mis à jour le

Loi des finances : LE BUDGET D’ETAT 2014 EST DEJA SUR L’ETABLI

La concertation va déboucher sur un avant projet de budget reflétant les priorités de l'Etat et un document budgétaire dont la lisibilité sera substantiellement améliorée 

Un atelier national de concertation pour le lancement des travaux de préparation du projet de budget d'Etat 2014 et du budget programme 2014-2016 a débuté hier à l'hôtel Salam, sous la présidence du ministre délégué auprès du ministre de l'Economie, des Finances et du Budget, chargé du Budget, Marimpa Samoura.

L'atelier marque le début du processus budgétaire, une échéance très attendue du cycle de gestion budgétaire, ainsi que le démarrage des travaux de préparation du projet de loi de finances de l'année à venir. Il représente le cadre annuel de concertation entre les différents acteurs du processus budgétaire que sont : les ordonnateurs secondaires, les administrateurs de crédit, les comptables et contrôleurs financiers et les partenaires techniques et financiers.

 La rencontre s'inscrit en droite ligne du Cadre stratégique pour la croissance et la réduction de la pauvreté (CSCRP) 2012-2017 et de la Feuille de route pour la transition adoptée par l'Assemblée nationale le 29 janvier 2013.

L'atelier a pour  but  de renforcer la participation et la concertation dans le processus décisionnel des choix budgétaires qui sont déterminés sur la base de normes édictées par les nouvelles directives communautaires y compris le principe de sincérité budgétaire,  la reforme de l'exécution du budget, la reforme des modes de gestion budgétaire, le renforcement des contrôles notamment parlementaire et juridictionnel et autres.

Evoquant les nouvelles directives communautaires de l'UEMOA, Marimpa Samoura a expliqué qu'elles permettent de passer d'une logique de gestion budgétaire basée sur les moyens à une logique axée sur les résultats. Elles permettent aussi de renforcer la participation dans le processus décisionnel du budget, la transparence dans la présentation des informations budgétaires en relation avec les politiques macro-économiques et sectorielles ainsi que le contrôle externe par l'appréciation de la performance des administrations par le pouvoir juridictionnel. La crédibilité de notre système de gestion des finances, a-t-il expliqué, est fonction de sa transparence. Raison pour laquelle le gouvernement, dans le cadre des directives de l'UEMOA, a procédé à la transposition dans la législation nationale de la directive n°6 portant lois de finances et le cadre de transparence dans la gestion des finances publiques. Marimpa Samoura a indiqué que le projet de lois relatives aux lois de finances a été adopté par le gouvernement le 14 novembre 2012 et déposé à l'AN qui l'examine actuellement en vue de son vote. Quant au projet de loi portant code de transparence dans la gestion des finances publiques, il vient d'être adopté par l'AN. L'adoption de ces deux textes traduit la volonté du gouvernement de changer l'ancrage institutionnel de la gestion des finances publiques, afin d'améliorer la qualité de la gouvernance financière qui demeure une préoccupation des autorités budgétaires tant au niveau du gouvernement que du parlement, a-t-il ajouté.

Le ministre Samoura a mis l'accent sur le fait que l'amélioration de la qualité de la gouvernance financière permet d'augmenter la capacité de résilience de notre économie et de réduire de manière significative la pauvreté et les fortes inégalités.

 L'atteinte des objectifs du Plan pour la relance durable du Mali ( PRED), de son côté, exige une bonne préparation du Budget de l'Etat qui demande une large concertation de tous les acteurs impliqués et une bonne utilisation des ressources publiques en améliorant la gouvernance.

Le résultat attendu de la présente concertation est la disponibilité d'un avant-projet de budget reflétant les priorités de l'Etat et d'un document budgétaire dont la lisibilité sera substantiellement améliorée.

Durant deux jours, les acteurs du processus budgétaire vont débattre de l'évaluation du processus budgétaire 2013, du cadre budgétaire à moyen terme 2014-2016, du plan de relance durable du Mali 2013-2014, de l'évaluation PEFA du Mali en 2010, des procédures de passation des marchés publics et du calendrier indicatif du processus budgétaire à venir.?

F. MAÏGA

 

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

loi

AFP

Kenya: le pouvoir veut changer la loi électorale

Kenya: le pouvoir veut changer la loi électorale

AFP

Tunisie: manifestation contre une loi controversée d'amnistie

Tunisie: manifestation contre une loi controversée d'amnistie

AFP

Craintes pour la transition démocratique en Tunisie après le vote d'une loi

Craintes pour la transition démocratique en Tunisie après le vote d'une loi

finances

AFP

Niger: heurts entre policiers et manifestants anti-loi de Finances

Niger: heurts entre policiers et manifestants anti-loi de Finances

AFP

Afrique du Sud: plainte de l'opposition contre le ministre des Finances pour corruption

Afrique du Sud: plainte de l'opposition contre le ministre des Finances pour corruption

AFP

Tunisie: limogeage de la ministre des Finances et celui de l'Éducation

Tunisie: limogeage de la ministre des Finances et celui de l'Éducation

budget

AFP

Accord

Accord

AFP

Togo: la hausse des prix

Togo: la hausse des prix

AFP

Afrique du Sud: un budget très politique devant le Parlement

Afrique du Sud: un budget très politique devant le Parlement