mis à jour le

Déclaration : Adoption du SENAT : Le PA.RE.N accuse…

L'adoption du sénat par l'Assemblée Nationale en sa séance du 21 mai 2013 vient une fois de plus confirmer l'entêtement bovin du régime de la IV e république à aller contre la volonté du peuple. Or, tout le monde le sait ou certains feignent de l'ignorer, le sénat ne servira pas la cause de la démocratie au Burkina Faso. Mais la réalité est là.

« On ne peut jamais arriver à convaincre celui qui refuse d'entendre » disait Platon. Le bicaméralisme dans les vieilles démocraties est le produit de leur histoire. En France, le bicaméralisme a été longtemps considéré dans l'histoire constitutionnelle soit comme un recours contre l'excès des assemblées uniques (Convention en 1795) soit comme un facteur de raffermissement de l'exécutif par le fractionnement du pouvoir législatif (constitution du consulat et de l'empire qui avaient même un parlement tricaméral), d'où des noms différents ( conseil des anciens, conseil de la république, sénat etc.). En Angleterre, la chambre des Lords (chambre haute) a été créée sous le règne d'Edouard III pour représenter le clergé et les nobles face à la chambre des communes qui représentait les chevaliers et les bourgeois. Au USA, pays fédéral, contrairement à la chambre des représentants où le nombre est proportionnel à la population, le Sénat a été créé pour amoindrir ce poids en représentant chaque Etat à égalité en raison de deux sénateurs par Etat. Ainsi, le sénat représente les Etats et la politique nationale et la chambre des représentants s'occupe des problèmes quotidiens des citoyens. Il en est de même pour l'Allemagne où le Bundesrat représente les Landers.

Les arguments des défenseurs du sénat au Burkina ne sauraient prospérer et volent d'ailleurs bas .La fonction de représentation n'a aucun sens si les entités représentées sont elles-mêmes minoritaires dans l'instance.

En outre, la consolidation de la démocratie ne passe pas par le sénat. Elle doit plutôt se fonder sur un système électoral qui garantit l'équité, la transparence et la liberté dans le jeu démocratique.

Quant aux conclusions du CCRP, elles ne sauraient servir de légitimation a l'institution du SENAT car le CCRP n'était ni neutre, ni consensuel, ni crédible. Du reste, le PAREN assume son boycott de ce sombre cadre depuis sa phase de CCRP jusqu'à l'Assemblée Nationale pour la modification de la constitution en passant par les assises nationales.

Le résultat aurait été diffèrent si une personnalité neutre non inféodée au gouvernement s'était entourée de personnes crédibles pour mener la réflexion dans un cadre doté de règles claires et cohérentes et dont les conclusions allaient avoir force d'avis conforme devant l'exécutif. Apres tant de confiances trahies et d'engagements jamais tenus, c'était la seule alternative pour panser les plaies de notre système de gouvernance.

De ce qui précède, le PAREN accuse le régime de Blaise COMPAORE d'instituer un sénat qui ne servira les intérêts d'un clan au pouvoir en manque de légitimité donnant ainsi raison au Français Noel Mamere qui disait que « le sénat n'est qu'une maison de retraite pour privilégié de la politique ». Ce choix inconséquent prouve que notre pays est passé maître dans l'art de la culture du paradoxe : augmenter les prix du gaz domestique réduisant ainsi à néant les efforts de lutte contre la désertification et grever son budget national d'une charge superflue de 36 milliards.

Le pouvoir se comporte exactement comme un chef de famille qui préfère jouir dans les maquis pendant que sa famille est rongée par la maladie et la faim.

Le PAREN lance un appel à la mobilisation générale de tous les citoyens dans la perspective des futurs mots d'ordres des partis affiliés au Chef de File de l'Opposition. C'est le citoyen qui fait la république à travers son action responsable et c'est au citoyen de dire non aux politiques hasardeuses qui sont conduites par ce régime. « Résister, c'est exister'', foi de la résistante française Lucie Aubrac. Cette maxime reprise par l'artiste Burkinabè ZS dans son dernier album doit inspirer chaque citoyen aimant son pays s'il ne veut pas voir le navire national ivre aller en perdition.

Tahirou BARRY

Président du PAREN.

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

adoption

AFP

Burundi: adoption d'un projet de loi pour contrôler les ONG

Burundi: adoption d'un projet de loi pour contrôler les ONG

AFP

ONU: adoption de la résolution anti-EI présentée par la France

ONU: adoption de la résolution anti-EI présentée par la France

AFP

Centrafrique: adoption d'un projet de Constitution par le parlement provisoire

Centrafrique: adoption d'un projet de Constitution par le parlement provisoire

sénat

AFP

Nigeria: le président en "bonne santé", selon le président du Sénat

Nigeria: le président en "bonne santé", selon le président du Sénat

AFP

Mauritanie: le président Aziz annonce un référendum constitutionnel pour supprimer le Sénat

Mauritanie: le président Aziz annonce un référendum constitutionnel pour supprimer le Sénat

AFP

Nigeria: rejet du recours du président du Sénat accusé de fausse déclaration de patrimoine

Nigeria: rejet du recours du président du Sénat accusé de fausse déclaration de patrimoine