mis à jour le

Une caravane de Touaregs au Niger / REUTERS
Une caravane de Touaregs au Niger / REUTERS

Les Touareg du Niger, un peuple apaisé

A l'inverse de leurs voisins maliens, ils bénéficient de la décentralisation et sont intégrés à tous les échelons de la société.

Contrairement aux rebelles du MNLA (Mouvement national de libération de l'Azawad) du Mali, les Touaregs nigériens semblent «apaisés et intégrés», selon le site de l'hebdomadaire Jeune Afrique, qui nous livre un long reportage sur les conditions de vie des peuples nomades.

Les Touaregs nigériens, qui représentent près de 10% de la population du pays, n’ont pas rejoint l’insurrection malienne, car ils sont beaucoup plus intégrés à la société, comme l'explique le colonel Mahamadou Abou Tarka, un Touareg qui préside depuis 2011 la Haute autorité à la consolidation de la paix:  

«Au Niger, les Touaregs n'ont jamais été exclus comme ils ont pu l'être au Mali. Depuis toujours, il y a des cadres touaregs dans l'administration. Moi-même, j'ai franchi tous les échelons dans l'armée et je n'ai pas eu besoin de mener une rébellion pour cela.»

En effet, les Touaregs sont présents jusque dans les plus hautes fonctions politiques, militaires ou économiques. Jeune Afrique cite en exemple Brigi Rafi, Premier ministre nigérien, Rhissa Ag Boula, conseiller spécial du président, ou encore Mohamed Akotey, président du conseil d’administration d’Imouraren SA, une filiale d’Areva.

Cette situation, apprend-on encore dans l'article, est due à une politique volontariste de l’Etat pour l’insertion des Touaregs dans la société. A la fin du soulèvement des années 1990, «un quart des 12.000 combattants insurrectionnels avaient été intégrés dans différents corps d'Etat et un tiers avaient bénéficié d'un soutien économique», indique le site.

L’article évoque également des actions de fermeté, qui ont permis d’inverser le rapport de force entre le gouvernement et les Touaregs. En 2011, lors de la chute de Kadhafi, reconnu comme un «parrain de nombre de rébellions touarègues durant les trente dernières années», des manœuvres de dissuasion ont été mises en place (soldats postés dans le nord, missions de reconnaissance…) S’il subsiste encore quelques rebelles dans le Sud libyen, ils ne bénéficient pas de l’appui des populations locales, conclut Jeune Afrique.

Lu sur Jeune Afrique

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Pour la première fois, un vaccin contre le paludisme va être testé à grande échelle  L'île où les millionnaires africains deviennent encore plus riches  La dernière monarchie absolue d'Afrique veut interdire le divorce 

touaregs

Mali

Le centre du Mali est une bouillie où se mélangent djihadisme, banditisme et rivalité ethnique

Le centre du Mali est une bouillie où se mélangent djihadisme, banditisme et rivalité ethnique

Conflit

VIDEO. La guerre oubliée des Touaregs dans le sud de la Libye

VIDEO. La guerre oubliée des Touaregs dans le sud de la Libye

AFP

Mali: Paris et Niamey appellent les rebelles touaregs

Mali: Paris et Niamey appellent les rebelles touaregs

décentralisation

AFP

Tunisie: les élus de la Constituante se penchent sur la décentralisation

Tunisie: les élus de la Constituante se penchent sur la décentralisation

AFP

Mali: l'Etat s'engage

Mali: l'Etat s'engage

Actualités

Etats généraux de la décentralisation au Mali : Pourvu que ce ne soit pas seulement un Grand Sumu ! (1)

Etats généraux de la décentralisation au Mali : Pourvu que ce ne soit pas seulement un Grand Sumu ! (1)

intégration

Intégration

Dialogue de sourds entre les deux Congo

Dialogue de sourds entre les deux Congo

AFP

RDC: ni amnistie ni intégration pour les auteurs de crimes graves

RDC: ni amnistie ni intégration pour les auteurs de crimes graves

Indignation

La ministre noire italienne traitée d'orang-outan

La ministre noire italienne traitée d'orang-outan