mis à jour le

Sign-up for #ArmsTreaty Legal Response Network, by controlarms via Flickr CC
Sign-up for #ArmsTreaty Legal Response Network, by controlarms via Flickr CC

La justice internationale est-elle raciste?

L'ancien président du Liberia Charles Taylor, 64 ans, a été reconnu coupable le 26 avril de crimes contre l'humanité.

Mise à jour du 10 juillet 2012 : La Cour pénale internationale (CPI) a condamné aujourd’hui à 14 ans de prison l'ancien chef de milice congolais Thomas Lubanga, pour l'enrôlement d'enfants soldats lors de la guerre civile en Ituri de 2002 à 2003. La CPI prononce ainsi sa première condamnation depuis son entrée en fonction à La Haye en 2003.


****

 «On a l’impression que la Cour pénale internationale ne vise que les Africains. Cela signifie-t-il que rien ne se passe par exemple au Pakistan, en Afghanistan, à Gaza, en Tchétchénie? Ce n’est pas seulement en Afrique qu’il y a des problèmes. Alors pourquoi n’y a-t-il que des Africains qui sont jugés par cette cour?»

C’est peu dire que le Gabonais Jean Ping, président de la commission de l'Union africaine (UA) depuis 2008, n’a pas décoléré le 29 juin dernier lors du 17e sommet des chefs d’Etat de l’UA à Malabo, en Guinée équatoriale.

L’objet de son courroux: le mandat d’arrêt international lancé 48 heures plus tôt par la Cour pénale internationale (CPI) à l’encontre de Mouammar Kadhafi. Interpellant vivement son procureur en chef Luis Moreno Ocampo, il s’est écrié:

«Nous lui avons dit, appliquez le droit, ne faites pas de politique. Comme le dit un président, Ocampo est une blague.»

Et l’ancien ministre des Affaires étrangères gabonais d’annoncer dans la foulée que l’UA n’appliquera pas le mandat d’arrêt de la CPI contre le Guide libyen. Le mot racisme n’est jamais prononcé —mais il se lit entre les lignes.

Depuis plusieurs années, une guerre larvée oppose la CPI et l’UA. En 2008, l’organisation panafricaine s’était déjà insurgée contre le mandat d’arrêt émis par Luis Moreno Ocampo à l’encontre du président soudanais Omar el-Béchir alors inculpé pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité au Darfour. Et refusé de coopérer avec elle.

Mais cette fois, le ton est plus acerbe. L’exaspération n’est pas loin. 

Le Moyen-Orient oublié de la CPI

A ce jour, quatorze mandats d’arrêt ont été émis par la CPI —tous contre des ressortissants africains.

Trois Soudanais: Ahmed Haroun, ancien ministre des Affaires humanitaires et Ali Kushays, le chef des milices djandjawids (27 avril 2007); et le chef de l’Etat Omar el-Béchir (14 juillet 2008);

Cinq Ougandais: tous des dirigeants de l’Armée Résistance du Seigneur (ARS) dont son numéro un, Joseph Koni (2005);

Cinq ressortissants de de la République démocratique du Congo (RDC): Thomas Lubanga Dyilo (10 février 2006); Germain Katanga (2 juillet 2007); Mathieu Ngudjolo Chui (6 juillet 2007); Bosco Ntaganda (26 août 2006). Les trois premiers se trouvent actuellement au centre de détention de la CPI, à La Haye. 

Jean-Pierre Bemba Gombo, fondateur du Mouvement de libération du Congo et ancien vice-président de la RDC, le 23 mai 2008 remplacé le 10 juin de la même année par un autre mandat. Arrêté, il a été transféré au centre de détention de la Haye.

Et last but not least, le numéro un libyen, Mouammar Kadhafi

Mais pas le début d’une enquête contre les commanditaires de la guerre en Irak que sont l’ancien président des Etats-Unis George Bush et Donald Rumsfeld, son ministre de la Défense. Un conflit pourtant déclenché contre l’avis du Conseil de sécurité en mars 2003, qui a coûté la vie à des centaines de milliers d’Irakiens et entraîné des violations des droits de l’homme comme dans la désormais (tristement) célèbre prison d’Abou Grahib.

Motus et bouche cousue également sur le conflit israélo-palestinien. Alors que selon plusieurs rapports circonstanciés effectués par l’ONU, Amnesty International et Human Rights Watch, l’armée israélienne aurait commis des crimes de guerre, voire des crimes contre l’humanité, notamment au cours de l’opération Plomb durci, du 27 décembre 2008 au 27 janvier 2009 contre le Hamas dans la bande de Gaza.

Guerre larvée entre l'UA et la CPI

A l’évidence, la justice internationale et son bras séculier, la CPI, sont loin d’être irréprochables. Sidiki Kaba, l’avocat sénégalais qui a présidé de 2001 à 2007 aux destinés de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH), ne s’en est jamais caché. Dans son dernier ouvrage La justice universelle en question: Justice de blancs contre les autres? (L’Harmattan, 2010) il se fait fort d’en souligner les ambiguïtés et les «ressorts politiques qui les sous-tendent»

Pour autant, cet infatigable combattant des droits de l’homme a toujours désapprouvé la décision de l’UA de ne pas coopérer avec la CPI. Il l’avait dénoncée en 2008, quand les chefs d’Etat africains avaient apporté leur soutien au président soudanais Omar el-Béchir:

«L’Union africaine s’est placée dans une situation ambiguë en soutenant Omar el-Béchir et en refusant de coopérer avec la CPI. Cette situation remet en cause l’engagement de ses membres à combattre l’impunité. Elle viole l’Acte unique qui l’a créé et qui élève au rang de priorité la lutte contre l’impunité et le respect des droits de l’homme», s’était-il insurgé.

Prix Nobel de la paix, l’archevêque sud-africain Desmond Tutu avait lui aussi crié son indignation:

«En juillet 2008, quand on a appris que le procureur de la CPI préparait un mandat d’arrêt contre Béchir pour génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre, l’Union africaine a publié un communiqué adressé au Conseil de sécurité de l’ONU pour lui demander de suspendre le processus.

Au lieu de condamner le génocide au Darfour, l’Union africaine a choisi de faire part de ses inquiétudes au sujet de l’acharnement dont seraient victimes les dirigeants africains et a soutenu les efforts d'el-Béchir pour retarder la justice».

Le bras de fer que livre l’UA à la CPI est d’autant plus discutable que trois principaux dossiers concernant des pays africains sont actuellement ouverts à la Haye: la RDC, l’Ouganda et la République centrafricaine. Mais, à chaque fois, ils l’ont été à la demande de leurs chefs d’Etat respectifs. Considérant que leur pays n’avait pas les moyens de conduire dans les meilleures conditions de véritables enquêtes ou des poursuites contre les auteurs et les complices de graves crimes sur leur territoire, ils ont souhaité que l’instance judiciaire onusienne s’en charge.

Car mis à part des cas exceptionnels comme le Darfour ou plus récemment la Libye où, à la demande du Conseil de sécurité, elle a initié d’elle-même des actions judiciaires, la CPI, juridiction permanente chargée de juger les personnes accusées de génocide, de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre, a été conçue pour compléter les systèmes judiciaires nationaux. Elle ne peut exercer sa compétence que lorsque les juridictions nationales n’ont pas la volonté ou la compétence pour juger de tels crimes.

La CPI ne s’en prend pas qu’aux Africains

Dans le cas spécifique de Charles Taylor, l’ancien président libérien inculpé pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité par le Tribunal spécial pour la Sierra Leone, s’il est jugé depuis avril 2007 à la Haye, c’est à la demande insistante du Liberia et de la Sierra Leone qui ont souhaité pour des raisons de sécurité intérieure que son procès soit délocalisé.

Par ailleurs, affirmer comme Jean Ping que la CPI ne s’en prend qu’aux Africains est une contrevérité. Le premier chef de l’Etat en exercice à avoir été remis à la justice internationale est l’ex-président de la Serbie Slobodan Milosevic, en juin 2001.

Sans oublier que Radovan Karadzic, l’ancien dirigeant serbe de Bosnie inculpé par le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TIP) pour génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre, arrêté le 22 juillet 2008, est en détention à la prison du TIP à la Haye depuis le 30 juillet 2008. Il y a été rejoint le 31 mai 2011 par son ami l’ancien chef de l’armée bosno-serbe, le général Ratko Maldic, mis en examen pour les mêmes infractions après avoir été arrêté le 26 mai dernier.

En réalité, outre le manque de volonté politique pour combattre l’impunité, qui est l’une des principales causes des conflits qui ensanglantent l’Afrique —à de rares exceptions près comme l’Afrique du Sud et, dans une moindre mesure, le Nigeria et le Ghana— deux maux principaux affectent la justice sur le continent africain: un manque criant d’appareils judiciaires idoines et une insuffisante —voire aucune— indépendance vis-à-vis des pouvoirs politiques. Les victimes de l’ancien dictateur tchadien Hissen Habré, qui attendent toujours son jugement alors qu’il est inculpé depuis 2000 par la justice sénégalaise pour complicités de crimes contre l’humanité, actes de torture et barbarie en savent quelque chose.

Valentin Hodonou

 

A lire aussi

La CPI, une justice à deux vitesses

La CPI chamboule la politique kényane

Qui va juger Gbagbo?

«Gbagbo pourrait être jugé pour crime contre l’humanité»

Valentin Hodonou

Valentin Hodonou. Journaliste béninois. Spécialiste de l'Afrique.

Ses derniers articles: Ce que l'élection de Hollande va changer  Pourquoi l’Afrique de l’Ouest est mal partie  Pourquoi le Niger a été épargné par une rébellion 

Charles Taylor

Portrait

Leymah Gbowee, la Libérienne qui chassa Charles Taylor

Leymah Gbowee, la Libérienne qui chassa Charles Taylor

géopolitique

Les rébellions à l'assaut des Etats

Les rébellions à l'assaut des Etats

Coupé Décalé

Top 10 des losers en 2012

Top 10 des losers en 2012

Cour pénale internationale

Vu d'Alger

La Palestine et le vote africain à l'ONU

La Palestine et le vote africain à l'ONU

Vu de Dakar

L'Europe blanchit plus d'argent sale que l'Afrique

L'Europe blanchit plus d'argent sale que l'Afrique

Soudan

Amputer n'a jamais guéri le cancer

Amputer n'a jamais guéri le cancer

CPI

AFP

Le retrait de l'Afrique du Sud de la CPI "inconstitutionnel"

Le retrait de l'Afrique du Sud de la CPI "inconstitutionnel"

AFP

Le Kenya va "réfléchir sérieusement"

Le Kenya va "réfléchir sérieusement"

AFP

Désavouée par la Russie, la CPI lance un appel: "ne partez pas"

Désavouée par la Russie, la CPI lance un appel: "ne partez pas"