mis à jour le

Dramane Dembélé, à la conférence de section ADEMA-Commune VI : « Je suis un camarade en mission du parti pour l’intérêt du Mali »

En février dernier, François Hollande, Président de la République Française est reparti du Mali avec l’affectueux surnom de  » Papa Hollande « . Pour son premier voyage officiel sans ce dernier, Valérie Trierweiler a tout naturellement été surnommée  » Maman Valérie « . De Gao, au village Sos enfants de Sanankoroba, en passant par le pavillon pédiatrique du CHU  Gabriel Touré et la pouponnière 1 de Bamako,  les deux premières dames ont procédé à la remise d’importants dons en médicaments, vivres, jouets et argent.

Madame Valeérie Trieweiler compagne du président Français François Hollande accueillie par Mme Traoré Mintou Doucouré première Dame du Mali.
Mercredi 15 mai 2013. Aéroport de Bamako.

Arrivée au petit soir du mercredi 15 Mai au Mali, la première dame de France, en compagnie de celle du Mali, s’est rendue le jeudi 16 mai en visite humanitaire à Gao, la plus grande ville du Nord qui avait été occupée par des groupes islamistes dont le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao).

Chaleureusement accueillie  par la population de Gao, Valérie  s’est dite très touchée par cette visite. Elle a profité de l’occasion pour effectuer un don de matériels scolaires et de médicaments. Elle a également offert une enveloppe de 500 000 euros aux  agriculteurs de Gao. Cette visite en 7ème région s’est terminée par un passage au quartier général du dispositif militaire Serval, à l’aéroport de Gao. Pour sa part, Mme Traoré, première dame du Mali a fait des dons en vivres, en fournitures scolaires et une somme de 2 700 000 Fcfa, repartie entre les notabilités, l’hôpital de Gao, la presse locale et le groupe scolaire Sosokoïra.

Le vendredi 17 Mai, cap a été mis sur le village Sos enfants de Sanankoroba, puis ce fut la visite de la pédiatrie du CHU Gabriel Touré et de la pouponnière 1 de Bamako. Valerie Trierweiler a profité de son déplacement dans ces lieux pour remettre un important lot de jouets pour enfant. Au pavillon pédiatrique Gabriel Touré et à la pouponnière 1, elle a promis de faire évacuer en France, plusieurs enfants inopérables au Mali.

De son côté, Mintou Traoré a remis 10 sacs de sucre,  25 sacs de couscous,  15 bidons d’huile, 10 cartons de tomate, du lait, 30 cartons de macaroni, 5 cartons de nescafé, 5  sacs de sel et un montant d’un million de Fcfa. Au pavillon pédiatrique du Gabriel Touré, la première dame du Mali a, en plus des médicaments, offert un million de Fcfa, idem à la pouponnière 1 de Bamako.

La première dame du Mali dans son allocution a tenu à remercier les premières dames d’Afrique qui dans un élan de c½ur ne cessent de secourir le Mali. Elle a remercié la première dame de France, pour avoir répondu favorablement à son invitation.  » Je suis convaincue que nous pouvons faire beaucoup de chose ensemble, car nos objectifs sont les mêmes... « 

Valérie quant à elle a déclaré, qu’elle avait été très touchée par ce voyage.  » Je ne l’oublierai jamais parce que ce que j’ai senti est vraiment énorme « . Elle a révélé qu’elle s’était déjà rendue au Mali en 2003 et 2007.  » Le Mali a besoin de beaucoup de choses en terme humanitaire « , a-t-elle ajouté en précisant que sa venue pendant cette période avait notamment pour but de lancer un appel  » aux généreux donateurs et d’attirer l’attention sur ce qui manque encore « . Mais aussi, de rappeler que  » la France était là pour la libération et qu’elle est là pour la reconstruction « .

Une conférence de presse a mis fin à la visite de la première dame de France, qui a été décorée par le maire du district de Bamako  » citoyenne d’honneur de la ville de Bamako « .                           

Clarisse NJIKAM

[email protected]

 

Les brèves de la visite de la première dame de France au Mali

Une conférence de presseà six questions

La visite de la première dame de France a été marquée par une série de couacs, d’improvisations et un manque de coordination flagrant entre les services de communication des deux premières dames. D’abord, la conférence de presse, organisée le 17 mai dernier, à la villa 9 de Bamako avait enregistré la présence de plusieurs journalistes (locaux et étrangers) mais qui sont malheureusement restés sur leur faim. Déjà dans son édition 3258 parue le vendredi dernier, le quotidien  » L’Indépendant  » faisait part d’un désordre criard dans le programme et le protocole de cette visite. Si à l’aéroport, c’était un véritable brouhaha incontrôlable, lors de la conférence de presse, c’était plutôt une restriction ou une atteinte à la liberté des journalistes à poser les questions qui leur tiennent à c½ur. C’est dans ce cadre que le responsable de la communication de Valérie n’a pas hésité à se présenter devant les journalistes pour leur demander de poser 4 questions de chaque coté (presse locale et étrangère). Il a ajouté que chaque journaliste devait se contenter d’une seule question. Quelques minutes plus tard, c’est le responsable de la communication de la première dame du Mali qui vient jeter un pavé dans la mare en disant que c’est 6 questions au lieu de 8 qui doivent être posées par les journalistes de chaque coté. Avant de demander à la presse locale de lui soumettre ses questions avant de les poser aux premières dames. Finalement les journalistes se demandaient si réellement cette conférence de presse avait sa raison d’être.

La presse locale laissée pour compte  

Lors de la visite de la première dame de France, les journalistes de la presse locale ont été complètement lésés. Pour le voyage de la première dame à Sanankoroba, l’ambassade de France avait mis à la disposition des journalistes étrangers, un bus pour leur déplacement, des commodités en plus du programme complet du déroulement de la visité, sans oublier qu’un déjeuner et un diner leur a été offert pour la circonstance. Les journalistes de la presse locale étaient pour leur part dans la  » débrouillardise « , obligés d’utiliser leur propre moyen de transport, en plus de chercher des informations auprès de leurs confrères étrangers. C’est dommage, mais on ne le dira jamais assez, tant que nous ne nous prenons pas au sérieux, personne ne le fera à notre place. A bon entendeur salut !

                               Rassemblés par Clarisse NJIKAM

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

conférence

AFP

Afrique du Sud: l'ANC en conférence vendredi pour se "corriger"

Afrique du Sud: l'ANC en conférence vendredi pour se "corriger"

AFP

Conférence sur la Somalie

Conférence sur la Somalie

AFP

Conférence d'entente nationale au Mali: fin de la première phase

Conférence d'entente nationale au Mali: fin de la première phase

mission

AFP

CAN-2019: report d'une mission d'inspection des infrastructures au Cameroun

CAN-2019: report d'une mission d'inspection des infrastructures au Cameroun

AFP

Nigeria: plus de 50 morts dans l'attaque de Boko Haram contre une mission pétrolière

Nigeria: plus de 50 morts dans l'attaque de Boko Haram contre une mission pétrolière

AFP

Nigeria: des membres d'une mission d'exploration pétrolière enlevés dans le nord

Nigeria: des membres d'une mission d'exploration pétrolière enlevés dans le nord