mis à jour le

Iran : invalidation de deux principaux candidats à la présidentielle

Deux des principaux candidats à l’élection présidentielle iranienne, Akbar Hachémi Rafsandjani et Esfandiar Rahim Mashaïe, n’ont pas été autorisés mardi à participer au scrutin du 14 juin qui devrait voir triompher un fidèle du régime. M. Rafsandjani, un ex-président (1989 à 1997) âgé de 78 ans, ne fait pas partie de la liste de huit noms retenus par le Conseil des gardiens de la constitution, chargé de valider les candidatures parmi 686 personnalités enregistrées, et annoncée à la télévision lors du journal du soir.
Esfandiar Rahim Mashaïe, un proche du président sortant Mahmoud Ahmadinejad, a également été disqualifié, a ajouté la télévision, sans préciser les raisons de ces évictions. La diplomatie américaine a jugé mardi que les huit candidats à la présidentielle de juin en Iran n’auraient probablement aucune légitimité populaire, critiquant ainsi l’éviction pour l’élection de deux principaux concurrents. « Il semble que le Conseil non élu des gardiens (de la constitution) en Iran, qui n’est pas responsable devant le peuple iranien, ait disqualifié des centaines de candidats en s’appuyant sur de vagues critères », a commenté dans un courrier électronique adressé à l’AFP un porte-parole du département d’Etat, Patrick Ventrell.
Le Guide suprême de la République islamique, l’ayatollah Ali Khamenei, est le seul habilité à désavouer le Conseil des gardiens de la constitution, organe de supervision des élections contrôlé par les conservateurs religieux. « Je considère ma disqualification comme une injustice et je vais essayer de la réparer en faisant un recours auprès du Guide suprême », a réagi M. Mashaïe, cité par l’agence Fars. Un proche de M. Rafsandjani avait indiqué dans la journée que l’ex-président se plierait quant à lui à la décision du Conseil.
Les deux hommes étaient les bêtes noires des responsables ultraconservateurs, qui réclamaient leur éviction depuis l’enregistrement de leur candidature le 11 mai. Ils reprochent notamment à M. Rafsandjani son soutien aux manifestations après la réélection controversée de Mahmoud Ahmadinejad en juin 2009. Ses deux mandats, marqués par la reconstruction du pays après la guerre Iran-Irak et une relative ouverture vers l’Occident, en faisaient le candidat « par procuration » des réformateurs, selon un diplomate occidental.
AFP

Iran

AFP

Mondial: 0-0 entre Iran et Nigeria, premier match nul

Mondial: 0-0 entre Iran et Nigeria, premier match nul

AFP

Mondial: 0-0 entre Iran et Nigeria, premier match nul

Mondial: 0-0 entre Iran et Nigeria, premier match nul

Mondial 2014

Les Super Eagles ne doivent pas prendre l'Iran de haut

Les Super Eagles ne doivent pas prendre l'Iran de haut

présidentielle

AFP

Présidentielle au Liberia: la Cour suprême autorise un second tour

Présidentielle au Liberia: la Cour suprême autorise un second tour

AFP

Présidentielle 2019 au Nigeria: un ancien vice-président retourne dans l'opposition

Présidentielle 2019 au Nigeria: un ancien vice-président retourne dans l'opposition

AFP

Kenya, une présidentielle

Kenya, une présidentielle