mis à jour le

La vérité sur l’assassinat des moines de Tibhirine

Le documentaire de Malik Aït Aoudia et Séverine Labat reprend l'enquête là où le film de Xavier Beauvois Des hommes et des dieux se termine, à savoir ce plan final qui voit les moines enlevés s'enfoncer dans le maquis, prisonniers de leurs geôliers du GIA. France 3 consacre sa soirée du 23 mai à l'affaire des moines de Tibhirine assassinés le 21 mai 1996 sur ordre de Djamel Zitouni, émir du GIA, auteur de leur enlèvement près de deux mois auparavant. C'est d'abord la fiction de Xavier Beauvois Des hommes et des dieux, grand prix au Festival de Cannes 2010, qui sera projetée, suivie du documentaire intitulé Le martyre des sept moines de Tibhirine coréalisé par Malik Aït Aoudia et Séverine Labat au terme d'une enquête approfondie qui s'est étalée sur plusieurs années. Concernant le beau film de Xavier Beauvois, rappelons seulement que ce dernier s'est gardé d'entrer dans une polémique sur les responsabilités des uns (les services) et des autres (le GIA) pour privilégier la dimension humaniste de ces hommes de foi attachés à l'Algérie indépendante (ils soignèrent les combattants de l'ALN pendant la lutte de libération). Le documentaire de Malik Aït Aoudia et Séverine Labat reprend l'enquête là où le film de Beauvois se termine, à savoir ce plan final qui voit les moines enlevés s'enfoncer dans le maquis, prisonniers de leurs geôliers du GIA.  Le martyre des sept moines de Tibhirine constitue un vrai travail d'investigation quasi policière qui met au jour les tenants et les aboutissants d'un enlèvement et d'un massacre qui n'ont cessé de faire polémique. On pense en particulier au «travail» d'un certain Jean-Baptiste Rivoire qui, pour le compte de Canal +, n'a cessé d'activer la thèse selon laquelle les services algériens seraient les vrais responsables de l'assassinat des sept moines. Or le travail commun de Séverine Labat et Malik Aït Aoudia inflige un démenti cinglant à cette version manipulatoire de la part d'un réalisateur journaliste français qui s'était déjà illustré comme propagandiste de la thèse «Qui-tue-qui ?»... Déjà auteur du remarquable Autopsie d'une tragédie en 2003, Malik Aït Aoudia, par ailleurs correspondant de l'hebdo Marianne à Alger, indique qu'il voulait «rendre hommage à ces hommes qui aimaient mon pays, et ne l'avaient pas abandonné malgré le fleuve de sang et la solitude. Ma part à moi, c'était de faire toute la vérité sur leur martyre». De fait, cet engagement est bien rempli grâce à une enquête qui convoque l'ensemble des protagonistes, depuis un général de l'armée et le wali de Médéa, jusqu'aux témoins et acteurs de première main, s'agissant de Hassan Hattab, opposé à Zitouni, en passant par Abou Imen, geôlier des moines, et qui nomme les égorgeurs du groupe, sans oublier  Abou Mohamed qui a transporté les têtes dans une voiture avant de les abandonner sur la route où elles furent découvertes... L'intérêt du documentaire réside aussi dans l'inscription de la tragédie dans le contexte historique qui prévalait en cette année 1996, avec l'implication de l'Etat français au milieu d'un imbroglio politico-religieux des plus complexes, mais que les auteurs ont su démêler à force de témoignages plus édifiants les uns que les autres. Bref, un document rare et pertinent à ne pas rater ce soir.  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

vérité

AFP

Nigeria: exhumer les cadavres pour connaître la vérité sur le massacre des Chiites

Nigeria: exhumer les cadavres pour connaître la vérité sur le massacre des Chiites

AFP

CPI: la Côte d'Ivoire espère la vérité sur Gbagbo et la crise sanglante de 2010

CPI: la Côte d'Ivoire espère la vérité sur Gbagbo et la crise sanglante de 2010

AFP

Burkina: la veuve de Thomas Sankara "n'abandonnera pas" sa quête de vérité

Burkina: la veuve de Thomas Sankara "n'abandonnera pas" sa quête de vérité