mis à jour le

PSG : POURQUOI ANCELOTTI

La rumeur était bien fondée. L'histoire d'amour entre le Paris-SG et Carlo Ancelotti touche à sa fin. Près d'un million de téléspectateurs ont trépigné devant leur télé dimanche. Un an et demi après l'officialisation de leur relation, le divorce semble imminent entre Paris et Carlo. Et pas par consentement mutuel. Devant ses cadres, Ancelotti déroule : « On doit décider ensemble, avec le club, parce que ma volonté est de quitter le club. » Mais il prévient : « Je n’explique pas et peut-être que je n’expliquerai jamais les raisons pour lesquelles je quitte le club. » Carlo parle au pluriel.  Il y a plusieurs raisons. Les voici en version sous-titrée. C'est le principal souvenir à l'origine de la décision du coach parisien : Carlo Ancelotti n'a jamais digéré d'avoir été menacé par ses dirigeants. Nous sommes en décembre et le Paris-SG vient de se faire voler dans les plumes par les Aiglons niçois (1-2). Les Parisiens, déjà éliminés de la Coupe de la Ligue par Saint-Etienne, occupent alors la quatrième place de Ligue 1, à cinq longueurs d'un OM euphorique. Ancelotti est sous pression. Les Qatariens n'avaient déjà pas apprécié de se faire buzzer par Montpellier, un an plus tôt, pour le titre de champion. Et ils l'ont fait savoir à leur entraîneur. Carlo Ancelotti joue sa tête en Ligue des champions contre le FC Porto, ancien club de José Mourinho dont le nom est murmuré au Parc. Défait au Portugal (0-1), le PSG bétonne au retour (2-1). Paris est lancé et construit une saison qui sera finalement réussie. Quand il soulève l'Hexagoal le 13 mai, Ancelotti  a déjà décidé de plier les gaules. Pas pour une question d'argent. L'ancien technicien de Milan n'a pas apprécié le changement d'attitude de ses patrons à son égard. En plus d'avoir été mis en danger, il a été mis à l'écart de certaines décisions. Il voulait par exemple un latéral droit mais van der Wiel n'était pas son choix. Le président Al-Khelaïfi a quand même bouclé le dossier avec son directeur sportif, Leonardo. Les rapports de Carlo Ancelotti avec Leonardo – qu'il connait depuis une dizaine d'années - ne sont pas mauvais. Mais ceux avec les propriétaires qatariens, presque inexistants. Une distance qu'il perçoit  comme de l'indifférence. Le champion d'Italie, d'Angleterre et maintenant de France, le vainqueur de la Ligue des champions 2003 et 2007 (entre autres) n'est pas habitué à ça.

Paris ACCELERE POUR ROONEY WAYNE  

Rooney veut quitter Manchester United et Paris a sauté sur l’opportunité. Selon une information publiée hier par le Quotidien sportif français, L'Equipe, le club parisien « est entré en contacts directs avec Wayne Rooney ». Toujours selon le même journal qui cite des sources anglaises, Rooney est « énormément intéressé » par le challenge proposé par le PSG. La piste menant à l’attaquant anglais serait désormais celle privilégiée par le staff parisien devant Edinson Cavani, l’attaquant de Naples. Pourtant, ces derniers jours, les médias anglais évoquaient davantage Chelsea, Newcastle, Barcelone ou le Bayern Munich comme point de chute pour le joueur de Manchester United sous contrat avec les Red Devils jusqu’en 2015. En fin de semaine dernière, Wayne Rooney était évoqué avec insistance du côté d'Arsenal. Mais Chelsea est aussi sur les rangs. Arsène Wenger, de son côté, n'a pas voulu s'étendre sur le sujet : « Je ne sais pas si United veut vendre Rooney. C'est le meilleur signe pour démontrer que nous n'avons pas fait d'approches », déclarait le manager français il y a quelques jours. Paris aurait donc, en ce début de semaine, pris de l’avance sur la concurrence. Avec sa puissance financière hors norme, le PSG a de sérieux atouts dans sa manche et si le joueur est tenté par l’aventure parisienne, les choses pourraient se décanter rapidement.

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A