mis à jour le

Aigles : A QUEL JEU JOUE PATRICE CARTERON ?

Selon la presse française, le technicien a signé en faveur du Tout Puissant Mazembé de Lubumbashi dimanche dernier. Mais pour la Fédération malienne de football, Carteron est et reste l'entraîneur de la sélection nationale. Décryptage

«Jusqu'à preuve du contraire, la Fédération malienne de football considère Patrice Carteron comme l'entraîneur des Aigles. Même ce matin (hier, ndlr) il nous a appelés pour faire le point sur les préparatifs du match amical que la sélection nationale doit livrer samedi contre une équipe française en France». Ces propos du président de la Fédération malienne de football (FEMAFOOT), Hammadoun Kollado Cissé sont sans équivoque. Jusqu'à preuve du contraire, ajoute-t-il, Patrice Carteron est et reste l'entraîneur des Aigles du Mali. Pourtant, depuis dimanche, plusieurs médias internationaux dont Radio France Internationale (RFI) et l'Agence France Presse (AFP) assurent que le technicien français s'est engagé avec le club le plus populaire de la RD Congo, le Tout Puissant Mazembé de Lubumbashi. «Le Mali va devoir trouver un autre entraîneur parce que Patrice Carteron vient de s'engager avec le Tout Puissant Mazembé de Lubumbashi», affirmait hier RFI. «Comme tout le monde, nous avons également appris l'information à travers les médias, indique Hammadoun Kollado Cissé. Mais jusqu'au moment où je vous parle (hier 11h, ndlr) Patrice Carteron n'a pas officiellement saisi la fédération d'une quelconque intention de départ. Son contrat avec le Mali court jusqu'en août 2014», ajoutera le président de la fédération. A quel jeu joue alors Patrice Carteron ? Le technicien français a-t-il décidé de rompre unilatéralement le contrat qui le lie à la fédération jusqu'en 2014 ? A-t-il bien réfléchi aux conséquences de son acte ? Voilà autant de questions qui brulent les lèvres des supporters depuis l'annonce de la nouvelle par nos confrères français. En tout cas, pour le président de la FEMAFOOT il est encore trop tôt pour se prononcer sur la question d'autant que Patrice Carteron n'a rien dit sur ses intentions. Mais, prévient Hammadoun Kollado Cissé, «s'il s'avère vrai qu'il (Carteron, ndlr) a signé au Tout Puissant Mazembé, il devra assumer les conséquences de son acte. En clair, précise le premier responsable de la FEMAFOOT, nous allons immédiatement saisir la FIFA et la CAF». Kola, comme l'appellent familièrement les supporters, indique avoir écouté une interview du président du TP Mazembé, Moïse Katumbi dans laquelle ce dernier confirme la signature de Carteron. Mais malgré tout, le président de la FEMAFOOT considère toujours le technicien français comme l'entraîneur des Aigles et veut éviter toute polémique sur la question. «Tout indique que Patrice Carteron a signé, mais il faut éviter de polémiquer parce que nous n'avons été saisi par personne, ni Carteron, ni le Tout Puissant Mazembé», tempère notre interlocuteur. Un rappel des faits est nécessaire pour comprendre ce qu'on peut désormais appeler le feuilleton Carteron. Dimanche dernier lors du match Tout Puissant Mazembé-Liga Muçulmana de Mozambique, comptant pour le tour de cadrage aller de la coupe de la Confédération, Patrice Carteron est aperçu au stade Lubumbashi en compagnie du président du club congolais et gouverneur de la province du Katanga, Moïse Katumbi. Selon nos informations, les deux hommes ont fait un tour d'honneur du stade, avant de s'installer dans les gradins pour suivre le match que TP Mazembé remporte par le score sans appel de 4-0. Au même moment sur le site du club congolais, on annonce la signature de Patrice Carteron en remplacement du Sénégalais Lamine N'Diaye démissionnaire. La nouvelle se répand rapidement au Mali comme une trainée de poudre mais à dire vrai, personne ne voulait y croire. Mais au fil des heures ce qui apparaissait comme une blague voire un canular deviendra réalité avec l'annonce, par les médias français de la signature de Carteron en faveur des doubles champions d'Afrique (2009 et 2010). Dans un premier temps, le technicien français avait expliqué sa présence à Lubumbashi par sa volonté de superviser les quatre Maliens (Cheïbane Traoré, Alou Bagayoko, Boubacar Diarra et Ousmana Cissé) qui évoluent avec les Corbeaux (surnom du Tout Puissant Mazembé). Mais la réalité était tout autre car selon nos sources, Carteron était venu en RD Congo pour finaliser son contrat avec le club de Lubumbashi. Carteron va probablement se défendre en évoquant des défis sportifs avec l'ambitieux projet du président Katumbi qui veut faire du Tout Puissant Mazembé le plus grand club du continent. Mais dans cette affaire, tout laisse penser que l'ancien joueur du Stade Lavallois, de Saint-Etienne et de Lyon a cédé aux sirènes du richissime gouverneur de la province du Katanga dont la fortune est estimée à plus de 60 millions de dollars (environ 30 milliards de F cfa). Pourtant, lors de sa prise de fonction le 26 juillet 2012 en remplacement de son compatriote, Alain Giresse, Patrice Carteron avait séduit tout le monde par son discours. «C'est un honneur pour moi de prendre les rênes de l'équipe nationale du Mali. J'ai conscience des défis et des attentes du monde sportif malien. Je ne suis pas un entraîneur mercenaire, avait martelé le technicien. «A partir d'aujourd'hui (le 26 juillet 2012, ndlr), je me sens 100% Malien. Je vais élire domicile à Bamako afin de me familiariser avec l'environnement et découvrir le football local. Je veux concentrer toute mon énergie à l'équipe du Mali», avait ajouté Patrice Carteron. Après ce qui vient de passer, on peut dire que le technicien a trahi sa propre conscience et que son discours était trop beau pour être vrai. Affaire à suivre...

S. B. TOUNKARA

UN FAUX-BOND QUI EN RAPPELLE UN AUTRE

Le faux bond ( ?) de Patrice Carteron rappelle un peu celui de son prédécesseur, Alain Giresse. On s'en souvient, après avoir conduit les Aigles à la troisième place de la CAN 2012, Gabon-Guinée Equatoriale, Giresse avait demandé une permission d'absence de quelques semaines pour rendre visite à sa famille en France. En l'absence du technicien, les négociations sur le renouvellement de son contrat n'ont pu avoir lieu à temps. Mais pour montrer sa volonté de poursuivre la collaboration avec l'ancien milieu de terrain des Bleus, la Fédération malienne de football (FEMAFOOT) prendra l'initiative d'envoyer à Giresse une proposition de contrat par courrier électronique. Non seulement l'ancien international français n'a pas donné de suite à ce courrier envoyé par le premier vice-président de la FEMAFOT, Moussa Konaté (Giresse indiquera plus tard n'avoir pas reçu le courrier en question) mais il n'a donné aucun signe de vie. Les raisons ? Parce que dès son arrivée en France, Giresse avait entrepris des démarches pour prendre la direction des Lions du Sénégal et était en négociations avec la Fédération sénégalaise de football. L'instance dirigeante du football national a ainsi attendu en vain la réaction de l'ancien international français et c'est seulement après l'échec des négociations avec le Sénégal que Giresse mettra fin à son long silence. Le technicien prend alors son billet d'avion pour Bamako dans l'espoir d'engager des discussions avec la FEMAFOOT sur la signature du nouveau contrat. Trop tard car entre temps, l'instance dirigeante du football national avait pris contact avec Patrice Carteron et malgré la campagne menée par Giresse sur fond de pression de certains joueurs expatriés, la FEMAFOOT ne cédera pas. Malheureusement pour elle, le successeur d'Alain Giresse, Patrice Carteron a refait le même coup.

S. B. T.

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

jeu

AFP

Nigeria: l'opérateur sud-africain MTN a fait le jeu de Boko Haram, estime le président Buhari

Nigeria: l'opérateur sud-africain MTN a fait le jeu de Boko Haram, estime le président Buhari

AFP

Le nzango, jeu d'enfant congolais en quête de reconnaissance sportive

Le nzango, jeu d'enfant congolais en quête de reconnaissance sportive

Rodolph TOMEGAH

Alaixys Romao: Le Togolais pas d’accord avec le système de jeu de l’OM

Alaixys Romao: Le Togolais pas d’accord avec le système de jeu de l’OM