mis à jour le

La vindicte populaire.

Le Burkina Faso, lors de son évaluation à l'Examen périodique universel (EPU) du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU, en avril dernier à Genève, a été exhorté par l'instance onusienne à abolir la peine de mort. On le sait, il y a bien longtemps que les pouvoirs publics n'ont plus appliqué cette peine au Burkina Faso. Mais, des Burkinabè en ont été pourtant victimes, trucidés qu'ils ont été, par la vindicte populaire. Condamnés donc avant d'être jugés. Les cas de figure sont légion dans les grands centres (...) - On murmure

Sidwaya

Ses derniers articles: Mise en place du Sénat : le président du Faso rencontre l'Eglise protestante  Rwanda : au moins un mort dans une attaque  Egypte : le procès de Moubarak ajourné au 19 octobre