mis à jour le

NOUVELLE FIXATION DES PRIX DES DENREES Des mesures coercitives contre les commerçants récalcitrants

L'Etat procède à une fixation des nouveaux prix des denrées de première nécessité, ce Jeudi. Le ministre du commerce Alioune Sarr l'a annoncé, lors de la réunion du Conseil national de la consommation (CNC), hier et a noté qu'aucune tolérance ne sera observée pour que ces prix soient appliqués par les commerçants.


Le CNC sur les prix s'est réuni, pendant des mois, avec les acteurs du secteur de l'huile, du sucre et du riz, pour procéder à une analyse de structure des prix, avec les différentes parties prenantes. Selon le ministre Alioune Sarr, en charge du commerce, des prix ont été retenus pour certaines denrées, en attendant que cela soit le cas pour tous les autres. «Nous n'avons pas oublié les autres denrées mais, il faut dire que le comité de suivi des prix a des démarches et un agenda. Et dans un premier temps, nous leur avions confié le riz, le sucre et l'huile et le gouvernement a listé 15 produits sur lesquels le comité continue à faire des travaux de réflexions qu'il va naturellement nous soumettre au finish», dira-t-il. Poursuivant, il confiera : «concernant le prix, le riz brisé non parfumé est vendu au détail à 260 francs le kg et nous invitons les dakarois à refuser d'acheter le kg au-delà de ce prix. Le détaillant va l'acheter chez le grossiste à 245 francs, le kg et le grossiste va l'acheter chez l'importateur à 240 francs le kg. L'huile est vendue à 900 francs, le litre, chez le détaillant et au niveau du grossiste, à 850 francs et le grossiste à 825 francs à l'usine. Pour la dosette de 250 ml, le prix est fixé à 290 francs détail, 270 francs au niveau du grossiste et 260 francs au niveau de l'importateur». Pour l'application, le ministre a annoncé un certain nombre de mesures. «Nous avons réunis l'ensemble des 14 chefs de service régional du commerce et à Dakar, le dispositif est déjà opérationnel. Il y'aura des brigades mobiles, des visites des marchés de Dakar, tous les jours. Nous avons associé les dispositifs du commerce, avec les préfets, les forces de sécurités, pour qu'ensemble, des missions conjointes soient organisées, pour que le récalcitrant soit soumis à la loi. Et cette loi, si elle est enfreinte, peut conduire à des saisies de marchandise voire l'emprisonnement. Mais, le meilleur contrôle, ce sont les sénégalais eux-mêmes qui doivent participer à cette surveillance», dira-t-il.
Concernant la CSS et le stock de 46.000 tonnes de sucre, le ministre a noté que le gouvernement a mis en place un dispositif pour résorber le stock et mieux, «nous voulons, avec la CSS, atteindre l'autosuffisance en sucre dans les années à venir», a-t-il dit.
Mamadou DIOUF
REWMI QUOTIDIEN

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

nouvelle

AFP

Au Zimbabwe, la nouvelle monnaie est accueillie avec scepticisme

Au Zimbabwe, la nouvelle monnaie est accueillie avec scepticisme

AFP

Le Zimbabwe lance sa nouvelle monnaie malgré les réticences

Le Zimbabwe lance sa nouvelle monnaie malgré les réticences

AFP

RDC: RSF juge "liberticide" la nouvelle réglementation sur les médias

RDC: RSF juge "liberticide" la nouvelle réglementation sur les médias

prix

AFP

Le prix Africa Check décerné

Le prix Africa Check décerné

AFP

Le prix Nobel Wole Soyinka répond aux attaques sur les réseaux sociaux

Le prix Nobel Wole Soyinka répond aux attaques sur les réseaux sociaux

AFP

Soudan: une manifestation contre la hausse des prix dispersée

Soudan: une manifestation contre la hausse des prix dispersée

commerçants

AFP

Tunisie: couvre-feu

Tunisie: couvre-feu

AFP

Au Zimbabwe, les commerçants sont exaspérés par les vendeurs de rue

Au Zimbabwe, les commerçants sont exaspérés par les vendeurs de rue

AFP

Afrique du Sud: heurts entre manifestants et commerçants étrangers, des blessés

Afrique du Sud: heurts entre manifestants et commerçants étrangers, des blessés