mis à jour le

RDC : Visite périlleux pour Ban-Ki Moon

Depuis hier, le secrétaire général des Nations unies est en visite officielle en RDC. Ban-Ki Moon entend ainsi toucher du doigt les multiples et complexes crises qui assaillent la région des Grands Lacs. Outre le pays de Joseph Kabila, il se rendra également au Rwanda et en Ouganda.

La communauté internationale s'est visiblement rendue compte de l'incertitude qui régne dans l'est de la République démocratique du Congo.
En dépit de la conclusion d'accords entre les autorités congolaises et la rébellion du M23, le monde entier entretient une certaine inquiétude au sujet de la poudrière que constitue la RDC dont les plus grands maux sont paradoxalement son étendue et sa richesse. Ce à quoi s'ajoute naturellement la cupidité d'une bonne partie de son élite aussi bien politique qu'intellectuelleEn effet, au-delà des problèmes récurrents liés à l'instabilité chronique de l'est du pays, la RDC peine à se sortir des conséquences des consultations électorales frauduleuses qui ont consacré la réélection de Joseph Kabila. Ayant conscience des énormes régularités qui avaient émaillé le scrutin et les ayant même dénoncées, la communauté internationale maintient Joseph Kabila d'un relatif isolement. Histoire de l'amener à prendre langue avec son opposition. Ce que ce dernier refuse. Résultat, le pays relativement privé de la bienveillance de la communauté internationale, est pris en otage par le tandem formé par la précarité sociale et les antagonismes politiques exacerbés.
Et pour ne rien arranger, les rebelles du M23 attendent d'apprendre la visite de Ban-Ki Moon pour reprendre les hostilités. Comme pour mettre la pression sur les Nations unies qui ont récemment voté une résolution autorisant le déploiement d'une brigade combattante dans la zone.
Avant l'arrivée de cette autre mission onusienne, en plus de la Monusco, le M23 souhaite visiblement imposer un autre rapport de forces. L'objectif étant que cette pression débouche sur un nouveau cycle de négociations devant déboucher sur des accords dont les termes peuvent être plus favorables aux rebelles. Calcul aussi cynique que machiavélique, à la base du déplacement de pas moins de 30.000 personnes obligées d'abandonner leurs camps de réfugiés pour errer dans la nature, en proie à la fatigue, à la faim et à toutes les formes d'intempéries.
REWMI.COM/CAD


Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

RDC

AFP

L'Église craint que la RDC sombre dans "une situation incontrôlable"

L'Église craint que la RDC sombre dans "une situation incontrôlable"

AFP

Dix morts en une semaine du choléra dans le sud-est de la RDC

Dix morts en une semaine du choléra dans le sud-est de la RDC

AFP

Violences

Violences

visite

AFP

Soudan du Sud: des membres de la société civile menacés après la visite de l'ONU

Soudan du Sud: des membres de la société civile menacés après la visite de l'ONU

AFP

Egypte: le chef de la diplomatie en Israël pour une rare visite

Egypte: le chef de la diplomatie en Israël pour une rare visite

AFP

Hollande en visite express

Hollande en visite express