mis à jour le

Amadé Ouérémi : Un chef de guerre qui en cache bien d'autres

Amadé Ouérémi, le milicien burkinabè en Côte d'Ivoire, a donc fini par être alpagué dans son sanctuaire du mont Péko, dans l'ouest ivoirien, où il régnait depuis une dizaine d'années en maître absolu, semant la terreur et la désolation. Cet homme de sinistre réputation s'est mis au service de la rébellion de Guillaume Soro comme une force  supplétive pour combattre le président Laurent Gbagbo. Après la capture de l'enfant de Mama, les différents chefs de guerre ont rejoint la capitale économique, Abidjan, et l'armée régulière, rebaptisée Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI). Mais le Seigneur du mont Péko s'est retranché dans la forêt avec ses éléments pour créer un  no man's land où il appliquait ses propres lois et défiait l'autorité de l'Etat. A plusieurs reprises, des émissaires du pouvoir ont tenté de le rencontrer, vainement.

chef

AFP

Zimbabwe: le chef de l'opposition veut détrôner la vieille garde

Zimbabwe: le chef de l'opposition veut détrôner la vieille garde

AFP

Algérie: le président Bouteflika limoge le puissant chef de la police

Algérie: le président Bouteflika limoge le puissant chef de la police

AFP

Gambie: démission du chef de la police après la mort de trois manifestants

Gambie: démission du chef de la police après la mort de trois manifestants

guerre

AFP

L'Erythrée et l'Ethiopie annoncent ne plus être en guerre

L'Erythrée et l'Ethiopie annoncent ne plus être en guerre

AFP

A Bangui, la capoeira pour surmonter la guerre et la violence

A Bangui, la capoeira pour surmonter la guerre et la violence

AFP

Au Rwanda, la guerre commerciale sur les vêtements d'occasion

Au Rwanda, la guerre commerciale sur les vêtements d'occasion