mis à jour le

« Cinquante ans plus tard nous en sommes encore à nous battre pour défendre notre simple droit à exister nous Algériens »

Hocine Aït Ahmed, le leader historique du Front des Forces Socialistes (FFS) prend sa retraite. L'homme, qui a longtemps incarné l'opposition en Algérie, a fait ses adieux aux algériens dans un message adressé au 5ème congrès du parti auquel il n'a pas pris part pour des raisons de santé.

"La lutte du FFS pour la démocratie est une lutte pour la consécration de la liberté et de la souveraineté de l'Algérie (à) à travers des institutions légitimes et un Etat de droit qui en assure le respect, le bon fonctionnement et la pérennité. Ceci n'est pas un détail mais le socle sur lequel le reste pourra être construit", a-t-il écrit, néanmoins, dans son message. Hocine Aït Ahmed n'a pas manqué, toutefois, de dresser un constat critique de la situation politique du pays.  "Je n'imaginais pas que cinquante ans plus tard nous en serions encore à nous battre pour défendre notre simple droit à exister, nous, militants du FFS et plus largement, nous Algériens", a-t-il ainsi regretté. Quant à l'avenir du pays, Hocine Aït Ahmed a appelé les Algériens à "rester unis pour la construction d'un Etat de droit et de démocratie pour pouvoir diverger démocratiquement sur le reste". Rappelons enfin que Hocine Ait Ahmed est le leader historique de l'opposition au régime algérien. Il est à la tête du FFS depuis sa création dans la clandestinité en septembre 1963.

Algérie Focus

Ses derniers articles: En Algérie, le remaniement accouche d'un gouvernement sans hommes politiques  Un coup d’Etat en Algérie: la folle prédiction israélienne qui amuse les Algériens  Une enquête inédite révèle l'immense patrimoine immobilier parisien de dirigeants algériens 

droit

AFP

Maroc: les projets de loi sur la langue berbère et le droit de grève adoptés

Maroc: les projets de loi sur la langue berbère et le droit de grève adoptés

AFP

Burkina: un ex-bras droit de Compaoré élu président du nouveau parlement

Burkina: un ex-bras droit de Compaoré élu président du nouveau parlement

AFP

Burundi: le bras droit du président Nkurunziza assassiné

Burundi: le bras droit du président Nkurunziza assassiné