte des droits humains, en particulier, les droits économiques, sociaux des personnes. Il n'y aura pas de recul, malgré les péripéties que nous regrettons beaucoup», a-t-elle dit, précisant, néanmoins, que la réalisation des droits de l'Homme est une quête permanente. «Il faut toujours se battre pour le respect de ces droits qui sont sacrés. Par exemple, le droit à la marche : droit fondamental qui permet aux citoyens d'exprimer leurs préoccupations, en manifestant, est inscrit dans la constitution. Tout le monde doit pouvoir en jouir», poursuivra-t-elle. Une position à contre courant de celle du gouvernement qui a, la semaine dernière, interdit la marche que comptait mener l'opposition, dans la banlieue.
Le ministre de finir, en avertissant que malgré les droits de tout un chacun, nul ne doit ignorer les aspects pratiques de leur application, notamment, l'aspect sécuritaire. «On cherche à réaliser les droits, à les rendre effectifs, tout en tenant compte des droits de chacun. Les droits des uns s'arrêtent là où commencent ceux des autres», conclut-elle.
Mamadou DIOUF
REWMI QUOTIDIEN

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

rapport

AFP

Boko Haram: le rapport complexe des femmes avec leurs ravisseurs

Boko Haram: le rapport complexe des femmes avec leurs ravisseurs

AFP

Corruption au Nigeria: nouveau rapport accablant contre Shell

Corruption au Nigeria: nouveau rapport accablant contre Shell

AFP

Réélection de Bongo au Gabon: un rapport de l'UE pointe des "anomalies"

Réélection de Bongo au Gabon: un rapport de l'UE pointe des "anomalies"