mis à jour le

DECES EN DETENTION, TORTURES ET ASSASSINATS Amnesty international accuse la police et la gendarmerie

La situation des droits humains au Sénégal au cours de l'année 2012 et au premier trimestre de l'année 2013 n'a pas connu d'amélioration. Selon le rapport publié par Amnesty international, hier, les 15 derniers mois au Sénégal sont marqués par des cas de décès en détention, de tortures, d'usages excessifs de la force et des assassinats programmés par la police et la gendarmerie.


Au Sénégal, la justice a enquêté et jugé très peu de cas de tortures, de décès en détention ou de l'usage excessif de la force par la police et la gendarmerie, lors des 12 ans de règne du président Abdoulaye Wade. Les auteurs de ces crimes vaquent à leurs occupations, s'ils ne sont pas envoyés en mission de maintien de la paix. Depuis l'arrivée du président Macky Sall au pouvoir, la gendarmerie, censée garantir la sécurité des citoyens, a été mise en cause dans la mort de plusieurs personnes. A en croire Seydi Gassama, certains commandants de police et de la gendarmes ont les mains souillées. «Kécouta Sidibé a été tué le 12 août 2012 à Kédougou. Un assassinat froid qui a eu lieu dans les locaux de la gendarmerie. Il y'a une semaine, Bambo Danfakha a été pourchassé, depuis le site d'orpaillage jusque dans sa maison où il a été étouffé et tué par des gendarmes dans le département de Bakel», a-t-il révélé.
Dans le rapport, l'agression contre le journaliste Cheikh Yerim Seck dans sa cellule du Camp pénal, par Diadji Ndiaye et ses hommes, a été dénoncée. Le journaliste avait porté plainte, accompagnée d'un certificat médical attestant de la violence subie dans sa cellule. Mais, selon nos sources, cette plainte risque de moisir dans les tiroirs. Pis, dans les maisons d'arrêts et de corrections, outre les difficiles conditions de détention, le rapport décrient des cas de tortures quotidiens de détenus et de condamnés, sans que l'Etat ne se prononce. «Dans un Etat démocratique, le pouvoir politique doit régner sur les services de sécurité. Malheureusement, au Sénégal, les services de sécurité, hors de contrôle, agressent et tuent les populations», dira le représentant d'Amnesty international qui appelle le gouvernement à déclassifier toutes les informations relatives à la répression sanglante des manifestations contre la candidature d'Abdoulaye Wade entre janvier et mars 2012. Selon Seydi Gassama, la justice a là un défi à relever, si elle veut demeurer crédible, aux yeux des sénégalais. A la dernière minute nous avons appris, que les dossiers de plainte déposés par les victimes des derniers affrontements, qui avaient opposé des orpailleurs à des gendarmes à Diyabougou département Bakel, ont été transmis par le procureur à la gendarmerie nationale pour enquête, selon des antennes des organisations de droits de l'homme.
Khalil DIEME

REWMI QUOTIDIEN

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

décès

AFP

Sénégal : décès du chanteur Ablaye Mbaye

Sénégal : décès du chanteur Ablaye Mbaye

AFP

Afrique du sud: décès d'un célèbre "roi" de l'évasion

Afrique du sud: décès d'un célèbre "roi" de l'évasion

AFP

Algérie: décès d'un journaliste emprisonné pour "offense au président"

Algérie: décès d'un journaliste emprisonné pour "offense au président"

tortures

AFP

Burundi: rapport accablant de l'ONU sur les tortures et les exécutions

Burundi: rapport accablant de l'ONU sur les tortures et les exécutions

AFP

Burundi : RFI et l'AFP portent plainte pour les tortures infligées

Burundi : RFI et l'AFP portent plainte pour les tortures infligées

AFP

Burundi: tortures

Burundi: tortures

assassinats

Actualités

6 jours après les assassinats de Kidal : Une revendication et toujours moult interrogations

6 jours après les assassinats de Kidal : Une revendication et toujours moult interrogations

Actualités

Les prochains assassinats ne seraient pas par balles ?

Les prochains assassinats ne seraient pas par balles ?

Lilia Weslaty

Syndicat de la sûreté républicaine : Rouissi dément l’implication de 20 agents de sûreté dans les assassinats de Belaïd et Brahmi

Syndicat de la sûreté républicaine : Rouissi dément l’implication de 20 agents de sûreté dans les assassinats de Belaïd et Brahmi