mis à jour le

Scandale foncier à Toubab Dialaw : Le PCR de nouveau devant le Procureur

Qui va donc arrêter Gorgui Ciss et ses hommes ? En tout cas, au moment où tous les regards sont braqués sur Yenne où les populations jeunes sont finalement sorties dans la rue pour mettre fin à leur boulimie foncière, voilà que le village de Toubab Dialaw entre dans la danse. Cette fois, c'est Hugues Braillant, un homme d''affaires français, établi sur le site depuis sept ans au moins, qui traîne encore le Président du Conseil rural au tribunal, après l'imam de Sacré C½ur.


C'est la route opposée au nouveau centre FIFA de Toubab qui est en jeu. Alors qu'elle constitue la seule issue qui mène au dépôt de ciment et autres quartiers périphériques, elle vient d'être amputée d'une bonne dizaine de mètres de large, pour abriter la construction fiévreuse d'une mystérieuse villa. L'opération a commencé, il y a une quinzaine de jours. Mais aussitôt alerté, Hugues va saisir les autorités de la commission domaniale pour faire arrêter des travaux qui se dérouleraient dans la plus parfaite illégalité. Ainsi, Ibrahima Ndiaye, Malick Ndoye et Mor Seck, des hommes dont le «toubab» reconnait la droiture, le sens des responsabilités et la compétence, font une descente sur le terrain et somment les maçons de faire reculer la construction pour ne pas empiéter sur la voie publique.
Seulement, averti, à son tour depuis Dakar où il se trouvait, Gorgui Ciss, furieux et méconnaissable, selon divers témoignages, va rappliquer dare-dare sur Toubab Dialaw pour dire ses quatre vérités aux empêcheurs de tourner en rond. S'adressant particulièrement au propriétaire français, il se fera très amer, en le chargeant de tous les péchés d'Israël, avant de lui signifier qu'il était le seul chef reconnu de Toubab Dialaw.
Loin de le suivre sur le terrain des invectives, cependant, ce dernier ne répliquera pas. Il préférera mobiliser toutes les victimes du «président bâtisseur» (elles sont au nombre de 5) et porter plainte devant le Procureur. C'est chose faite, depuis hier.
En attendant la suite, on ne peut s'empêcher de constater que cela commence à faire beaucoup pour le Président du Conseil rural de Yenne, lui qui se targuait, naguère, de ne compter aucun dossier pendant devant la justice.
Cheikh Ba
REWMI QUOTIDIEN

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

scandale

AFP

En Tunisie, la trouble relation argent-médias au coeur d'un scandale

En Tunisie, la trouble relation argent-médias au coeur d'un scandale

AFP

En Afrique du Sud, scandale autour de tweets sur la colonisation

En Afrique du Sud, scandale autour de tweets sur la colonisation

AFP

Afrique du Sud: Zuma rembourse l'Etat dans le scandale de sa résidence privéee

Afrique du Sud: Zuma rembourse l'Etat dans le scandale de sa résidence privéee

foncier

braderie

Acheter un terrain au Kenya, un jeu d'enfant

Acheter un terrain au Kenya, un jeu d'enfant

Moussa Keita

Front de terre- Litige foncier concernant le frère de la Premiere Dame, Ibou Faye- Le Jaraaf Djibril Mbengue Ndoye et Ndèye Penda Dieng arrêtés, le Jaraaf Mamadou Seck recherché

Front de terre- Litige foncier concernant le frère de la Premiere Dame, Ibou Faye- Le Jaraaf Djibril Mbengue Ndoye et Ndèye Penda Dieng arrêtés, le Jaraaf Mamadou Seck recherché

group promo consulting

Derniere Minute- Litige foncier à Pout : Le Tribunal a tranché en faveur de Dangoté

Derniere Minute- Litige foncier à Pout : Le Tribunal a tranché en faveur de Dangoté

procureur

AFP

Zimbabwe: le procureur général remercié et inculpé d'abus de pouvoir

Zimbabwe: le procureur général remercié et inculpé d'abus de pouvoir

AFP

Député assassiné au Maroc: "sexe, argent et désir de vengeance", selon le procureur

Député assassiné au Maroc: "sexe, argent et désir de vengeance", selon le procureur

AFP

Afrique du Sud: démission de Gerrie Nel, procureur du procès Pistorius

Afrique du Sud: démission de Gerrie Nel, procureur du procès Pistorius