mis à jour le

Mimi Touré et l’APR s’y mettent aussi


Le rapport publié par Amnesty international-Sénégal sur la situation des droits humains au Sénégal contient, selon le Secrétariat exécutif de l'APR, un certain nombre de conclusions hâtives et injustifiées, lesquelles ne reposent sur aucune réalité. «Les jugements de valeur contenus dans ce rapport, qui caractérisent la situation de notre pays de préoccupante et régressive manquent bizarrement de logique et de fondement. En vérité, aucun reproche objectif ne peut valablement être fait au Gouvernement du Sénégal qui a suffisamment montré sa détermination», note-t-il. Et d'ajouter qu'avec la plus grande fermeté, l'APR déplore de tels propos.. «En effet, l'exercice plein des droits humains ne souffre d'aucune entrave sur l'étendue du territoire du Sénégal, lequel ne détient aucun prisonnier politique. Par ailleurs, aucun cas de torture avérée, décès en détention ou assassinat ou tentative d'assassinat politique, encore moins de violence politique, n'a été relevé durant la seconde alternance». Dans ce contexte, soutient le Secrétariat exécutif de l'APR, mettre le Sénégal au rang des pays tyranniques, du seul fait qu'une marche a été interdite par une autorité administrative compétente, relève de la volonté manifeste de délégitimer les efforts importants du Gouvernement du Sénégal, en matière de protection des droits humains, au risque de dégrader, volontairement, l'image de notre pays. L'APR a fini par demander au Gouvernement de ne point se laisser distraire.
Le ministre de la Justice, Aminata Touré, a, quant à elle, précisé que 80 % des données compilées dans le dernier rapport publié par l'ONG Amnesty International, sur l'état des droits de l'homme au Sénégal, ne concernent pas le magistère de Macky Sall. Pour elle, le document de l'organisation de défense de l'homme est en déphasage avec la situation qui prévaut, depuis l'arrivée de Macky Sall au pouvoir. Le ministre de la Justice a soutenu que le document fait un mélange de genres entre le rapport et les commentaires politiques.


REWMI QUOTIDIEN