mis à jour le

Cannibale au nom de Dieu

Par Ridha Ben Kacem

Abdessagar, plus connu sous le nom d'Abou Sakkar, est un commandant islamiste jihadiste syrien, appartenant à la brigade « Omar Al Farouk » qui fait partie de« Jibhat Ennosra ». Pour être plus précis, il convient de préciser, qu'Abou Sakkar, est un jihadiste, d'un genre nouveau : C'est un jihadiste, CANNIBALE, au nom de DIEU !

Abou Sakkar a mangé le c½ur d'un soldant syrien. Un des de ces soldats, de l'armée régulière syrienne. Un de ces hommes, qui obéissent aux ordres, dans le cadre de leur service militaire. La raison de cet acte de barbarie ? Il faut aller la chercher chez la Fontaine : « Si ce n'est toi, c'est donc ton frère ».Ce malheureux soldat a payé pour toutes les exactions, reprochées à l'armée syrienne. Des exactions ? OUI, il y en a eu et il y en aura, encore. Des deux côtés, bien évidemment. On ne connaît pas de guerre, civile ou autre, qui ne soit pas accompagnée de son lot, d'exactions et de misères, faites aux civils, , les femmes et les enfants, notamment.

Abou Sakkar croyait-il qu'il allait en être, autrement, en s'engageant à lutter contre les forces armées, de son propre pays ? Car, n'en doutez pas, Abou Sakkar, est bien syrien. Ci-dessous, sur l'une des vidéos, vous verrez un jihadiste, à l'accent saoudien, exécuter, froidement, de ses propres mains, onze soldats syriens. Mais Abou Sakkar, lui, est SYRIEN, et il a mangé le c½ur d'un soldat syrien. Du moins, c'est ce qu'il croit ou croyait. Après avoir vu la vidéo de cet horrible acte de barbarisme, certains internautes ont eu l'impression qu'Abou Sakkar tenait, plutôt, à la main, un morceau de foie. Un médecin certifie, cependant, qu'il s'agissait d'un morceau de poumon. C'est vous dire, le niveau d'instruction, d'Abou Sakkar, le copain de nos jihadistes, partis se battre en Syrie. Bon appétit, messieurs les jihadistes tunisiens. Sûr que vous ne mourrez pas de faim, en Syrie ! Vous êtes à bonne école, en effet.

Mais revenons à ce cannibale, notoire, d'Abou Sakkar. Eh bien, non content d'avoir accompli son forfait, il trouve le moyen de déclarer, à la presse, qu'il ne regrette, nullement, son acte et qu'il est, même, prêt à recommencer. «Je suis l'un de ce peuple, qui souffre de Bachar. Et je vais poursuivre, à ma manière, le combat, jusqu'à ce que Bachar tombe. Je suis prêt à ce qu'on me juge, mais que l'on commence par juger, celui qui massacre, tout d'abord, nos enfants».Oui, mais ce n'est pas le c½ur de Bachar qu'il a mangé, et dont il a profané le corps, mais d'un pauvre bougre, inconnu. «Plus rien ne m'intéresse, dans cette vie. Si je meurs, il y aura après moi, plusieurs Abdessagar (Abou Sakkar)». Touts, aussi, cannibales ? C'est ce que leur apprend, Jibhat Ennosra ? Ennosra de qui ou de quoi, alors ? D'un Dieu sanguinaire, assoiffé de sang, et cannibale, de surcroit ? ASTAGHFIROU ALLAH, MIN KOLLI THANBIN YA3LAMOUHOU ALLAH.

Ce n'est pas fini. Abou Sakkar a trouvé son créneau. Il aime le vedettariat. Le lendemain de la mise en ligne de cette vidéo de l'horreur, il met en ligne, une autre vidéo, le montrant, prosterné sur un tapis de prière. Sur le même tapis, la kalachnikov trône, en bonne place, du côté de la Qibla. Heureusement que j'ai la foi et le foie solides, sinon, j'aurai, immédiatement changé de religion, après avoir gerbé, un bon coup. Heureusement que je me dis, aussi, que ce rituel macabre, n'est pas, dans ma religion, ni dans aucun de celles que je connais. JE SUIS MUSULMAN.

Bon, gardons notre calme et essayons d'en savoir plus. Que nous dit cette vidéo ? Apparue, ces derniers jours, sur You Tube, la vidéo montre Abou Sakkar, ce commandant rebelle syrien, qui profane, sauvagement, devant ses hommes, le cadavre d'un soldat syrien. Une vidéo, type propagande pure, style, les SS de Hitler, en somme, mais, où toutes les limites, possibles, sont dépassées, dans le cadre d'une macabre et mauvaise, mise en scène. Tout en découpant, au couteau, et en arrachant, non pas le c½ur, comme il le croyait, et comme il est dit, partout, mais, un simple morceau de poumon, avant que de le porter à ses lèvres, et de faire mine, d'en croquer un morceau. La vidéo ne dure que 27 secondes, et s'arrête là.

Abou Sakkar s'adresse à la caméra, en se lançant dans une diatribe choc: « Nous jurons devant Dieu, que nous mangerons vos corps et vos foies, vous soldats de Bachar le chien! Dieu est grand. Oh héros de Baba Amr massacrez les Alaouites et découpez, leurs c½urs, pour les manger! ».Joli programme, en perspective ! Sûr que les Occidentaux vont apprécier la suggestion, à sa juste valeur. Surtout les américains, dont les ancêtres ont mangé, il y a quatre siècles, une adolescente de 14 ans. Au moins, on aura résolu le problème de la faim, dans le monde. Il suffisait d'y penser, c'est tout. « 7out yèkil 7out ».

Abou Sakkar, n'en est pas à son premier « acte de bravoure ».Une autre vidéo, un peu plus ancienne, du même chef de guerre, de la brigade « Omar Al Farouk » existe, sur You Tube. On y voit l'homme demandant à ses hommes, de massacrer les soldats, de Bachar, de leur arracher le c½ur et de les manger. Combien d'eux l'avaient, déjà, fait ? On l'ignore, car les cannibales préfèrent, en général, ne pas se filmer, en train de se gaver d'autrui. Abou Sakkar l'a fait, en tout cas, et il a tenu à ce que tout le monde soit au courant. OUI, toute la planète est, désormais, au courant. L'anthropophagie est, même, devenue un business, très lucratif, sur le net. Certains, proposent, et se proposent de porter, l'horrible geste d'Abou Sakkar, à l'écran. Le Grand écran, s'entend. L'Oscar serait, pratiquement, assuré, murmure-t-on, dans les sphères au parfum. Au parfum de méchoui humain.

Les vidéos, qui illustrent ces propos, et d'autres, encore, témoignent, déjà, du degré de cruauté et de sauvagerie, dont certains, sont capables, en temps de guerre. Elles sont, également, un bon indicateur de l'ultra violence, d'un conflit, qui a pris une dangereuse dimension confessionnelle et sectaire, opposant les alaouites, branche minoritaire, issue du courant chiite, à laquelle appartient, du reste, le clan Assad, et les sunnites, majoritaires, en Syrie. Dans ce contexte, cette vidéo est inédite, sous plusieurs aspects:

1 / D'abord, elle heurte toute sensibilité humaine, par la diffusion d'une scène, réelle, d'éviscération d'un soldat mort, par un chef rebelle, combattant, soi-disant, pour la LIBERTE, et haranguant ses troupes sunnites, à en faire une pratique « courante ».Serait-ce-là, une nouvelle coutume, de guerre sainte ?

2 / des milliers de vidéos ont été diffusées, depuis le début de cette guerre civile, et nombre, d'entre elles, montrent, d'authentiques, crimes de guerres, exécutions sommaires, ou autres faits barbares, inadmissibles, mais qui sont présentés, par les jihadistes, comme des opérations militaires « justifiées ».La question qui se pose est de savoir qui, exactement, est, à chaque fois, derrière la caméra, pour filmer ceux, qui tuent, et quel est son objectif, à LUI ? On a, vraiment, l'impression d'assister à une partie à l'intérieur de la partie.

3 / Généralement, les plans vidéo, sont, volontairement, flous, pour éviter toute identification des protagonistes. Cette fois, pourtant, le chef de militaire, sinistrement réputé, pour être capable de tout, est, facilement, identifiable. Il s'agit de Khaled al Hamad, originaire de la ville syrienne de Homs, et qui s'était, déjà, présenté, à visage découvert, dans plusieurs autres vidéos. La scène est tournée à l'écart des zones de combat. Le chef agit et commente, alors que ses hommes, invisibles, comme il se doit, approuvent, par des « Allah Akbar ».C'est cette mise en scène « soignée » et cette personnalisation d'Abou Sakkar, qui confèrent, à cette vidéo, une « valeur »,toute particulière. Pouvez-vous deviner laquelle ?

En attendant qu'une bonne idée germe dans vos esprits, en jachère, je voudrais dédier, cette vidéo, à tous nos responsables politiques, qui continuent à croire, que la Révolution tunisienne, peut, réellement, s'acoquiner avec de tels énergumènes, porteurs de gènes de destruction de masse, de l'humanité.

Par Ridha Ben Kacem le 23mai 2013

[/video]

[/video]

[/video]

[/video]

[/video]

 

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

nom

AFP

"Le Franc malgré son nom est la monnaie de Africains", dit Michel Sapin

"Le Franc malgré son nom est la monnaie de Africains", dit Michel Sapin

AFP

Comores: le nom du futur président entre les mains de 6.000 électeurs

Comores: le nom du futur président entre les mains de 6.000 électeurs

AFP

En Libye, des tombes sans nom dans le cimetière des migrants noyés

En Libye, des tombes sans nom dans le cimetière des migrants noyés

dieu

AFP

Quand les Nigérians s'en remettent

Quand les Nigérians s'en remettent

AFP

Nigeria: dans le nord-est, les déplacés de Boko Haram meurent de faim et prient Dieu

Nigeria: dans le nord-est, les déplacés de Boko Haram meurent de faim et prient Dieu

AFP

Zambie: le président demande

Zambie: le président demande