mis à jour le

Aït Ahmed absent du congrès

Hocine Aït Ahmed ne sera pas présent aux travaux du 5e congrès du Front des forces socialistes (FFS). La nouvelle a été donnée hier par le parti, lors d'une conférence de presse organisée à la veille de ce rendez-vous politique important, qui verra l'installation d'une nouvelle direction au FFS. «Il y a eu des informations non fondées sur son arrivée au pays, malheureusement, il n'en est rien. La nouvelle est terrible.»   Si l'Hocine revient d'un voyage éprouvant au Maroc pour une raison familiale, le décès de sa s½ur et de son cousin. Il en est revenu très fatigué ; son médecin lui a formellement recommandé de ne pas se déplacer dans l'immédiat», annonce Mohand Amokrane Cherifi, président du comité d'éthique au FFS. Le premier secrétaire, Ali Laskri, a qualifié cette nouvelle de «séisme pour les militants et tous les Algériens qui attendaient son retour». Evoquant les travaux du congrès, Laskri a affirmé que «comme dans tous les congrès du FFS, le débat sera fervent, passionné, libre et démocratique». Le premier secrétaire annonce que les congressistes, qui ont déjà commencé les travaux en ateliers sur les statuts et les résolutions politiques, devront poursuivre le débat lors du congrès et se prononcer sur les nouvelles structures de direction. Pour rappel, la proposition d'un conseil présidentiel de cinq membres en remplacement du poste de président du parti a été adoptée par le conseil national et sera soumise à l'approbation du congrès. «Il y a eu des débats fervents lors de la réunion de la commission des statuts à laquelle ont pris part 282 congressistes, certains se sont prononcés sur d'autres formes de présidence et c'est lors du congrès que tout se décidera. Je tiens à souligner qu'au FFS, nous avons la cohésion et une forte tradition démocratique, il n'y a pas de problème, contrairement à ce que disent certains. Nous sommes sereins, le dialogue et le débat ont toujours présidé à nos décisions. A l'heure actuelle, personne ne peut remplacer Aït Ahmed qui a 70 ans de militantisme, et l'option de la direction collégiale est pour nous un gage de démocratie et de transparence», indique Laskri. Les congressistes auront par ailleurs à élaborer la stratégie du parti. «Le slogan choisi pour ces 5es assises est à lui seul tout un programme : pour la reconstruction d'un consensus national», indique Laskri, en notant que c'est là le maître-mot de cette stratégie. «Pour la première fois, les règles et les procédures mises en place dans la transparence et la concertation permanente ont revêtu un caractère incontestable et recueilli l'adhésion des militantes et des militants», souligne encore le responsable du FFS, qui promet que ce congrès sera le rendez-vous de la transparence.  Interrogé sur la santé du président Bouteflika et de certaines parties demandant l'application de l'article 88 de la Constitution, Laskri s'est contenté de répondre : «Nous demandons toute la lumière sur sa maladie.»  Par ailleurs, sur le chantier de la révision constitutionnelle, le responsable politique note que le FFS a rejeté toutes les réformes prônées par le régime. «Notre objectif est de reconstituer le consensus national, qui sera l'alternative démocratique à ce régime corrompu.»

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

congrès

AFP

RDC: une ex-élue du Congrès américain pour soigner l'image du pays

RDC: une ex-élue du Congrès américain pour soigner l'image du pays

AFP

Burundi: le Parlement se réunit en Congrès pour débattre de la mission de l'UA

Burundi: le Parlement se réunit en Congrès pour débattre de la mission de l'UA

AFP

Burundi: manifestations interdites

Burundi: manifestations interdites