mis à jour le

ArcelorMittal Annaba : de l’euphorie aux incertitudes

Décidément, l'euphorie du début de l'année en cours à laquelle incitaient les indicateurs d'une reprise de la production, le recouvrement de la paix sociale et la clôture de l'étude pour le lancement du fort prometteur plan industriel au complexe sidérurgique ArcelorMittal Annaba aura été de courte durée. L'usine d'El Hadjar était, plus de deux semaines durant, au c½ur de graves turbulences, la replongeant encore une fois dans un pesant climat d'incertitude. Les pertes de 2000 t/jour en moyenne, en termes de ventes de produits sidérurgiques, le laminoir fil rond (LFR) et le laminoir rond à béton (LRB) étant bloqués pendant plusieurs jours du fait des récurrents mouvements de protestation observés par les travailleurs de la sous-traitance, ont sérieusement impacté la situation financière de la filiale algérienne du numéro un mondial de la sidérurgie. Une situation déjà fragilisée par les grèves cycliques des dernières années ainsi que par les prolongements des retombées de la crise financière dans laquelle se dit être empêtrée la société mère. En tout cas, chez les quelque 5400 travailleurs que compte actuellement l'entreprise, l'heure est à l'inquiétude, voire à l'affolement : le salaire du mois en cours est au centre des rumeurs les plus folles. «La situation financière de l'entreprise est très grave. Je doute fort que nous puissions percevoir le salaire du mois de mai. Les actions de déstabilisation dont sont auteurs les contractuels de nos partenaires sous-traitants ont eu de lourdes conséquences sur nos ventes. Le LFR et le LRB ont été bloqués pendant plus de deux semaines. Ce qui a sérieusement altéré la santé financière de l'entreprise laquelle est déjà très peu enviable», a indiqué une source syndicale. Et le tant attendu plan d'investissement, censé aider ArcelorMittal Annaba à s'en remettre et à se défaire du goulot d'étranglement qui l'empêche d'améliorer ses performances, tarde à venir. Aux dernières nouvelles, précise notre source, son étude, confiée par les deux partenaires groupe Sider et ArcelorMittal à un bureau européen, aurait été finalisée il y a peu de temps. Quelques petites modifications ont, néanmoins, été apportées au plan industriel initial, ajoute la même source : il est désormais question, outre le nouveau LRB, de la construction d'une aciérie électrique de 800 000 t. Une fois cette dernière opérationnelle, il sera alors mis à l'arrêt l'ensemble de la zone fonte (PMA, préparation manutention aggloméré ; HF, haut fourneau ; AC01, aciérie à oxygène et LAC, laminoir à chaud). En seconde étape, sera entamée la suppression totale de la filière fonte pour laisser place à la filière DRI (transformation directe). Le procédé consiste à transformer le minerai de fer importé à partir du gaz naturel. Est-ce à comprendre qu'ArcelorMittal projette de faire appel au marché extérieur pour alimenter son usine d'El Hadjar en minerai de fer au détriment de la production nationale, les besoins en la matière étant jusque-là satisfaits par les sites miniers de Ouenza et Boukhadra ? «Pour justifier le recours à l'importation, les initiateurs du plan ont mis en avant la faible teneur en fer du minerai issu de Ouenza et Boukhadra, soit moins de 58%, le procédé de fabrication suivant le mode de transformation directe (DRI) pour lequel a décidé d'opter le propriétaire requiert, quant à lui, une teneur supérieure ou égale à 65 %», rétorque notreinterlocuteur. Et de prévenir dans la foulée : «Le recours au marché extérieur du minerai de fer impliquerait la mise à l'arrêt des deux sites de Boukhadra et de Ouenza où, faut-il le souligner, travaillent actuellement pas moins de 1000 personnes.» La dernière étape, toujours selon le syndicaliste, concernera la rénovation de l'AC01, ce qui permettra la fabrication de billettes destinées au rond à béton. En somme, conclura-t-il, tel que conçu et arrêté, le futur plan industriel requerra une main-d'½uvre qui ne saurait dépasser les 3000 travailleurs. D'où l'inévitable dégraissage des effectifs auquel risque d'avoir recours l'employeur.    

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

Annaba

Neila Latrous

Le bras d’honneur des salariés d’ArcelorMittal Annaba

Le bras d’honneur des salariés d’ArcelorMittal Annaba

La rédaction

ArcelorMittal Annaba a un nouveau patron

ArcelorMittal Annaba a un nouveau patron

Désespoir

Irréductibles harragas

Irréductibles harragas