mis à jour le

Match Algérie-Maroc à Annaba, le 27 mars 2011. FAROUK BATICHE / AFP
Match Algérie-Maroc à Annaba, le 27 mars 2011. FAROUK BATICHE / AFP

Football et Constitutions (Màj)

Samedi 4 juin, à Marrakech, l'équipe de football algérienne affronte le Maroc pour un match très chaud. Au même moment, les deux pays affinent leur réforme de la Constitution, poussés par les révoltes arabes. Qui va gagner? Laquelle des Constitutions sera la plus libre et la plus moderne?

Mise à jour du 5 juin: Après la défaite 1 à 0 au match aller à Annaba, les Lions de l'Atlas marocains ont pris leur revanche sur les Fennecs d'Algérie en les battant sur le score de 4 à 0 à Marrakech, le 4 juin, lors des éliminatoires pour la Coupe d'Afrique des Nations 2012.

***

A quelques jours du match qui opposera leurs équipes samedi 4 juin, les supporters algériens sont déjà au Maroc, partis en avion puisque la frontière terrestre n'est toujours pas ouverte. «Ce n'est pas à l'ordre du jour», vient de préciser le Premier ministre algérien, demandant davantage de confiance mutuelle entre les deux pays et rappelant que le Maroc accuse encore l'Algérie d'aider Kadhafi contre les rebelles libyens —ce que vient de démentir le général Carter F. Ham de l'Africom, commandement militaire américain pour l'Afrique. 

Alors que tout le monde attendait l'ouverture pour le 2 juin, le Premier ministre Ahmed Ouyahia a finalement expliqué qu’elle se fera un jour… mais quand? En attendant, tandis que les pourparlers continuent à Alger pour amender la Constitution et lui donner un fond plus ouvert, les consultations sont pratiquement terminées au Maroc et un premier brouillon qui servira de base à la nouvelle Constitution devrait être disponibles ces prochains jours. En théorie, ce ne sont pas de simples amendements mais un réel changement de fond.

Pour l'Algérie, il s'agit d'aller vers un régime semi-parlementaire pour en finir avec le régime «hyperprésidentiel» instauré par Abdelaziz Bouteflika, élu en 1999 et dont les mauvaises langues disent qu'il a concentré tellement de pouvoirs qu'il nomme même les plantons des mairies. Tout en gardant ses distances avec un pur régime parlementaire, considéré comme ingérable par le président même de l'Assemblée, la nouvelle Constitution constituera le test pour le président Bouteflika, qui ne pourra faire de simples ravalements de façade.

Même défi pour le Maroc, où il s'agit selon les plus optimistes et progressistes d'aller vers une monarchie parlementaire, pour ne laisser au roi Mohamed VI que les prérogatives minimales de souveraineté. Les deux populations attendent avec donc autant d'impatience la mouture de la réforme que le match entre leurs deux équipes, historiques rivaux. Pour les deux pays frontaliers mêlés par le sang —d'une part grâce aux nombreux mariages mixtes et cousinages, d'autre part à cause d'une guerre, en 1963, où ils se sont affrontés par armées interposées—, le match (de football) se jouera à Marrakech.

Tout un symbole. C'est ici en 1994 qu'a eu lieu un attentat sanglant, attribué dans un premier temps par les Marocains aux services secrets algériens, ce qui a entraîné la fermeture des frontières terrestres, toujours en vigueur. Mais au-delà du résultat de ce match, les deux Constitutions, une fois prêtes, seront soumises à un référendum populaire. Qui va gagner? En d'autres termes, laquelle des deux consacrera le plus de libertés?

Les éternels ex-aequo

Au chapitre des libertés justement, les deux pays sont pratiquement au même niveau —même s’il existe au Maroc des radios et télévisions privées, interdites en Algérie, et que les journaux algériens sont relativement plus libres qu'au Maroc, du fait qu'ils peuvent critiquer leur souverain Bouteflika, ce dont ils ne se privent pas d'ailleurs. Dans le domaine répressif, égalité partout aussi, la dernière sortie du mouvement du 20 février au Maroc a trouvé un impressionnant dispositif en face, qui ne lui a laissé aucune chance. Même chose pour l'Algérie: le dernier sit-in des médecins en grève a donné lieu à des tabassages en règle.

En réalité, les deux pays sont des autocraties corrompues, qui admettent néanmoins quelques libertés, mais sans plus. Si en Algérie le DRS,  les services de renseignements militaires, font la pluie et le beau temps, obligeant le président Bouteflika à faire le dos rond sur leurs activités, au Maroc, l'armée et ses officines constituent aussi de solides lobbies et réseaux dont le roi ne peut se défaire. Les libertés associatives, médiatiques, syndicales et politiques sont sous contrôle dans les deux pays, mais les libertés culturelles, religieuses et sexuelles sont mieux assurées au Maroc.

Reste le sport, où l'Algérie est mieux placée: 41e du classement Fifa (73e pour le Maroc) et, à la clé de ce match retour samedi, une place pour la coupe d'Afrique 2012. A l'aller d'ailleurs, l'Algérie avait gagné 1 à 0 à domicile et aucune violence n'avait été enregistrée, mais des heurts ont éclaté en France après la retransmission du match, opposant les supporters des deux équipes… aux forces de l'ordre —preuve que les deux peuples sont très proches, parlent la même langue et ont les mêmes aspirations.

Qui va gagner? Aucun pronostic à faire, ni pour le match, ni pour les Constitutions en compétition. Juste une remarque: le roi Mohamed VI et le président Bouteflika sont tous deux nés au Maroc. Avantage au premier, ou bien au second, qui finalement, même à Marrakech, joue sur son terrain? Affaire à suivre…

Chawki Amari

Chawki Amari

Journaliste et écrivain algérien, chroniqueur du quotidien El Watan. Il a publié de nombreux ouvrages, notamment Nationale 1.

Ses derniers articles: L'effroyable tragédie du FLN  Cinq parallèles entre le Mali et l'Afghanistan  Bigeard, le tortionnaire vu comme un résistant 

football arabe

Vandale

Quand le hooliganisme s'installe au Maghreb

Quand le hooliganisme s'installe au Maghreb

Coupé Décalé

Libye: faites du foot, pas la guerre

Libye: faites du foot, pas la guerre

Football

Le canonnier Chamakh a-t-il encore de la poudre?

Le canonnier Chamakh a-t-il encore de la poudre?

Abdelaziz Bouteflika

Scandale

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

Flou

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

Algérie

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Constitution

AFP

Côte d'Ivoire: promulgation de la nouvelle Constitution

Côte d'Ivoire: promulgation de la nouvelle Constitution

AFP

Côte d'Ivoire: 2 opposants

Côte d'Ivoire: 2 opposants

AFP

Côte d'Ivoire: ouverture de la campagne du référendum sur la Constitution

Côte d'Ivoire: ouverture de la campagne du référendum sur la Constitution