mis à jour le

Un passage commercial entre l'Egypte et Israël bloqué le 19 mai 2013 / REUTERS
Un passage commercial entre l'Egypte et Israël bloqué le 19 mai 2013 / REUTERS

Le casse-tête des otages du Sinaï

Dans une vidéo, les soldats captifs supplient le président d'accéder à toutes les demandes des ravisseurs.

Les sept soldats ont les yeux bandés, mais paraissent en bonne santé. A la fin de la vidéo, ils se répandent en supplications adressées au président, conjuré de les sauver car ils ne peuvent plus supporter leur condition.

Le soldat qui s’exprime le plus longuement s’adresse également au ministre de la Défense et lui reproche de rester tranquillement sur son siège alors que ses hommes meurent.

Les prisonniers politiques du Sinaï dont les ravisseurs espèrent apparemment la libération pour prix de la remise en liberté des soldats sont sans doute des membres ou sympathisants de Tawhid w Jihad, une petite organisation terroriste apparemment fondée par un Egyptien (tué par la police en 2005) et un Palestinien vivant en Egypte, en solidarité avec les Palestiniens et les Irakiens, et dont la première action retentissante a été les attentats contre les complexes touristiques en 2005 dans le Sinaï.

Cela dit, les informations sur ce réseau ont été obtenues pendant le procès des accusés de ces attentats, ce qui ne permet pas une certitude pleine et entière. En effet, la vidéo réclame plus particulièrement la libération d’un certain Hamada Abou Sheita.

Hamada Abou Sheita a été condamné à mort in abstentia, en août 2012, accusé d’avoir participé à l’attaque, à l’été 2011, du commissariat de police et d’une banque à El Arish qui avaient fait six morts d’après les médias égyptiens. Quatorze autres accusés ont été condamnés en même temps que lui. Il a été arrêté en septembre 2012 lors de l’opération militaire en représailles à l’attaque du poste-frontière entre l’Egypte et Israël où seize policiers égyptiens ont été tués. Les autorités égyptiennes disaient que tous les accusés appartenaient à Al-Tawhid wa al-Jihad.

Le journal gouvernemental Al Ahram accuse Abu Sheita d’être derrière l’enlèvement des sept soldats et aussi, tant qu’on y est, derrière l’attaque meurtrière du poste-frontière de Rafah l’été dernier. L’un des frères de Abu Sheita a publié un article sur facebook clamant l’innocence de son frère jeudi dernier. Il accuse aussi les responsables de la prison d’avoir torturé son frère au point de lui faire perdre la vue, accusation démentie par les services de sécurité égyptiens.

Un autre frère de Hamada, Hany, est accusé par certains d’être à l’origine de l’enlèvement des soldats. Il a alors appelé une chaîne de télévision selon AlMasry Al Yom (procédé courant pour donner son avis sur les affaires courantes en Egypte) et a démenti avoir quoi que ce soit à voir avec l’enlèvement.

La vidéo a été postée dimanche par un utilisateur de Youtube qui n’a posté que cette vidéo. Youtube a retiré la vidéo pour raisons de décence. Le site de Masrawy l’a conservée, elle est aussi consultable sur une page du ministère de l’Intérieur .

Divergences au sommet de l'Etat

Ces derniers jours, comme une réponse militaire cinglante ne se produit pas, certains accusent la présidence de complaisance envers les kidnappeurs —après tout, c’est bien connu, le président est issu des Frères musulmans, ces derniers ont une histoire de violence, donc les Frères musulmans et la présidence d’aujourd’hui soutiennent les djihadistes salafistes.

Le raisonnement est un peu spécieux, une opération militaire urgente risquant de ne pas donner grand-chose: on se rappelle des débuts de l’opération de l’été dernier, quand les cocoricos de l’armée au sujet de ses opérations victorieuses se faisaient régulièrement démentir par des témoins sur le terrain. La sympathie des Frères musulmans pour les salafistes en général paraît également sujette à controverse, étant donné que le plus grand parti salafiste (Nour) leur tourne plutôt le dos en ce moment. Il est vrai que les salafistes moins présentables, pourrait-on-dire, ceux qui ne reculent pas devant les déclarations enflammées, comme la Gamaa Islamiya ou les Hazemoon (partisans de Hazem Abu Ismaïl), leur ont conservé un certain appui.

«Si le président accepte d’accorder l’amnistie aux prisonniers en question, le manque de confiance entre l’appareil de sécurité et les Frères musulmans (il faut dire que ça fait des dizaines d’années que l’appareil de sécurité a l’habitude d’emprisonner les Frères, pas de les voir à la tête de l’Etat) aurait empiré», dit Abdel Gawad, ancien directeur du centre de recherches politiques et stratégiques Al Ahram.

On reproche déjà beaucoup à la présidence son amnistie des prisonniers politiques en juillet 2012, qui aurait permis la libération de djihadistes du Jihad islamique et de le Gamaa Islamiya.

Abdel Gawad pense que «le président préfère ne pas lancer d’opération tout de suite contre les ravisseurs, car cela pourrait lui coûter le soutien des ses partisans de l’aile dure islamiste».

Cependant, la présidence a affirmé le mantra commun des gouvernements:

«pas de négociations avec les kidnappeurs.»

Le porte-parole de la présidence, Oamr Amer, a rappelé ce lundi dans une conférence de presse que «le président est le chef de l’armée » et que la présidence et les autres institutions de l’Etat «partagent la même vision».

Morsi perdu?

Le nord du Sinaï est à la fois un lieu de grande importance stratégique, en bordure d’Israël et de la bande de Gaza, mais aussi, comme toute la péninsule hormis les villes balnéaires et quelques installations qui n’emploient pas de locaux, un territoire peu développé.

Le porte-parole du président a pensé aussi à cet aspect du problème, en qualifiant aujourd’hui «le développement de la péninsule» de «priorité d’Etat».

Le Sinaï est aussi sujet à une répression sécuritaire armée, aggravée depuis les attentats du début des années 2000, qui n’a rien fait pour arranger les relations entre les locaux des tribus bédouines (même si la plupart des bédouins accusés ou arrêtés, et quelle que soit la véracité du chef d’inculpation, le sont en général pour des attaques à main armée qui ont plus à voir avec le banditisme que le jihadisme armé) et les forces de sécurité.

«Tout le monde sait que les forces de sécurité ont pratiqué des arrestations massives et injustifiées, et capturent des membres de la famille (élargie) ou de la tribu des suspects pour inciter ces derniers à se rendre», fait remarquer Tewik Aclimandos, chercheur associé à la chaire d’histoire contemporaine du monde arabe au Collège de France et spécialiste de l’histoire de l’Egypte.

Le gouverneur du Nord-Sinaï a d’ailleurs déclaré ce dimanche qu’il était en pourparlers avec des personnalités influentes du Sinaï pour essayer de convaincre les kidnappeurs de relâcher les prisonniers. Ces personnalités influentes sont bien mystérieuses, reste à savoir s’il s’agit des chefs de tribus «nommés» par Moubarak et qui n’ont pas vraiment d’influence sur le Sinaï ou s’il s’agit de Bédouins qui connaissent bien les kidnappeurs.

Le journal gouvernemental AlAhram rapporte qu’un camp de la sécurité centrale à El Arish (ville du Nord du Sinaï, sur la route vers Rafah et Gaza) a fait l’objet d’une attaque à main armée ce lundi matin.

Les policiers des poste-frontières ont fait grève et ont fermé la frontière pour protester contre l’enlèvement (et saisir cette occasion de râler contre les Frères musulmans) avec Gaza, à Rafah, depuis vendredi dernier, et avec Israël depuis dimanche. Le porte-parole de la présidence a indiqué ce lundi que la frontière avec Israël était rouverte et que celle de Rafah devrait rouvrir bientôt.
Les policiers en grève de Rafah affirmaient apparemment dans leurs slogans leur soutien au ministère de la Défense (El Sisi). L’été dernier, l’attaque au poste-frontière qui avait fait seize morts parmi les soldats égyptiens avait permis à Morsi de mettre à la retraite le chef du Conseil suprême des forces armées (organe qui dirigeait le pays depuis la chute de Moubarak en février 2011) et ministre de la Défense.

Fermer les frontières peut paraître une réaction un peu saugrenue de la part de ces policiers, mais d’une part, s’ils font grève, la frontière ne peut pas être traversée, c’est logique, et d’autre part, cela a à voir avec les rumeurs de l’implication d’un tiers dans le problème. Le porte-parole de la présidence a même pris la peine de démentir la rumeur selon laquelle les ravisseurs auraient emmené leurs captifs dans la bande de Gaza, puisqu’ils seraient liés à l’«Armée de l’Islam» gazaouie.

Les théories du complot

Récemment, les services de sécurité ont fait parvenir aux journaux (Al Masry Al Yom, journal indépendant mais qui a depuis peu à sa tête un ancien de la presse gouvernementale sous Moubarak) un enregistrement qui montrerait prétendûment l’implication du Hamas et des Frères musulmans dans la libération des prisonniers pendant la révolution de 2011 et donc dans la manipulation du soulèvement par ces deux entités sœurs. La presse gouvernementale disait aussi récemment que les coupables de l’attentat de cet été contre le poste-frontière de Rafah se sont réfugiés et sont protégés dans la bande de Gaza.

Une bonne partie de la presse égyptienne et «les sources des forces de sécurité» égyptiennes affectionnent les théories du complot et les accusations impossibles à prouver. Israël pourrait très bien chercher aussi à déstabiliser son voisin (même si objectivement parlant le pays a plutôt intérêt au calme à ses frontières) ou à lui faire durcir sa répression contre les groupes djihadistes du Sinaï, d’après le café du commerce égyptien.

Dimanche matin, le gouverneur du Nord-Sinaï, Harhour, disait d’ailleurs, spéculant sur l’identité des ravisseurs, qu’ils étaient peut-être «les familles de ceux accusés des attentats de Taba (station balnéaire à la frontière avec Israël) en 2005 ou des attaques à main armée d’El Arish en 2011, ou encore une entité qui veut menacer la stabilité du Sinaï et veut l’intervention de la communauté internationale».

Depuis l’enlèvement de jeudi dernier, le président a cherché à réunir tous les avis possibles, soit parce qu’il est vraiment perdu, soit pour partager les responsabilités. Il a organisé une réunion de toute urgence avec les responsables de la Défense, de l’Intérieur et des Renseignements.

Il avait aussi appelé les forces de l’opposition à une réunion mais la coalition du Front de Salut National, bien qu’exprimant son soutien aux efforts de libération des prisonniers, a décliné l’invitation. Le président a aussi recherché l’avis de l’institution sunnie musulmane d’Al-Azhar, de l’Eglise copte, et des ministres du tourisme et de l’information, en les invitant à une réunion hier.

Sophie Anmuth

Retrouvez tous les billets du blog Nouvelles du Caire

Sophie Anmuth

Sophie Anmuth.

Ses derniers articles: al-Jazeera et l'Egypte: la fin agitée d’une brève histoire d'amour  Les Egyptiens font le gros dos en attendant que ça se passe  Les Frères musulmans oublient qu'ils ont été anti-révolutionnaires 

otages

AFP

Retour en Italie des deux ex otages de l'EI en Libye

Retour en Italie des deux ex otages de l'EI en Libye

AFP

Deux Italiens otages de l'EI en Libye libérés

Deux Italiens otages de l'EI en Libye libérés

AFP

Mali: des otages du commando de Sévaré libérés, dont "cinq étrangers"

Mali: des otages du commando de Sévaré libérés, dont "cinq étrangers"

prisonniers

AFP

Le Soudan du Sud est "au bord du précipice", s'alarment d'anciens prisonniers politiques

Le Soudan du Sud est "au bord du précipice", s'alarment d'anciens prisonniers politiques

AFP

Côte d'Ivoire: le président Ouattara gracie 3.100 prisonniers

Côte d'Ivoire: le président Ouattara gracie 3.100 prisonniers

AFP

Quand les prisonniers de Tunisie s'évadent grâce au cinéma

Quand les prisonniers de Tunisie s'évadent grâce au cinéma

Sinaï

AFP

Egypte: le tourisme reste meurtri un an après le crash du Sinaï

Egypte: le tourisme reste meurtri un an après le crash du Sinaï

AFP

Egypte: 12 soldats tués dans une attaque dans le Sinaï

Egypte: 12 soldats tués dans une attaque dans le Sinaï

AFP

Egypte: deux policiers tués dans un attentat

Egypte: deux policiers tués dans un attentat