mis à jour le

Forum mondial des droits de l’Homme : « La femme tunisienne ne se laissera pas faire. Nous sommes aux aguets ! »

Deux Tunisiennes devaient être à l’honneur lors d’un débat sur les droits de la femme et la fille, à Nantes, lors du Forum mondial des droits de l’Homme 2013. Si Zakia Dhifaoui n’a pas pu être présente, Amina Soussi elle a fait entendre sa voix.

Zakia Dhifaoui est une figure du militantisme pour les droits de l’Homme en Tunisie. En 2008, alors qu’elle se rend à Gafsa pour couvrir les événements du bassin minier, elle est arrêtée. En 2010, après avoir témoigné de la situation des droits de l’Homme en Tunisie, lors d’une édition du Forum mondial des Droits de l’homme à Nantes, elle est agressé. Son invitation, cette année, était donc un moment attendu. Zakia Dhifaoui devait témoigner de la situation post-révolutionnaire dans le pays. Le ministère de l’Education lui a refusé sa demande d’absence, au motif que les examens ont lieu en Tunisie. Un refus qui laisse amer les personnes présentes sur place et qui laisse renaître la question de la censure.

C’est que la question des droits de la femme en Tunisie est sensible. Amina Soussi, présidente de l’association La voix de la femme à Mahdia en a témoigné :

« La femme tunisienne est forte et elle est très présente dans la société civile. Heureusement car cette implication lui permet de défendre ses droits et acquis. Elle est attentive face à l’obscurantisme. »

Amina Soussi a d’abord dressé un tableau positif de la situation, rappelant que la femme tunisienne bénéficie d’une situation avancée par rapport à ses voisines du Maghreb : « En Tunisie Bourguiba a décidé que la femme devait être un membre actif dans la société. Son absence aurait bloqué l’avancé du pays. Avec le CSP Bourguiba a libéré la femme, lui a donné le droit de voter, l'accès à l’éducation pour les filles, pour que la Tunisienne ai accès au monde du travail. »

Elle a également rappelé le fait que la femme est présente dans tous les domaines d’activité, qu’elle travaille énormément dans l’éducation et forme les jeunes, que la femme rurale contribue au développement des familles et à l’enrichissement, elle qui est souvent le premier responsable de la famille.

L'accès au monde du travail est point important pour Amina Soussi qui a expliqué qu’il y a des lacunes à combler à ce niveau : « Dans le monde du travail elles sont plus touchées par le chômage. Dans les régions rurales la discrimination est forte. La femme travaille autant, voire plus, que l’homme, mais elle est moins payée qu’eux. Les filles doivent parfois quitter l'école plus tôt. Souvent elles sont placées dans des maisons en ville contre une rémunération minime… ce sont des injustices contre lequelles il faut lutter. »

Elle a expliqué que l’accès à des postes de décision dans les entreprises peut permettre d’améliorer la situation des femmes dans le travail, car, selon elle, la femme chef d’entreprise embauchera plus facilement une autre femme. L’accés des femmes à des postes politiques permet également de proposer des lois qui vont dans le bon sens.

Mais surtout, Amina Soussi dont l’association a vu le jour quelques mois après la révolution, a interpellé les hommes et leur nécessaire implication dans la lutte pour l’égalité :

« Quand l’homme ne verra plus le corps de la femme mais son esprit, là nous serons dans l’égalité. »

Un souhait qui ne semble pas facilement réalisable en ce moment en Tunisie comme en témoigne Md Soussi : entre mariage coutumier, proposition de congé maternité de 5 ans et article sur la complementarité, les acquis de la femme semblent remis en question depuis la révolution. Une situation étonnante pour elle  : « La femme était présente dans la révolution. Elle n’a pas pensé que ces acquis allaient être mis en cause, elle voulait simplement lutter pour la démocratie. »

C’est grâce à la mobilisation des femmes dans la rue que l’article de la Constitution, jugé discriminant, a été retiré. C’est grâce à l’engagement des femmes, explique Amina Soussi, qui prévient :

« La femme tunisienne ne se laissera pas faire. Nous sommes aux aguets ! »

Nawaat

Ses derniers articles: Peut-on (encore) se passer des banques au quotidien en Tunisie?  En Tunisie, le "plus grand drapeau au monde" ne fait pas l’unanimité  Tunisie-Union européenne: une mise sous tutelle déguisée 

forum

AFP

Le 26e Forum économique mondial pour l'Afrique s'ouvre

Le 26e Forum économique mondial pour l'Afrique s'ouvre

AFP

La sécurité en Afrique au coeur du Forum de Dakar

La sécurité en Afrique au coeur du Forum de Dakar

AFP

Forum économique

Forum économique

droits

AFP

Burundi: "descente aux enfers" en matière des droits de l'Homme

Burundi: "descente aux enfers" en matière des droits de l'Homme

AFP

Egypte: l'ONU dénonce le gel d'avoirs de militants des droits de l'homme

Egypte: l'ONU dénonce le gel d'avoirs de militants des droits de l'homme

AFP

Droits de l'Homme: un nombre croissant de pays refuse de coopérer avec l'ONU

Droits de l'Homme: un nombre croissant de pays refuse de coopérer avec l'ONU

femme

AFP

Guinée: une femme en voile intégral interpellée près du palais présidentiel

Guinée: une femme en voile intégral interpellée près du palais présidentiel

Plage

En Algérie, le burkini est «une négociation entre la femme et la société»

En Algérie, le burkini est «une négociation entre la femme et la société»

AFP

Avec comme N.2 une femme venant de l'ONU, la Fifa veut redorer son image

Avec comme N.2 une femme venant de l'ONU, la Fifa veut redorer son image