mis à jour le

Majorité gouvernementale : Jusqu’où ira Chabat ?

Après la menace du retrait du gouvernement, Hamid Chabat continue son offensive à l'encontre de Benkirane, du gouvernement, des ministres et de tout ce qui concerne de près ou de loin la coalition gouvernementale. Avec le même tempérament, la même dynamique et un ton de plus en plus acerbe, le patron istiqlalien semble être déterminé à aller jusqu’au bout, ne donnant aucun signe de s'arrêter à la soi-disante démission istiqlalienne du gouvernement. Et cette fois-ci, le cap est mis sur le contenu des réunions de la coalition gouvernementale, tenu top secret jusqu'à présent.

 

Ce créneau ne manquera certainement pas de déstabiliser le Chef du Gouvernement, qui se veut une personnalité politique populaire, sociale, mais surtout un exemple de la teneur religieuse, conformément au référentiel islamique du PJD. Mais à en croire le SG de l'Istiqlal, ce serait tout simplement un leurre, et à ses yeux, de l'hypocrisie pure et simple.

 

Ainsi, entre ce qui se fait, ce qui se dit et ce qui se décide au niveau de la majorité gouvernementale, Hamid Chabat estime qu'il est grand temps de parler ''vrai'' et d'arrêter de ''mentir'' aux Marocains. Et ce n'est pas tout ! Chabat accuse Benkirane d'arnaque et d'escroquerie. D'après lui, les exemples du double discours du Chef du Gouvernement Benkirane sont légion. A Fès, devant une foule istiqlalienne très agitée, le successeur d'Abbas El Fassi a tenu des propos agressifs : ''Le gouvernement ne sait faire qu'augmenter les prix, rendant ainsi la vie et le quotidien des Marocains encore plus difficile et plus compliqué [...] Pour tromper les Marocains, Benkirane a recommandé de réduire le poids de la bonbonne de gaz butane de 2 kg au lieu de procéder à une augmentation de son prix''. Il a couvert de nombreux sujets : '' A propos des diplômés-chômeurs, Benkirane n'est pas assez soucieux de leur dossier [...] Pour la gestion gouvernementale, Benkirane agit en tant que SG du PJD et non pas en tant que Chef du Gouvernement [...] Le gouvernement manque de cohérence et de vision à cause de la dictature de Benkirane, qui voit en les autres composantes de la coalition des éléments de remplissage''.

chabat

 

Il a ainsi beaucoup insisté sur le fait que Benkirane ignore son parti : ''Notre mémorandum pour sortir le pays de la crise économique n'a pas été pris en considération et il nous été demandé de ne pas s'immiscer dans les affaires gouvernementales, car c'est bel et bien Benkirane seul qui gouverne. [...] Les pauvres du pays ne veulent plus de discours creux, mais ils  veulent quitter les bidonvilles, de trouver des hôpitaux pour se faire soigner dignement et des écoles pour que leurs enfants soient scolarisés convenablement [...] On regrette sincèrement le gouvernement El Fassi qui, malgré la difficulté de la conjoncture, il a réussi à éviter au pays les conséquences de la crise économique mondiale, ce qui a fait du Maroc une exception du Printemps Arabe''. Après l'épisode du retrait du gouvernement, une nouvelle série du feuilleton chabatien commence. Benkirane, apparemment toujours aussi sûr de sa démarche, finira-t-il par céder à la pression istiqlalienne ? Réponse dans les quelques jours à venir…

H.Z

___________________________________________________________________________________________________________________

Encadré : 

Chabat : après Benkirane, objectif Benabdellah ! 

 

Hasard ou coïncidence, il semblerait que Chabat ait des problèmes avec tous les ''Ben'' de la coalition gouvernementale ! En effet, après avoir tiré à boulets rouges sur Benkirane, le patron de l'Istiqlal recadre depuis quelque temps ses virulentes critiques contre le ministre de l'Habitat Nabil Benabdellah. Selon Chabat, le SG du PPS n'a pas à se mêler entre ce qui se passe entre l'Istiqlal et le PJD : ''Notre parti n'a pas de problèmes avec le PJD avec qui il partage le même référentiel''. D'après lui, ''le PPS ne devrait pas normalement faire partie de la majorité gouvernementale''. Pour Chabat, s'il y avait un remaniement ministériel, il serait hors de question de cohabiter avec le PPS, ''une formation de gauche qui ne se soucie que de quelques postes ministériels''. Selon le SG de l'Istiqlal, le bilan des ministres PPS est des plus catastrophiques. Laissant libre cours à son offensive, Hamid Chabat a ainsi gravement dérapé dans ses propos vis-à-vis des autres membres du gouvernement.

H.Z

 

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Maroc : Alerte de pluies et averses importantes dans plusieurs villes  Obsèques  La terre a tremblé 

IRA

AFP

Le président soudanais ira au sommet arabe d'Amman

Le président soudanais ira au sommet arabe d'Amman

AFP

Zimbabwe: le pasteur et leader de la contestation ira aux Etats-Unis

Zimbabwe: le pasteur et leader de la contestation ira aux Etats-Unis

AFP

Soudan du Sud: le gouvernement ira finalement négocier, mais pas le président Kiir

Soudan du Sud: le gouvernement ira finalement négocier, mais pas le président Kiir