mis à jour le

Séismes : La menace plane sur l’Algérie

Les souvenirs du violent séisme (Magnitude 6,8 sur l’échelle de Richter) qui a secoué la région d’Alger, Boumerdès plus particulièrement (45km à l’est d’Alger), le 21 mai 2003, restent vivaces. Près de 3 000 personnes y ont péri. Des milliers de blessés. Dix ans après, la menace de séismes violents persiste et inquiète les Algériens.

Séisme de Boumerdès, 21 mai 2003 Reuters

La terre qui tremble, tout qui s'effondre. La menace plane et en angoisse plus d'un. Le nord méditerranéen est régulièrement touché par des séismes. Mais les experts le répètent souvent, la côte algérienne où une grande partie de la population réside, est une zone à forte sismicité, encore plus exposée que ses voisins Tunisiens ou Marocains. Les tremblements de terre y sont récurrents.

  • Dernière secousse en date, dimanche 19 mai à Béjaia (dans l'est du pays à près de 400km de la capitale), un séisme d'une magnitude 5,5 sur l'échelle de Richter. Plus de peur que de mal. Seulement 5 blessés légers mais une population complètement paniquée.
  • Le 4 mai dernier, un tremblement de 3,2 à l'échelle Richter dans la région d'Oran (dans l'ouest du pays à plus de 400km de la capitale). La liste est longue.
  • Toujours, au nord-ouest du pays, dans la soirée de Jeudi 2 mai 2013, une secousse (4,7 sur l'échelle de Richter) plonge Mostaganem dans la panique.  Dix-sept personnes ont été blessées .
  • Le 27 avril dernier, c'est du côté de Bordj El kifan (dans la banlieue est d’Alger) que la terre a tremblé (une magnitude de 2,7 sur l'échelle de Richter).

Prévisions inquiétantes

Les souvenirs du violent séisme de Boumerdès, survenu le 21 mai 2003, restent vivaces. Près de 3 000 personnes y ont péri. Des milliers de blessés. Depuis les chercheurs Algériens redoublent d'efforts. Le CRAAG (Centre de Recherche en Astronomie Astrophysique et Géophysique) et le CGS (Centre de Recherche Appliquée en Génie Parasismique) ont renouvelé et numérisé leurs réseaux. L'aléa sismique gagne en précision. Mais la question de la prévention reste posée.

Dans une étude algéro-française rendue publique le 9 Avril 2013 à Alger sur la vulnérabilité aux risques naturels et au changement climatique dans la wilaya d'Alger, plusieurs scénarios ont été élaborées. Le Sahel et Blida présentent les plus grands risques de séisme, générant également des risques de tsunami à une hauteur d'eau au rivage de 2 m pour une probabilité de survenance de quelques décennies.

L'Algérie manque de prévention opérationnelle

Que faire face à tant de risques ? L'anticipation serait le maître mot, mais c'est justement là que le bât blesse.

Yves Ennesser, chef de projet du groupement des bureaux d'études en charge de cette étude, expliquait en marge de la présentation de cette étude que «l'Algérie a les moyens d'intervention efficaces, mais elle n'a pas d'approche d'anticipation et de prévention opérationnelle».

Tout un défi pour l’Algérie.

Fella Bouredji

A lire aussi :

Cités-dortoirs en Algérie : L’architecture du mal-vivre

Halim Faîdi : « Il faut libérer l’architecture en Algérie »

 

 

Slate Afrique les blogs

Ses derniers articles: Tunisie : Le retour de la censure sur le Net?  Tunisie : Le retour de la censure sur le Net?  Egypte: hommage paradoxal aux manifestants anti-régime militaire 

menace

AFP

Ethiopie: le récent regain de tension menace l'équilibre ethnique

Ethiopie: le récent regain de tension menace l'équilibre ethnique

AFP

Nigeria: des syndicats font planer la menace d'une grève générale

Nigeria: des syndicats font planer la menace d'une grève générale

AFP

Evans, le "roi du kidnapping" nigérian plaide coupable sous la menace

Evans, le "roi du kidnapping" nigérian plaide coupable sous la menace