mis à jour le

Etat de santé de Bouteflika : le secret médical est de rigueur chez les français

Le Premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal, a déclaré , mercredi 22 mai , que le président Abdelaziz Bouteflika, hospitalisé en France depuis le 27 avril, va bien et se repose et qu’il n’est nul besoin de publier chaque jour un bulletin de santé.

Sellal, cité par l’agence APS, a appelé à ne pas se fier à ce qui se dit sur certaines chaînes de télévision étrangères, alors que l’état de santé de M. Bouteflika fait l’objet de nombreuses rumeurs.

Les autorités algériennes ont dénoncé les fausses informations publiées par certains médias, affirmant que le pronostic vital du président n’a jamais été engagé et qu’il se reposait.

Dans la matinée, c’est le ministre algérien des Affaires étrangères, Mourad Medelci, qui avait affirmé au micro de Radio France Internationale (RFI) que M. Bouteflika, allait rentrer bientôt en Algérie.

L’état de santé du président, qui était déjà annoncé comme étant bon, se confirme aujourd’hui, fort heureusement, a déclaré Mourad Medelci.

Sellal, avait déclaré , lundi 20 mai , que la maladie du président Bouteflika ne sera bientôt plus qu’un mauvais souvenir.

Secret médical du coté français

Le ministère français de la Défense avait indiqué mardi que le président Bouteflika, hospitalisé à l’hôpital du Val-de-Grâce à Paris, venait d’être transféré dans un autre établissement militaire de la capitale française, afin d’y poursuivre sa convalescence.

Le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Philippe Lalliot, a implicitement démenti les rumeurs d'un retour secret d'Abdelaziz Bouteflika en Algérie. Il est en France, au Val-de-Grâce, depuis le 27 avril, a-t-il répondu aux journalistes, les renvoyant aux « déclarations faites par le Premier ministre algérien (...), dans lesquelles il confirme que le président algérien subit un certain nombre d'examens médicaux à l'hôpital du Val-de-Grâce ». « Pour le reste, c'est aux autorités algériennes de communiquer », a-t-il répété à deux moments différents de sa conférence de presse.

Philippe Lalliot a affirmé qu'il n'avait pas de « procédure spécifique » concernant l'hospitalisation des chefs d'Etat en France et que c'était « une décision ad hoc qui est prise en fonction de plusieurs considérations, notamment médicales ».

Refusant de répondre aux questions des journalistes sur l'état de santé du président algérien, il a invoqué « un grand principe, celui du secret médical, qui s'applique à tous – à un chef d'Etat, à vous ou à moi ». « Cela relève donc de la confidentialité du dossier médical et nous n'avons pas à être tenus informés », a-t-il expliqué.

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

Etat

AFP

Les dessous du pacte de Lafarge avec le groupe Etat islamique en Syrie

Les dessous du pacte de Lafarge avec le groupe Etat islamique en Syrie

AFP

Le revers du CHAN, symbole d'un football kényan en piteux état

Le revers du CHAN, symbole d'un football kényan en piteux état

AFP

La Centrafrique "a besoin d'un État fort"

La Centrafrique "a besoin d'un État fort"

santé

AFP

En Afrique, "c'est la vie!", le rendez-vous santé des fans de séries

En Afrique, "c'est la vie!", le rendez-vous santé des fans de séries

AFP

Le ministre tunisien de la Santé décède lors d'un marathon contre le cancer

Le ministre tunisien de la Santé décède lors d'un marathon contre le cancer

AFP

Les nouvelles technologies transforment l'accès aux soins de santé en Afrique

Les nouvelles technologies transforment l'accès aux soins de santé en Afrique

Bouteflika

AFP

Algérie: le président Bouteflika a reçu le Premier ministre russe

Algérie: le président Bouteflika a reçu le Premier ministre russe

AFP

Algérie: relance du débat sur la capacité de Bouteflika

Algérie: relance du débat sur la capacité de Bouteflika

AFP

Bouteflika presse Paris de reconnaître les souffrances liées

Bouteflika presse Paris de reconnaître les souffrances liées