mis à jour le

Crise de la majorité<br>Benkirane face à l’impasse constitutionnelle

Points: 
En cas d'impossibilité de reconfigurer la majorité, des élections anticipées sont inévitables
La Constitution n'a pas prévu d'autres alternatives pour éviter le blocage
Un remaniement ministériel profond peut mettre fin à la crise

Près de deux semaines après l’annonce de la décision de l’Istiqlal de se retirer du gouvernement, Abdelilah Benkirane ne voit toujours pas le bout du tunnel. Car, l’Istiqlal semble tenir mordicus à sa décision, selon les récentes déclarations de ses membres. Et si les ministres semblent afficher une certaine solidarité, et ne ratent aucune occasion pour affirmer que l’équipe de Benkirane n’a pas perdu sa cohésion, le malaise est largement ressenti.

Légende Image: 

Si l’Istiqlal s’accroche à sa décision et en cas d’échec à reconfigurer la majorité, Abdelilah Benkirane sera obligé de présenter sa démission et se diriger vers des élections anticipées. Car, la Constitution reste muette concernant l’alternative si le chef du 1er parti n’arrive pas à constituer une nouvelle majorité

en lire plus

L'Economiste

Ses derniers articles: Placard  Un Monde Fou  De Bonnes Sources 

crise

AFP

Crise au Togo: la mobilisation tient bon, tractations pour un dialogue

Crise au Togo: la mobilisation tient bon, tractations pour un dialogue

AFP

Le Kenya s'enfonce dans la crise après une présidentielle tronquée

Le Kenya s'enfonce dans la crise après une présidentielle tronquée

AFP

Le Cameroun accuse l'ICG de "déstabilisation" après un rapport sur la crise anglophone

Le Cameroun accuse l'ICG de "déstabilisation" après un rapport sur la crise anglophone