mis à jour le

Le RCD dénonce une «chasse aux sorcières»

L'ouverture d'une information judiciaire par le parquet d'Alger à l'encontre de Hichem Aboud, directeur des quotidiens Mon Journal et Djaridati, suscite, depuis dimanche, diverses réactions. Outre le parti Jil Jadid qui avait réagi le jour même de la poursuite judiciaire, le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) considère «comme absurdes et ridicules ces poursuites, lorsqu'on sait que le chef de l'Etat est soigné à l'étranger, dans un hôpital militaire français». Selon Athmane Mazouz, porte-parole de la formation, «dans cette chasse aux sorcières, il ne s'agit pas de défendre un homme, mais un principe noble et une presse de plus en plus stigmatisée par les pouvoirs publics». Et de poursuivre : «Depuis quand Bouteflika est synonyme de l'Algérie et que son état de santé relève de la sûreté de l'Etat ? Cet imprimatur est condamnable et renseigne sur un pouvoir déliquescent qui a peur de la transparence. Rien ne peut justifier cet acte liberticide.» Le RCD se demande : «Quelle dignité reste-t-il à un pouvoir qui se jette dans de tels méandres et ignominies pour ainsi humilier tout un peuple qui ignore la moindre information officielle et crédible sur celui qui est censé être le premier magistrat du pays ?» Mazouz souligne que l'état de santé de Abdelaziz Bouteflika est «un secret de Polichinelle pour de nombreuses chancelleries, du moment que son dossier médical se trouve entre les mains de pays étrangers». «Le pouvoir algérien a assez humilié la Nation et discrédité les institutions du pays. Les Algériens ont le droit d'être informés sur la santé de leur chef d'Etat, même si celle-ci est très grave, comme le révèlent plusieurs sources et médias. La justice doit se libérer de son instrumentalisation et gagnerait mieux à s'attaquer aux prédateurs qui ont asséché les richesses du pays», ajoute le RCD. De son côté, Kassa Aïssi, porte-parole du Front de libération nationale (FLN), se contente des déclarations du Premier ministre concernant l'état de santé du chef de l'Etat. S'agissant de la censure des journaux de Aboud et les chefs d'inculpation prononcés par le procureur général, Kassa Aïssi s'en remet là aussi aux déclarations du ministère de la Communication. Le Front des forces socialistes (FFS) ne veut pas, pour sa part, commenter, selon le chargé de communication, Chafaâ Bouaïche.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

RCD

Contributeur AF

TRIBUNE. Panique clanique et verrou autoritaire : le RCD s’insurge contre la négation des libertés

TRIBUNE. Panique clanique et verrou autoritaire : le RCD s’insurge contre la négation des libertés

La rédaction

Le RCD est-il sur le point de soutenir Benbitour ?

Le RCD est-il sur le point de soutenir Benbitour ?

MAP

RCD - Algérie : Le dernier remaniement ministériel consacre "l'institutionnalisation de la médiocrité et du pillage"

RCD - Algérie : Le dernier remaniement ministériel consacre "l'institutionnalisation de la médiocrité et du pillage"