mis à jour le

Sud de l’Algérie : torturés pour avoir manifesté

Coups, insultes mais aussi refus de soins et torture organisée. Les militants, manifestants et simples citoyens du sud du pays font face de plus en plus fréquemment à la violence, injustifiée, des forces de sécurité. Leur tort ? Demander un logement, un travail, dénoncer des injustices ou être au mauvais endroit, au mauvais moment.

Mohamed, 30 ans, était dans le bus où il exerce comme receveur. Il est arrêté par plusieurs policiers et inculpé d'incitation à attroupement et agression par violence contre les forces de l'ordre. Lorsqu'il retrouve la liberté, il a des marques de coups sur tout le corps et son diabète s'est aggravé. Ce matin- là, des jeunes de Laghouat avaient organisé un sit-in devant le bureau de main-d'½uvre pour protester contre l'absence d'offres d'emploi. Pour empêcher les manifestants de bloquer l'entrée, les policiers finissent par arracher la porte du bureau de l'ANEM. S'en suit une série d'arrestations ciblées dans la ville. «Dès qu'on nous a arrêtés, les coups ont commencé», raconte un manifestant. «A l'entrée du commissariat, les policiers avaient fait deux lignes, nous étions obligés de passer au milieu, et à notre passage, ils nous frappaient les uns après les autres avec leurs matraques, leurs poings.» Les manifestants sont enfermés dans des cellules. Dix personnes dans la même pièce. Les gardiens jettent des seaux d'eau froide sur les manifestants. Ils sont ensuite frappés à nouveau. Les insultes pleuvent. Les gifles aussi. «Au commissariat, ils nous ont accusés d'être les marionnettes d'une main étrangère.»

Manipulation

Les forces de l'ordre tentent alors de convaincre les manifestants de se retourner contre Mohamed. «Ils ont demandé à tous les autres de témoigner contre moi, comme quoi j'incite les jeunes à manifester et que je suis soutenu par le Qatar. En échange de leur témoignage, les policiers leur ont promis de les libérer», révèle Mohamed. Adlène, 23 ans, a été arrêté le même jour. Il était devant la porte de sa maison. Des forces antiémeute l'ont embarqué dans une camionnette. Au commissariat, il a reçu tellement de coups sur la tête qu'il saigne. Les policiers finissent par convoquer un médecin au commissariat, en enfreignant la procédure. Ce dernier prescrit 6 points de suture. Mais toutes les ordonnances et les certificats médicaux seront confisqués. Pendant les 48 heures de garde à vue, les autorités refusent que Adlène obtienne de l'insuline pour traiter son diabète. «Comme nous refusions de signer les PV, ils nous ont frappés jusqu'à ce que nous signions.» Madani a perdu plus d'une dizaine de dents sous les coups. Sans insuline, il a fini par s'évanouir. Un autre homme a été arrêté avec eux. Il a été mis à l'écart et battu par trois policiers. Voyant que les coups ne suffisaient pas, les forces de l'ordre ont menotté et se sont mis à arracher la barbe du jeune chômeur à main nue. Le jeune homme, traumatisé, a quitté la ville. «Nous ne sommes que des chômeurs», s'indigne l'un d'eux. Dans la foulée de leur arrestation, tous les militants passent devant le juge, accusés d'attroupement. «Au procès, il y avait 4 accusés, pour 40 policiers blessés. Ces militants sont-ils comme Superman ?», plaisante un chômeur.  Pas de preuves, mais les 4 accusés sont envoyés en prison, sans possibilité de passer par la pharmacie pour ceux qui sont blessés. Le directeur de la prison dira aux autres prisonniers de les mettre à l'écart. «Depuis 2003, c'est toujours comme ça, soupire un militant, qui a fini par faire un mois de prison. Parfois, c'est toutes les semaines. Il n'y a pas de justice ici !»

Directives

A Ghardaïa, en mars dernier, deux militants des droits de l'homme ont fini à l'hôpital. Sans prévenir, les brigades antiémeute ont chargé les manifestants qu'ils ont frappés avec leurs matraques et leur boucliers.  Violemment battus, deux manifestants âgés d'une quarantaine d'années en auront pour 15 jours d'arrêt de travail. Un manifestant qui a perdu connaissance a été roué de coups de pied alors qu'il était à terre. Un autre, Belkacem, est gravement blessé à la tête. Il est emmené au commissariat où on refuse de le diriger vers l'hôpital. C'est uniquement lorsqu'il se met à vomir que les protestations des autres détenus pousseront les policiers à appeler un médecin. Ce dernier ausculte Belkacem et lui remet deux ordonnances. L'une pour un traitement, l'autre pour un scanner du crâne. Les deux ordonnances seront confisquées et détruites par les policiers. Belkacem et les autres militants resteront 36 heures au commissariat, sans nourriture, avant d'être transférés au tribunal. Malgré des années de militantisme, c'est la première fois que Belkacem est victime de telles violences. L'un des militants arrêtés l'affirme : «Je pense que les forces de l'ordre ont de nouvelles directives.»

Lire la suite sur El Watan 

Algérie Focus

Ses derniers articles: En Algérie, le remaniement accouche d'un gouvernement sans hommes politiques  Un coup d’Etat en Algérie: la folle prédiction israélienne qui amuse les Algériens  Une enquête inédite révèle l'immense patrimoine immobilier parisien de dirigeants algériens 

tortures

AFP

Burundi: rapport accablant de l'ONU sur les tortures et les exécutions

Burundi: rapport accablant de l'ONU sur les tortures et les exécutions

AFP

Burundi : RFI et l'AFP portent plainte pour les tortures infligées

Burundi : RFI et l'AFP portent plainte pour les tortures infligées

AFP

Burundi: tortures

Burundi: tortures