mis à jour le

L’attentat : L’adaptation au cinéma du roman de Yasmina Khadra boycottée par la Ligue arabe

Ziad Doueiri, le réalisateur libanais qui a dirigé l'adaptation au cinéma du roman de Yasmina Khadra, L'attentat, aurait du présenter dans son pays et dans le reste du monde arabe son ½uvre le 29 mai. C'était sans compter sur le bureau de boycottage d'Israël de la Ligue arabe qui a décidé d'interdire le film. 

La décision est tombée comme un couperet : le bureau de boycottage d'Israël de la Ligue arabe demande aux pays membres d'interdire la diffusion du film L'attentat, adapté du roman éponyme de Yasmina Khadra. En cause, la nationalité de l'actrice principale. L'héroïne d'origine palestinienne est incarnée par une actrice israélienne, Reymonde Amsellem. Mais des Palestiniens, à commencer par le premier rôle masculin, complètent le casting, rétorque Ziad Doueiri, le réalisateur libanais.

La Ligue arabe lui reproche également de s'être rendu à Tel Aviv pour tourner une grande partie de son film. "J'ai choisi d'installer mon plateau de tournage entre Tel Aviv et la Cisjordanie pour rester fidèle au roman de Yasmina Khadra. Je n'allais quand même pas tourner à Tizi Ouzou !", ironise Ziad Doueiri. C'est grâce à son passeport américain que le cinéaste libanais a été autorisé à entrer en Israël pour mener à bien son projet. Et sur le plateau de tournage régnait une ambiance "conviviale et professionnelle" où les accents algériens, libanais, palestiniens et hébreux se mêlaient.

Consterné, Ziad Doueiri ne comprend toujours pas l'acharnement de la Ligue arabe contre son long-métrage. Les raisons avancées sont "lamentables et archaïques", attaque-t-il. "Elle est restée dans la logique des années 1960", critique le cinéaste libanais, qualifiant aussi cette décision "d'embarrassante". Au moment où des massacres se déroulent en Syrie, la Ligue arabe n'a-t-elle pas d'autre chat à fouetter que de s'en prendre à un artiste arabe, s'interroge Ziad Doueiri. Furieux, le cinéaste libanais dénonce même une discrimination contre les artistes libanais. "Parce qu'on est Libanais on doit porter plus haut le drapeau palestinien que les Palestiniens eux-mêmes », s'indigne Ziad Doueiri.

A ce jour, 22 pays membres de la Ligue arabe, dont le pays de cèdre, ont décidé de suivre les instructions du bureau installé au Caire. Le régime libanais, qui avait initialement validé la diffusion du film après visionnage, est revenu sur sa décision. Pour ses proches et sa famille, le cinéaste libanais a alors tenté d'organiser une projection privée à Beyrouth. "Habituellement, au Liban, ce genre de projection est permis mais sous la pression des autorités étatiques elle n'a pas eu lieu", regrette Ziad Doueiri, qui se console en espérant que l'ambassade de France organise, comme prévu, une projection du film adapté du roman de Yasmina Khadra. "Là, au moins, les autorités libanaises n'ont pas leur mot à dire", lance Ziad Doueiri.

Mais le metteur en scène libanais ne compte pas en rester là. Pour sa défense, il a fait appel à Yamina Benguigui, ministre déléguée chargée des Français de l'étranger et de la Francophonie. Ziad Doueiri compte sur cette femme de poigne, également cinéaste, pour persuader les neuf pays francophones membres de la Ligue arabe d'annuler leur interdiction de projection.

Si les habitants des pays arabes boycotteurs sont pénalisés, en Europe, les spectateurs auront la chance de découvrir ce film le 29 mai prochain.

Algérie Focus

Ses derniers articles: En Algérie, le remaniement accouche d'un gouvernement sans hommes politiques  Un coup d’Etat en Algérie: la folle prédiction israélienne qui amuse les Algériens  Une enquête inédite révèle l'immense patrimoine immobilier parisien de dirigeants algériens 

cinéma

Bienvenue au Gondwana

«Les humoristes africains ne font plus de politique»

«Les humoristes africains ne font plus de politique»

AFP

Le Maroc

Le Maroc

AFP

Fespaco: en crise, le cinéma ouest-africain cherche sa voie

Fespaco: en crise, le cinéma ouest-africain cherche sa voie

roman

AFP

Le feu ravage un vieil hôtel d'Addis Abeba rendu célèbre par le roman "Scoop"

Le feu ravage un vieil hôtel d'Addis Abeba rendu célèbre par le roman "Scoop"

Lemag

Parution de "La commune enchantée", nouveau roman de Diane Laure Okoumba Simbou

Parution de "La commune enchantée", nouveau roman de Diane Laure Okoumba Simbou

Lemag

Parution de "La commune enchantée", nouveau roman de Diane Laure Okoumba Simbou

Parution de "La commune enchantée", nouveau roman de Diane Laure Okoumba Simbou

arabe

AFP

Une émission de France 24 en arabe interdite au Maroc

Une émission de France 24 en arabe interdite au Maroc

AFP

Roland-Garros: la Tunisienne Jabeur au 3e tour, une première pour un pays arabe

Roland-Garros: la Tunisienne Jabeur au 3e tour, une première pour un pays arabe

AFP

Les trésors de l'islam sub-saharien

Les trésors de l'islam sub-saharien