mis à jour le

Coopération tuniso-algérienne : Demandez le programme

Par Ridha Ben Kacem

Daho Ould Kablia, ministre algérien de l'Intérieur et des Collectivités locales, a reçu jeudi, 23 mai, à Alger, la délégation de la Garde nationale tunisienne, conduite par le Montassar Sakouhi, commandant de la Garde nationale tunisienne. L'audience s'est déroulée en présence du secrétaire général du ministère de l'Intérieur algétien, Abdelkader Ouali, du commandant de la Gendarmerie nationale, algérienne, le général-major Ahmed Bousteila, et du directeur général de la Sûreté nationale algérienne (DGSN), le général-major Abdelghani Hamel. La délégation tunisienne avait été reçue, auparavant et séparément, par le commandant de la Gendarmerie nationale et le directeur général de la Sûreté nationale.

C'est ainsi, que le général major Ahmed Bousteila, commandant de la gendarmerie nationale algérienne, a reçu, toujours, le jeudi 23 mai, à Alger, la délégation tunisienne, conduite par le directeur général, commandant de la Garde nationale tunisienne, le général Montassar Sakouhi, indique un communiqué du Commandement de la gendarmerie nationale. « La visite d'amitié et de travail qu'effectue le général Sakouhi en Algérie s'inscrit dans le cadre de la promotion et de la consolidation des relations internationales bilatérales, entre l'Algérie et la Tunisie, qui ont développé, durant ces dernières années, de nombreux programmes de partenariat et de coopération bilatérale, au profit de plusieurs domaines d'intérêt commun »,précise la même source. Cette visite s'inscrit, aussi, dans le cadre du « renforcement des relations dans plusieurs domaines qui unissent les deux peuples, ainsi que l'échange d'expériences, en matière de sécurité publique et de lutte contre la criminalité organisée ». Elle vise, en outre, à « consolider et à promouvoir les relations bilatérales, entre les deux institutions, dans le domaine de la formation et l'échange d'expériences professionnelles ». A la faveur de cette visite, des contacts ont eu lieu entre les deux parties, en présencede hauts cadres de la gendarmerie nationale algérienne. Par ailleurs, la délégation tunisienne a effectué des visites, aux organes de formation et aux différentes structures opérationnelles et spécialisées, de la gendarmerie nationale algérienne

Le commandant de la Garde nationale tunisienne, le général Montassar Sakouhi, a affirmé, jeudi 23 mai, à Alger que la rencontre qu'il a eue avec le directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), le général major Abdelghani Hamel, a porté sur la concertation et la coordination, sur le terrain, entre les deux pays, pour réaliser la sécurité et la stabilité. A l'issue de la rencontre, qui s'est déroulée au siège de la Direction générale de la sécurité nationale algérienne, (DGSN), le général Montassar Sakouhi a souligné que ses entretiens avec le général major Abdelghani Hamel avaient porté sur « la coopération et la concertation pour une coordination accrue sur le terrain, en vue d'établir la sécurité et la stabilité, qui sont cruciales ». « Nous sommes tenus de réaliser la sécurité, pour laquelle nous devons nous sacrifier »,a, encore, indiqué le général Montassar Sakouhi, ajoutant que sa visite, en Algérie, intervient dans le cadre de la coopération entre les deux pays « pour asseoir un climat de sécurité et de paix sociale, dans nos deux Etats ».Selon lui, « La situation que traverse la région est difficile à tous les points de vu», rappelant, à ce propos, la situation qui prévaut au Mali et en Libye et « les défis imposés par la géographie, qui caractérise l'Algérie et la Tunisie ». A son tour, le général major Abdelghani Hamel a souligné que sa rencontre, avec son hôte tunisien, s'inscrivait dans le cadre de la « coopération bilatérale, en matière de sécurité régionale », indiquant que « toutes les questions importantes ont été abordées, notamment, celles ayant trait à la formation et la coopération sur le terrain », a-t-il conclu.

Et c'est, précisément, de cette conclusion que nous allons démarrer. En effet, depuis qu'elle a été confrontée au jihadisme, aveugle, et aux assassinats de rue, l'Algérie a renforcé son dispositif de lutte contre cette forme, particulièrement, néfaste, d'insécurité. Les autorités algériennes n'ont jamais tendu la main, aux forces obscures, du crime organisé, sous couvert de pseudo religion. Contrairement à ce que tente de faire, pitoyablement, d'ailleurs, Ali Larayedh, l'Algérie n'a pas plié, ni essayé de dialoguer, avec ceux qui ne croient, pas ou plus, en rien, à part leur droit de faire la pluie et le beau temps. L'Algérie a renforcé son dispositif sécuritaire, sur tous les plans. Ce dispositif que le général Montassar Sakouhi a visité, justement et dont l'appareil sécuritaire tunisien pourrait en profiter pour en tirer les enseignements utiles pour éviter toute perte de temps, dues aux tâtonnements.

Voilà, donc, un beau programme, des plus utiles, rondement, mené, en à peine une journée. Essayons, maintenant, d'en détailler le contenu. C'est ainsi, que le directeur général de la Garde tunisienne, le général Montassar Sakouhi, et la délégation qui l'accompagne ont effectué une visite officielle, à l'école de police judiciaire, de la Gendarmerie nationale algérienne de Zeralda, à Alger. Au cours de cette visite, la délégation tunisienne a reçu, des responsables de l'école, « des explications exhaustives, sur les programmes de formation et les spécialités dispensées, dans cette école, à l'instar de la formation d'officiers de police judiciaires, spécialisés dans le crime, la formation du juge d'instruction, et de spécialistes des reconstitutions d'accidents de la circulation ».La délégation tunisienne a visité les salles de cours pédagogiques, théoriques et pratiques, et pris connaissance des modes de formation dispensée dans cette école spécialisée, de la Gendarmerie nationale algérienne. Le général Montassar Sakouhi s'est dit impressionné par cette institution scientifique spécialisée dans la formation de haut niveau.

La délégation tunisienne s'est rendue, ensuite, à l'Institut national de criminalistique et criminologie, de la Gendarmerie nationale algérienne, où un exposé lui a été présenté, sur ce pole scientifique et technique, considéré comme un fort appui logistique et tactique, à la police judiciaire de la Gendarmerie nationale algérienne. La délégation tunisienne s'est enquise, également, des moyens technologiques modernes, dont disposent 31 départements et laboratoires, dotés de toutes les spécialités, telles que les sciences biologiques, la toxicologie, la médecine légale, les analyses, les empreintes digitales, l'analyse des documents et composants, etc.

La délégation tunisienne a visité, également, un détachement d'intervention de la Gendarmerie nationale, où des explications lui ont été fournies, sur les missions assignées à ce détachement, spécialisé dans la lutte contre les vols, les crimes graves et les bandes de criminels dangereux. Ce détachement est connu, particulièrement, pour ses interventions, spectaculaires et musclées. En Algérie, il est craint, comme la peste.

Ainsi, au moment, même, où le Chef du gouvernement, Ali Larayedh, tend la main aux jihadistes, armés, d'Ansar Al Charia, le général Montassar Sakouhi, cherche à tirer profit, de l'expérience de l'Algérie, en matière de lutte contre l'insécurité et l'instabilité. Parti, à Alger, avec, pour mission, d'engager la coopération, avec notre grand voisin, de l'ouest, sur une voie irréversible, dans l'intérêt des deux pays, le général Montassar Sakouhi retrouvera, à son retour, à Tunis, un climat politico-sécuritairelégèrement, différent de celui qu'il avait laissé, à son départ. Les ennemis de l'Etat qualifiés, au Qatar, par le Chef du gouvernement, en personne, dimanche dernier, de « terroristes »,sont, comme par magie, devenus de « simples petits fauteurs de troubles »,auxquels on ne peut reprocher, en fin de compte, que de menus larcins. Pas de quoi ameuter la galerie, ni envoyer la garde nationale, prendre des leçons, en Algérie, puisqu'on invite les égarés, à redevenir sérieux, et on leur accorde, même, un délai, s'il vous plait ! Sur un plateau TV, un « responsable »,ira jusqu'à comparer leurs agissements, à ceux des automobilistes qui brulent un feu de la circulation ! Et vous n'avez pas, encore, tout vu ! Préparez-vous pour des lendemains, qui désenchantent.

Par Ridha Ben Kacem le 24 mai 2013

[/video]

[/video]

[/video]

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

coopération

AFP

France et Côte d'Ivoire vont renforcer leur coopération militaire

France et Côte d'Ivoire vont renforcer leur coopération militaire

AFP

Le Pen promet 0,7% du PIB pour "la coopération avec l'Afrique"

Le Pen promet 0,7% du PIB pour "la coopération avec l'Afrique"

AFP

Migrations: coopération renforcée entre l'Italie et la Tunisie

Migrations: coopération renforcée entre l'Italie et la Tunisie

programme

AFP

Le roi du Maroc "mécontent" du retard dans le programme de développement d'Al-Hoceima

Le roi du Maroc "mécontent" du retard dans le programme de développement d'Al-Hoceima

AFP

Programme chargé pour Macron au Mali

Programme chargé pour Macron au Mali

AFP

Le FMI approuve un programme de prêts de 241 millions de dollars au Togo

Le FMI approuve un programme de prêts de 241 millions de dollars au Togo